Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

INONDATIONS – Le Nord en « état d’exception »

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 27/03/2015 à 19:34 | Mis à jour le 28/03/2015 à 02:16

 

Depuis mardi dernier, la région d'Atacama, à 800 km au nord de Santiago, est victime d'inondations exceptionnelles qui ont poussés le gouvernement à déclarer mercredi l'état d'exception. Le dernier bilan est de 9 morts et 19 disparus

La région abrite le désert le plus aride de la planète, et pourtant depuis mardi elle est victime d'une des inondations les plus violentes de son histoire. La régon d' Atacama, à 800 km au nord de Santiago, est sous état d'exception depuis mercredi et, alors que les sinistrés se multiplient, l'armée a pris le contrôle de la zone pour venir en soutien à la population. Un couvre-feu a été mis en place, et reste de vigueur pour les trois jours à venir. Vendredi 27 mars, le gouvernement faisait état de 9 morts et 19 disparus. On compte également 680 sinistrés dans des logements de secours de la ville d'Antofagasta, et environ 800 dans la région d' Atacama. Les rues de Copiapo, capitale de la région, se sont transformées en véritables torrents n'épargnant rien sur leur passage, en témoigne les images qui se succèdent sur les différentes chaines d'info en continu.

La plupart des routes étant devenues totalement impraticables, les autorités ont appelé la population à se réfugier en hauteur pour attendre que l'un des quinze hélicoptères qui sillonne la zone puissent leur venir en aide. Plus de 2400 militaires et policiers patrouillent la zone et tentent tant bien que mal de venir en aide aux personnes isolées. La plupart des habitations n'ont plus ni électricité ni eau potable, en particulier dans les communes les plus touchées comme Tierra Amarrilla, Diego de Almagro et Alto del Carmen où une alerte sanitaire a été émise. Pour les écoliers, les cours sont suspendus et leurs établissements transformés en centres d'accueil. Le trafic aérien des aéroports d'Antofagasta et de Calama est fortement perturbé.

Une catastrophe inquiétante

Bien que « le moment le plus critique soit passé » selon Julio Sarabia, responsable des services météorologiques du Chili, ce genre de catastrophe ne présage rien de bon pour l'avenir. Cette région est extrêmement sèche en temps normal, et les précipitations de cette semaine sont dix fois supérieures à celles enregistrées normalement. On n'avait pas vu d'inondations depuis 1997 dans la région d'Atacama. Beaucoup de météorologues s'inquiètent des effets du réchauffement climatique sur la zone. Du point de vue économique, on estime le coût des dégats à plus d'un milliard de dollars, d'autant plus que les inondations ont obligés la mine de Codelco, plus grand mine de cuivre à ciel ouvert du monde, à suspendre un large pan de sa production pour des questions de sécurité.

En attendant plus de nouvelles des sinistrés et le départ des eaux, certaines initiatives ont été mises en place pour aider les victimes de la catastrophe, voir le site de Santiago Accueil.

Benjamin Delille (lepetitjournal.com/santiago) Vendredi 27 mars 2015

 

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet