Dimanche 23 septembre 2018
Santiago
Santiago
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EVA BOCH - "Je trouvais cela incroyable de pouvoir aller à la montagne et à la plage en une journée"

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 26/01/2016 à 23:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 19:21

 

Eva Boch est une jeune franco-italienne de 23 ans, arrivée au Chili pour la première fois en juillet 2012 et qui a décidé de monter son studio de graphisme, Hybridesignelabs, avec deux chiliens à Santiago.


Eva, quelles raisons vous ont amené au Chili ? Et pour lesquelles êtes-vous restée ?
J'ai choisis mon école d'art à Paris en fonction des possibilités d'échange Erasmus en troisième année. Un ami peintre Chilien de Paris, Carlos Araya, m'a donné envie de connaître son pays. Je voulais apprendre l'espagnol mais l'Espagne me paraissait être trop proche pour y rester six mois. Je me suis donc lancée pour l'autre bout du monde et pour aller connaître Santiago du Chili!

Dès le départ, j'ai beaucoup aimé ce pays qui est accueillant et riche en paysages naturels ! J'ai commencé à apprendre la salsa, j'ai voyagé à San Pedro de Atacama, Pucón, Viña del Mar, Valparaiso, La Serena etc. Et je trouvais cela incroyable de pouvoir aller à la montagne et à la plage en une journée ! C'est ce qui me plaît le plus : une petite escapade hors de Santiago est très facile.

Et j'ai trouvé l'amour chilien! Je suis en partie revenue pour cela. J'aime la culture chilienne, leur humour.
De plus, il y a beaucoup à faire dans mon domaine professionnel, le graphisme. Je trouve qu'en France il y a moins d'opportunités dans mon travail. C'est tous ces aspects qui m'ont décidé de rester.


Pourquoi avez-vous décidé de monter votre propre studio de graphisme plutôt que d'intégrer une agence chilienne ?
En trois ans, depuis ma première venue au Chili, j'ai eu le temps de finir mes études à Paris et de revenir à Santiago en stage de graphisme pour observer et analyser la vie en agence chilienne dans ce domaine. J'ai toujours été dans de bonnes agences mais les revenus sont très faibles pour le travail que l'on doit effectuer et la vie chilienne est coûteuse.
J'étais limitée dans la production créative de mes idées et j'avais envie de plus. J'ai décidé de monter mon propre studio car cela me laisserait une plus grande liberté créative et la possibilité d'un contact direct avec le client, ce qui me paraît fondamental pour arriver à un bon résultat. Je pense que c'est un bon moment de ma vie pour expérimenter et tout tenter pour ma passion.


Comment avez-vous constitué votre équipe ? Quelle est sa force ?
Nous sommes trois : Valentina Marinovich et Martin Iturrieta sont chiliens, et moi qui suis franco-italienne. Cela faisait un bon moment que je pensais à monter mon  studio mais je ne trouvais pas de personnes assez motivées pour se lancer avec moi.

J'ai travaillé avec Valentina dans la revue One Book, l'on travaillait beaucoup et dans de mauvaises conditions. Nous nous sommes très bien entendues et cela nous a uni. J'ai donc pensé que si l'on s'entendait si bien dans ces difficiles moments, on travaillerait bien ensemble dans n'importe quelle autre situation.

Je lui ai donc parlé de cette envie que j'avais de monter le studio. On a quitté nos emplois et on a lancé notre propre laboratoire de création. Nous avons ensuite intégré Martin, un bon ami de Valentina rencontré à l'université, et qui nous complémente dans des domaines comme la photographie, l'animation et plus encore.


Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées ?
La difficulté que nous avons eu et qui malheureusement est universelle dans mon métier sont les délais de paiement. Par exemple, lorsque nous avons gagné le grand concours de Sears au Mexique, nous avions présenté notre projet via une autre agence, qui ne croyait pas vraiment que nous pourrions le remporter. Ils ont mis plus de quatre mois à nous payer.
Nous  apprendrons chemin faisant à faire un contrat que le client et nous approuvons !


Quel est le marché ou les clients que vous visez avec Hybridesignlabs ?
Nous visons un graphisme qui ait du sens et des projets qui aient une âme. Nous sommes très intéressés de travailler avec des clients différents, que se soit de pays, de profession ou d'envies distinctes. Nous parlons Français, Espagnol, Italien et Anglais donc nous voulons profiter de ce côté international pour créer de bons projets qui répondent aux envies et idées du client. Je suis spécialisée en édition et packaging, nous faisons aussi de l'identité visuelle et du design de site web. Nous postulons à des concours et cherchons de bons projets à faire qui nous motivent. Ainsi vient la créativité.

Propos recueillis par Jennifer Roux (www.lepetitjournal.com/Santiago) - Mercredi 27 janvier 2016

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet