Dimanche 20 mai 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une longue histoire de scandales au sein du football romain.

Par Anne Debaillon | Publié le 29/10/2017 à 19:27 | Mis à jour le 30/10/2017 à 17:56
Panoramica_dello_Stadio_Olimpico_(Roma)

Le dernier outrage en date, celui des supporters de la Lazio publiant des photos d’Anne Frank portant le maillot de leur rival, l’AS Roma, est le dernier d’une série de scandales affectant ce club de football de la capitale.

Rappel des faits : la semaine dernière, les supporters de l’un des clubs de la capitale, la Lazio, ont sali la mémoire d’Anne Frank. Ils se trouvaient dans la Curva Sud, le coin du stade habituellement réservé aux supporters de l'AS Roma, leur rival. La Curva Nord était fermée en raison de chants racistes entendus lors du match contre Sassuolo plus tot ce mois-ci. Les tifosi ont alors collé des photos d'Anne Frank portant un maillot de l'AS Roma dans le stadio Olimpico que les deux équipes se partagent à Rome.

L’affaire a entrainé une vive émotion dans toute l’Italie. Pour éteindre la polémique, le club et les autorités italiennes n’ont pas ménagé leurs efforts. Le président de la Lazio a annoncé qu'il emmènerait chaque année des jeunes à Auschwitz. La fédération italienne de football a aussi annoncé une minute de réflexion sur la Shoah, avec la lecture d'un extrait du célèbre journal de la jeune fille juive morte en déportation, avant chaque match de Serie A, B, C. On a vu les joueurs romains porter à l’échauffement un t-shirt avec la photo d’Anne Frank au-dessus de l’inscription "Non à l’antisémitisme". Mardi dernier le président de la Lazio, Claudio Lotito, a déposé une gerbe de fleurs devant la synagogue de Rome.

La police a depuis identifié les responsables : 13 supporters de la Lazio ont été interdits de stade. La sanction la plus lourde a été prise à l'encontre d'un homme de 46 ans, déjà interdit de stade dans le passé. Il a été cette fois banni pour huit ans, avec obligation de pointer dans un commissariat.  Pour les 12 autres personnes, il s'agit d'une interdiction de stade de cinq ans. Six des personnes sanctionnées sont membre des Irriducibili, le principal groupe de supporters Ultras de la Lazio.

Les ultras de la Lazio sont malheureusement connus pour des chants fascistes, des cris de singes, des croix gammées et autres saluts, donnant à la Lazio l’image d’un club fasciste. Ils avaient notamment accroché une banderole restée tristement célèbre en 2001: « La Roma : une équipe de nègres et de supporters juifs ».

Les liens avec les groupuscules d’extrême droite ont déjà fait la une des journaux en 2005, quand le joueur culte Paolo Di Canio saluait la foule d’un bras tendu. À cette occasion le joueur déclara pour se défendre : « Je suis fasciste, mais pas raciste ». Di Canio porte d’ailleurs l'inscription « DVX » tatouée sur son bras, signifiant Duce en latin.

Mais les supporters de la Lazio sont loin d’être les seuls à se distinguer : les supporters de la Juventus de Turin ont également chanté des hymnes anti-sémites récemment, de meme que les ultras de Vérone et l’AS Roma elle-même…

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on … Depuis les mesures prises pour enrayer la polémique, des sifflets ont interrompu cette semaine dans plusieurs stades italiens la lecture du journal d’Anne Frank. A Turin, où jouait la Juventus, certains supporters ont tourné le dos à la pelouse et ont chanté l’hymne italien pendant cette célébration. A Bologne, des supporters de la Lazio ont entonné le chant fasciste "Me ne frego"et ont effectué des saluts romains bras tendu avant d'entrer dans les tribunes du stade. Le président de la Lazio, celui-là meme qui a déposé une gerbe de fleurs devant la synagogue de Rome, a été enregistré alors qu’il qualifiait son geste de «sketch». On a pu voir depuis la gerbe de fleurs flotter sur les eaux du Tibre ..…

 

annedebaillon

Anne Debaillon

Rédaction en chef de l'édition de Rome. Originaire de la région lilloise, expatriée depuis 20 ans, Anne Debaillon a exercé différents métiers dans le domaine des sciences de la vie et a notamment été rédacteur en chef de journaux francophones
0 CommentairesRéagir

Communauté

Milan Appercu
INTERVIEW

Emna Neifar: "développer Bio c’ Bon en Italie était un vrai challenge"

Rencontre avec Emna Neifar, expatriée franco-tunisienne en Italie. A travers son parcours, elle nous raconte ses difficultés et satisfactions dans un marché du travail dans lequel elle a su s’imposer

Sur le même sujet