Mercredi 8 décembre 2021
TEST: 2283

La tradition du Carnaval en Italie

Par Karine Gauthey | Publié le 13/02/2021 à 19:28 | Mis à jour le 01/05/2021 à 16:07
Carnaval Italie

“A Carnaval  chaque  blague  vaut!”

La date du Carnaval est mobile, puisqu'elle est calculée sur la base de celle de Pâques dans le calendrier grégorien, raison pour laquelle elle est différente chaque année. Frappes, Castagnoles, chars allégoriques, masques, confettis : chaque région célèbre à sa manière cette période festive.

 

Un peu d’histoire

Le terme “Carnaval”, qui apparaît pour la première fois en 1094 dans un édit sur les divertissements publics du doge de Venise, Vitale Falier, dérive de l’expression latine “Carne Levare”, c’est-à-dire “se priver  de la chair”. Il faisait référence au banquet qui se déroulait le mardi gras, la veille du mercredi des cendres et avant d’entrer dans la période du Carême, pour accorder à l’ensemble de la population une période totalement dédiée à la fête et aux jeux.

Au XIIIe siècle, le Carnaval se développe dans toute l'Italie. À la même période, les masques apparaissent. Ils ont pour but de permettre de conserver l’anonymat de leurs porteurs, qui peuvent, à leur guise, transgresser alors les règles sans être pour autant reconnus et poursuivis. C’est la raison pour laquelle des lois pour limiter cette liberté d’anonymat ont rapidement été mises en place.

En 1797 Bonaparte, qui dirige alors les troupes du Directoire, fit interdire tous les masques, à l’exception de ceux pendant le Bal de la Cavalchina et des fêtes privées. Sous l’occupation autrichienne, en 1849, la fête est partiellement rétablie, mais est bien plus bourgeoise, faisant disparaître l’esprit initial du carnaval. Il faudra attendre 1979, année durant laquelle les citoyens de Venise, la Commune, la Biennale, le Théâtre La Fenice et quelques institutions, réussirent à remettre sur pied l’extraordinaire spectacle.

Mais pourquoi se déguiser ? Selon la tradition, les masques italiens, c’est-à-dire Arlequin, Pulcinella, Colombina et Meneghino, représentaient d’une part les vices et les vertus du peuple et d’autre part les différentes classes sociales. Se déguiser pendant le Carnaval signifiait donc renverser les rôles à l’intérieur de l’échelle hiérarchique.

 

Carnaval

 

Deux célèbres Carnavals en Italie

L’un des plus importants Carnavals d’Italie est certainement celui de Viareggio qui cette année, en raison de la pandémie, aura lieu du 18 septembre au 9 octobre 2021. Le Carnaval de Viareggio est un grand spectacle culturel né en 1873, à l’occasion du premier défilé dans la rue Regia, où se succédaient les carrosses décorés. Aujourd’hui, les chars allégoriques défilent à travers la ville, offrant un incroyable spectacle aux habitants et touristes.

Le Carnaval de Venise est l’un des plus célèbres au monde et cette année, en raison de la crise sanitaire, il se déroule en streaming.  Chaque édition est dédiée à un thème et les événements les plus attendus sont “le vol de l’Ange” (coutume née eau XVIe siècle et initialement appelée “le vol du Turc”) et la “fête des Marie” (il s’agissait à l’origine de la célébration des mariages de douze filles, choisies parmi les plus pauvres et les plus belles).

En 1926, un édit du Sénat de la République déclare férié le jour précédent le début du Carême. C’est le jour de Carnaval, où jongleurs, musiciens et danseurs animent la ville. Il a parfois même duré six semaines, du 26 décembre au mercredi des Cendres, mobilisant alors les espaces publics, les palais, les théâtres et les cafés. Aujourd’hui encore, des fêtes privées et masquées ont lieu dans d’élégants palais vénitiens.

Le masque le plus célèbre du Carnaval de Venise est le masque de médecin, avec un long nez qui ressemble à un bec. Ce masque était utilisé par les médecins pendant l’épidémie de la peste. Il était rempli d’herbes aromatiques afin d’atténuer les odeurs des corps malades et morts, et une gaze imbibée de vinaigre et d’huiles essentielles devait les protéger de la maladie. 

La spécialité culinaire vénitienne qui accompagne le carnaval est la « frittella ». Elle est préparée par toutes les boulangeries et pâtisseries de la ville uniquement en cette période. À Rome, ce sont les « castagnole », natures, au rhum, au limoncello, à la crème voire à la ricotta. Elles sont disponibles dès la mi-janvier et se trouvent facilement !

Nous vous recommandons
Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition bénévole pour Lepetitjournal.com/Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Rome ?

J'AI TESTÉ POUR VOUS

L’Anticafé, pour rendre le télétravail plus agréable

A seulement deux minutes à pied de la station de métro San Giovanni se trouve l’Anticafe. Ce lieu est propice au télétravail et permet de ne pas rester enfermé chez soi.