ECONOMIE- "Pellenc" "taille" sa route dans les vignes et les oliviers

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 06/06/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 12:55

Pellenc, entreprise française spécialiste de la mécanisation du secteur vitivinicole et oléicole, vient de rejoindre la Chambre de Commerce franco-chilienne, après 5 ans d'implantation au Chili. La crise est derrière elle, le tremblement de terre aussi: les vignes géantes s'équipent, l'huile d'olive s'étend; les clients prestigieux arrivent. Autant de bonnes raisons de mieux connaître cette entreprise qui "roule des mécaniques"

Quel est le point commun au Chili entre le travail de la vigne et celui des oliviers? Réponse: Le groupe français Pellenc, expert en matière de mécanisation de ces deux cultures, avec des machines aux spécialités plutôt poétiques pour les néophytes: "écimage", "effeuillage" et bien sûr "vendange", mais aussi taille des oliviers et ramassage manuel "assisté" des olives. En tout Pellenc propose près de 80 machines qui remplacent ou allègent la peine des hommes dans les champs.
L'entreprise présente partout dans le monde où le climat permet à la fois la culture de l'un et de l'autre, (plus la Californie, l'Afrique du Sud, l'Australie...) s'est installée, voici 5 ans au Chili, sous la direction de Jean-Pierre Bruyère. Un nouveau cas où le choix entre l'Argentine, au marché pourtant plus étendu, et le Chili, s'est joué sur la stabilité économique de ce dernier et les accords fiscaux intéressants avec la France. "En plus de la non-double -imposition, ils prévoient par exemple, la garantie du capital pour les sociétés étrangères", précise Jean-Pierre Bruyère, qui ajoute : "les sociétés peuvent de plus être détenues à 100 % par des étrangers, ce qui n'est pas le cas en Argentine".

Et bientôt les fruits?
Pour cet homme du Sud de la France, basé de nombreuses années à Pertuis, au siège de Pellenc en Provence : "Le Chili représente une énorme puissance vinicole en devenir" ; même si la crise, suivie du tremblement de terre n'ont pas aidé le démarrage de la filiale. Son siège basé au sud de Santiago, à Champa, va accueillir deux nouveaux employés, sélectionnés par le service emploi de la Chambre de Commerce franco-chilienne. Ce qui portera les effectifs à 13 personnes: "Un mélange de Français et de Chiliens ", précise Jean-Pierre Bruyère, qui face à ses deux concurrents -d'autres Français- situe son offre dans le haut de gamme avec une forte tendance à l'innovation et un souci du service après-vente. Avec des clients, locomotives du secteur, comme les vignes Montes et Casa Silva, Pellenc voit l'avenir en ... orange. Car non content d'opérer dans la vigne et l'olivier, Jean-Pierre Bruyère vient de commander une étude de marché à la Chambre de Commerce, concernant la mécanisation dans le secteur fruitier, autre domaine dans lequel Pellenc offre des petits et grands appareils mécaniques futés pour faire plus et mieux dans les campagnes.
S.R (www.lepetitjournal.com Santiago) lundi 6 juin 2011

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Santiago !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale