Mardi 20 novembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LA BOUSSOLE D’OSCAR - Le carnaval, respiration privilégiée des peuples sous forme "d’excès permis et de violation solennelle d’un interdit"

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 22/02/2015 à 23:05 | Mis à jour le 23/02/2015 à 16:35

Recursimo RH vous invite à suivre les pérégrinations d'Oscar, nouvel arrivant en terre brésilienne, que vous pouvez conseiller à chaque épisode, car il en a bien besoin ! Pour clore ce quatrième épisode, voici le bilan et éclairage du cabinet de conseil qui agit telle une boussole pour notre héros.

Au-delà du lien avec le religieux, les grandes fêtes de carnaval jouent deux fonctions essentielles : favoriser la cohésion par l'homogénéité du corps social et alléger les tensions internes.

Lors de la fête, l'intégration sociale se fait par l'expérience commune de vivre l'unité d'être un même peuple mû par un sentiment d'appartenance, et le partage d'un vécu joyeux que fonde une mémoire collective. De surcroît, le carnaval, qui est une fête particulière, participe à l'allègement des tensions sociales issues des nombreuses contraintes : modèles  sociaux, conventions sexuelles, codification des émotions, des conduites relationnelles, des liens de pouvoir, etc.

Le carnaval de rues : terrain de transgression symbolique
Lors de ces fêtes de carnaval, nous  retrouvons  toujours le principe d'inversion de nos grands archétypes : seigneur/esclave, homme/femme, enfant/adulte, pauvres et riches, mais aussi l'expérimentation des états seconds liés à la consommation d'alcool et de drogues, pour mieux oublier qui nous sommes et explorer la transgression de limites trop connues.

A Rio, pendant des jours et des nuits, on envahit les rues en dansant des sambas endiablées. Et on se déguise ! Car derrière les masques, toutes les barrières sociales, d'âge ou de fortune, disparaissent... Il est enfin  possible d'expérimenter d'être ce que nous ne sommes pas. Oscar, en immortalisant les deux petits chaperons rouges, a saisi la triple transgression : sexuelle homme/femme, adulte/enfant, imaginaire du conte ? jamais deux petits chaperons rouges ensemble ! ?.

Sambodrome : sous les auspices du pouvoir en place
La fête reproduit, en les ritualisant, les hiérarchies en usage : religieux si la fête est sacrée, politique si elle est profane, économique si elle est sponsorisée (Loïc Joffredo, Les Eternels retours).

Ainsi au démarrage de chaque école de samba à Rio, un haut-parleur annonce les sponsors. Enfin, la notion du temps, intimement liée aux questions financières dans nos sociétés mercantiles, symbolique et  omniprésente, sanctionne les écoles de samba qui débordent  les 90 minutes attribuées au défilé.

Le carnaval : reproduction de la dualité brésilienne
Le carnaval ne peut gommer la grande  fracture sociale,  ni  occulter les dualités de la société brésilienne qui met en scénedeux types de fêtes :

- la fête de l'ordre, qui suit un triple conformisme : rigidité du déroulement de la fête, répetition dans le temps, séparation entre les spectateurs et les acteurs. Réservée aux plus riches.

- la fête du désordre, le carnaval de rue, chaos apparent qui, par effet cathartique, contribue à renforcer le retour à l'ordre existant. Accessible à tous.

Une forme d'incarnation inconsciente de la devise nationale "ordre et progrès" ? Car le chaos engendre la créativité, l'innovation et favorise la prise de risques, source d'évolution.

Oscar, qui apprécie ce carnaval, traverse une sorte de "carpe diem", mais nous pouvons aussi imaginer sa crainte d'un "no future" : effet de contagion lié au manque de perspective vécu par le peuple brésilien concernant l'avenir de son  pays ? L'espoir reste toutefois de mise : l'imaginaire des peuples et le carnaval ont le pouvoir de tout transcender !

 

RECURSIMO (www.lepetitjournal.com - Brésil) lundi 23 février 2015

- Lire le quatrème épisode des aventures d'Oscar

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet