Mardi 25 septembre 2018
Santiago
Santiago
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PETANQUE – Grand tournoi à Santiago les 8 et 9 novembre !

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 23/10/2014 à 03:00 | Mis à jour le 22/10/2014 à 22:16

 Les 8 et 9  Novembre, lepetitjournal.com organise un grand tournoi de pétanque, dans le cadre du "Village de France", au Parc Balmaceda (Métro Salvador, près du Cafe Literario). L'occasion d'un retour sur l'histoire et les règles de ce sport palpitant, où la bonne humeur est le maître mot

Partie de Provence, la pétanque à gagné toute l'Europe (Photo: Anouk Ancèle) 

Samedi 8 et dimanche 9 novembre, venez vous essayer à notre tournoi de pétanque. Organisé dans le cadre du « Village de France », événement phare de la semaine française de la Chambre de Commerce franco-chilienne, il aura lieu à partir de 14h au parc Balmaceda (métro Salvador)*.

De Banyuls sur Mer à Six Fours les Plages, en passant par Nice, Toulouse et bien sûr Marseille, en clair tout le Sud de l'Hexagone (pour un sudiste, le Nord commence à Lyon), pétanque rime avec cigales, pinède, bière ou pastis frais sous un soleil de plomb, mais avant tout avec bonne humeur, amitié et convivialité.  Le spectacle des « vieux » d'un village provençal se déchaînant le dimanche autour d'une partie est un moment rare et poignant.

Le mot « pétanque » tire son origine du provençal : pieds, et tancat: planté. Le joueur doit ainsi garder ses deux pieds au sol dans un "rond" préalablement dessiné. On la distingue du jeu de boules dit « à la Lyonnaise », où les joueurs font trois pas avant de lancer, et où le terrain est plus long.

"Une partie de pétaaanque, ça fait plâisir !!!" (Ecouter la chanson)

Des ruisseaux de pierres tortueux aux places de village les plus plates, la pétanque peut se jouer partout. Il suffit de quatre ou six convives, de douze boules et d'un cochonnet, et la partie peut débuter. La seule règle: le terrain doit être compris entre 6 et 10 mètres.

Deux équipes (de trois joueurs maximum) s'affrontent, avec six boules par équipe. Le but du jeu est de placer les boules le plus près possible du "cochonnet". Lorsque toutes les boules sont lancées, on compte les points. L'équipe marque autant de points qu'elle a de boules plus proches du bouchon que celles de l'équipe adverse. On relance alors le cochonnet et c'est reparti. La partie s'arrête lorsque une équipe atteint 13 points. (Voir les règles officielles)

Le lexique du parfait « bouliste »

Cochonnet, bouchon, petit: le nom change suivant les régions. Petite boule en bois ou en plastique. C'est la cible à viser avec la boules: le but. 

Une mène: lorsque toutes les boules sont lancées, c'est la fin de la mène et on compte les points, avant de rejouer.

"Être Fanny" : perdre 13 à 0, l'humiliation ultime. Autrefois, dans les villages, le patron du bistrot disposait d'un tableau représentant une demoiselle, la fameuse Fanny, au postérieur ? dénudé. L'équipe vaincue devait embrasser son c.., dans l'hilarité générale.

Pointeur, celui qui pointe: va jouer en premier et va tenter de placer la boule le plus près possible du bouchon.

Tireur, celui qui tire:  va essayer de déloger les boules adverses par le choc de sa boule. Au « fer » (en tirant directement dessus) ou à la « raspaille » (en faisant rouler la boule au sol préalablement). 

 Demi: troisième membre de l'équipe. Doit maitriser les deux aspects, en cas de défaillance de l'un ou de l'autre. 

 « tu tires ou tu pointes? »: C'est l'éternel débat tactique devenu aujourd'hui un cliché du « parler marseillais ».

 Carreau sur place:  Un tir où une boule remplace parfaitement une autre, c'est le tir parfait. Reconnaissable à son bruit sec. 

 Faire un trou: rater son tir (lamentablement).

 Têter, faire une testard, un biberon: la boule est complètement collée au bouchon.  (point parfait)

Chiffonnette: pour essuyer ses boules fatiguées de rouille et de poussière. 

 Aimant: pour les plus modernes ou les plus fatigués, aide à ramasser la boule au sol.

 Le « mètre » ou la « mesurette »: pour mesurer les distances en cas de litige entre deux boules. 

Faire le "barbot": discuter pendant et entre les points pour déstabiliser l'adversaire.

 La belle: partie qui suit la revanche, pour départager les deux équipes. 

Fabien Leboucq avec Adrien BERIA (lepetitjournal.com/santiago) jeudi 23 octobre 2014

 *Inscription obligatoire et règlement avant le 30  octobre: sophie.rouchon@lepetitjournal.com.

Le rendez-vous est à 14h, samedi ou dimanche, au Parc Balmaceda, près de l'arrêt de métro Salvador (sur la ligne 1). L'inscription est de 7000 pesos par équipe avec des nombreux lots à la clé. Faites vite car le nombre de places est limité et le tournoi du dimanche est presque complet ! Précisez aussi si vous viendrez avec vos boules  ou si vous souhaitez que l'on vous en prête.  Possibilité également d'en acheter sur place : 30.000 le coffret de 8. 

N'hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement !

La pétanque est brillamment expliquée par René Vassas, dans « la pétanque, règles et secrets », aux éditions Edisud.  

Le tournoi des samedi 8 et dimanche 9 novembre est organisé dans le cadre du Village de France, en partenariat avec la Chambre du Commerce et de l'Industrie Franco-Chilienne.

 
logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet