Vendredi 21 septembre 2018
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LA QUESTION NOIRE AU BRÉSIL - De l’émancipation à l’acquisition des droits civiques (2/3)

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 28/08/2014 à 22:05 | Mis à jour le 28/08/2014 à 16:50

Deux Français d'origine africaine, l'un cinéaste afro-antillais, Karim Akadiri Soumaïla, et l'autre écrivain d'origine béninoise, Roger Sidokpohou, installés au Brésil, s'interrogent sur la question noire dans un pays où la communauté afro-brésilienne représente 54% de la population. Lepetitjournal.com consacre un dossier en trois parties qui se poursuit cette semaine sur la question du blanchissement de la population brésilienne et les mouvements de lutte pour une meilleure intégration sociale.

Karim Akadiri Soumaïla : Pour cette nouvelle ère d´industrialisation, pourquoi a-t-on fait venir en masse des travailleurs européens quand il suffisait peut-être d'intégrer et de former cette communauté afro brésilienne ? Y-avait-il une volonté de marginaliser les noirs en blanchissant la population brésilienne comme le disent certains historiens et ethnologues ?
Roger Sidokpohou : La marginalisation d´une communauté ou d´un groupe humain prend généralement sa source dans l'Histoire et la mémoire des peuples et finit par s´incruster dans leur inconscient collectif et leur vécu. Le Brésil sortait d'une longue période d´esclavage de près de quatre siècles ! Il faut parfois du temps pour que l´inconscient collectif se reformate sur une réalité nouvelle, celle de la liberté. En clair, l´équation noir = descendant d´esclave perdurait ! Par ailleurs, le début du 20e siècle en Europe représentait une période de menace de guerre et de grande pauvreté. Le Brésil avait besoin de nouvelle main d´oeuvre pour s´industrialiser. Les immigrants, pour la plupart italiens et allemands, sont venus à la quête d'un nouvel eldorado ou pour se donner une autre chance de vie. Cela étant, et au-delà des raisons économiques, il y avait aussi, comme le rappellent en effet les historiens et les ethnologues, une propagande immigrationniste venant d´Europe, dont le projet était de "blanchir" le Brésil, au motif que cette jeune et désormais riche nation ne pouvait se faire avec une population majoritairement noire ou métisse. N´oubliez-pas que la pensée dominante en Europe (comme aux Etats-Unis) pendant ces quatre siècles, et même après l´abolition de l´esclavage, était l´infériorité décrétée de la race noire. Il fallait donc, comme on dit en portugais, "limpar o sangue" (nettoyer le sang) pour blanchir la population brésilienne par une immigration européenne massive. Cette immigration a, de ce fait, été largement facilitée, faisant de ces nouveaux brésiliens des citoyens à part entière, et reléguant, ipso facto, les descendants d´esclaves au rang de citoyens de seconde zone. Paradoxe de l´Histoire : le métissage et la diversité sont aujourd´hui des tendances lourdes? en Europe, et l´une des principales richesses actuelles... du Brésil !

Peut-on parler de deux héritages de politiques coloniales esclavagistes, l'une anglo-saxonne au Nord, qui serait plus séparatiste, et une autre, lusophone au Sud, plus axée sur un métissage forcé en l'absence de femmes européennes ?
En Amérique du Nord, le Mayflower et toute l´immigration de "caucasiens" qui a suivi étaient constitués de familles complètes qui n´avaient pas besoin d´apport extérieur pour se recomposer : c´était donc un système d´Apartheid qui ne disait pas son nom, avec le Ku Klux Klan comme bras armé, notamment dans les Etats du Sud. L´idéologie était claire : suprématie de la race blanche, et donc ghettoïsation et discrimination de facto des noirs, mais également des Asiatiques, des Hispaniques. L´esclavage y sera aboli le 18 décembre 1865, mais la loi sur les droits civiques des noirs ne sera votée que le 2 juillet 1964, c´est-à-dire un siècle plus tard. En Amérique du Sud en général, et au Brésil en particulier, les navigateurs et marins portugais ou espagnols étaient avant tout des "baroudeurs" en mission (souvent officielle, armée et financée par leurs Etats) pour découvrir de nouveaux mondes porteurs de nouvelles richesses. Convenez qu´une mission de cette nature ne se fait pas avec femmes et enfants à bord des caravelles !? A l'arrivée, il leur a donc fallu "s´adapter" et non vivre en camp retranché. Pour faire court, car cela mériterait un développement plus long, ceci explique les métissages qui se sont opérés très rapidement, je dirais, par la force des choses, avec les femmes indiennes et noires.

N'est-ce pas là une profonde explication sur le comportement de l'Afro-Brésilien, un peu moins rebelle ou sanguinaire que son voisin afro-américain qui lui a choisi la lutte armée et un conflit radical ?
Premièrement, je ne dirais pas que l'Afro-Brésilien est moins rebelle, ni que son frère afro-américain est plus sanguinaire, ou alors ce serait oublier Martin Luther King, partisan de la non-violence pour faire avancer la société nord-américaine vers plus de justice et d´égalité, ou Zumbi dos Palmares, plus radical dans la réappropriation des libertés des noirs. Deuxièmement, nous sommes dans deux configurations esclavagistes et sociologiques complètement différentes. Le Brésil est un pays métissé de fait, où il n´est pas rare de rencontrer au sein d´une même famille, toutes les couleurs de peau. Cela donne un peuple plus convivial que radical, où l´on retrouve des valeurs héritées des peuples du Golfe de Guinée, que l´observateur non averti qualifiera de gentillesse, mais qui sont en réalité une forme d´élégance dans le respect de l´autre. Cela s´appelle "Yèyi" au Bénin, "Ayèssi" au Nigéria, alors qu´au Togo voisin, on vous dira "E so mi sou" ! Des expressions différentes qui traduisent toutes la même vertu : donner de la considération à l´autre ! Voilà sans doute pourquoi vous ne démarrerez jamais une conversation au Brésil sans qu'on vous ait d´abord proposé de l´eau et du café : c'est tout simplement une autre manière de vivre ensemble !

Qu'est le Movimento negro unificado (MNU) et a-t-il eu une réelle influence sur l'intégration sociale et politique de l'Afro-Brésilien ?
Le MNU est né le 7 juillet 1978, en pleine période de dictature militaire (1964-1985), lorsque, devant le Théatre municipal de São Paulo, des milliers de noirs se sont réunis pour protester contre la discrimination dont venaient de souffrir quatre athlètes noirs, interdits de piscine au "Clube de Regatas de Tiété", et pour dénoncer le racisme dont souffrait la population noire : ce fut l´acte fondateur du MNU, dans une période de parole confisquée. Le MNU aura ainsi donné le ton, après la période de dictature militaire, en tant que groupe de pression politique, à des mesures gouvernementales destinées à promouvoir les droits civiques des noirs et à lutter contre leur discrimination. A titre d´illustration :?la nouvelle Constitution brésilienne de 1988, après la chute de la dictature, qui inscrit le racisme comme un délit punissable. La loi du 16 janvier 1996, sous la présidence de Fernando Henrique Cardoso, prohibe elle toute forme de discrimination en fonction de la race, de la couleur, de l´origine, de la condition sociale, du sexe? et oblige tous les édifices publics ou privés à son affichage devant les ascenseurs. Et la loi du 10 mars 2008, sous la présidence Lula, introduit dans toutes les écoles primaires et secondaires, publiques ou privées, l´enseignement obligatoire de l´histoire et de la culture afro-brésilienne et indigène. Et puis, sur un autre plan, celui de la culture, toujours sous la présidence Lula, la création à São Paulo du musée AfroBrasil, retraçant la mémoire entre le Brésil et l´Afrique, sous la houlette d´un grand artiste et créateur noir, Emanoel Araujo, et l'appui des autorités locales. Les Etats de Rio et de Bahia ont, depuis, suivi la même démarche, pour préserver la mémoire des noirs au Brésil.

Propos recueillis par Karim AKADIRI SOUMAILA (www.lepetitjournal.com - Brésil) vendredi 29 août 2014

*Légendes photos : Famille de migrants italiens au début du 20e siècle (Photo 1 - Solange Bailliart/Centro cultural luso-brasileiro) / Fresque dessinée par de jeunes artistes brésiliens sur la façade du museu AfroBrasil (Photo 2 - Solange Bailliart) / Affiche du MNU pour les 33 ans (Photo 3 - reproduction)

- Lire la première partie du dossier sur l'histoire de l'esclavage au Brésil

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Sao Paulo

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Sao Paulo ?

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet