Lundi 24 septembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SUCA YOUNES ET REGINA ZUIM - "Solidariedade França-Brasil travaille à la promotion de la santé et à la formation des professionnels de santé publique"

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 18/05/2016 à 22:05 | Mis à jour le 23/05/2016 à 13:36

Association de référence à Rio menée par une équipe franco-brésilienne depuis 1986, Solidariedade França-Brasil (SFB) commémore cette année ses 30 ans. Trente années de défense des droits des enfants des quartiers défavorisés de la banlieue de Rio. Lepetitjournal.com vous propose ainsi une semaine spéciale SFB avec trois entretiens. Le deuxième concernant le secteur de la santé de l'ONG avec Suca Younes, coordinatrice du programme santé, et Regina Zuim, médecin et consultante sur le projet "Teia de cuidados".

Lepetitjournal.com : Quels sont les objectifs et actions du programme de santé de SFB ?
Suca Younes :
Le programme "Droit à la santé" a pour objectif de contribuer à l'amélioration de la qualité de la prise en charge en santé de la population, en particulier des enfants et de leurs familles, en intégrant des actions de promotion et de prévention. Nos actions sont alignées sur les directrices des politiques nationales de santé, particulièrement celles liées aux soins de santé primaire, et sont organisées de façon à renforcer les réseaux locaux et différents acteurs que les composent. Parmi les principales actions mises en place, nous comptons la réalisation de diagnostics territoriaux sur l'état de la santé, la qualification de professionnels de santé publique et la mobilisation des communautés autour de la promotion de la santé. Les contenus travaillés s'appuient sur les politiques nationales de santé comme base de discussion et de développement, tout en respectant toujours les processus participatifs comme méthodologie. Ainsi, nous travaillons sur des thèmes comme l'humanisation, l'accueil, le renforcement des liens, les flux et les processus de travail, les droits, etc. En résumé, nous travaillons la formation des professionnels de santé publique et la promotion de la santé et la prévention des maladies avec les familles des communautés.

L'un de vos projets les plus récents est "Teia de cuidados". En quoi consiste-t-il ?
Suca
 Younes : Ces deux dernières années, ce projet a ?uvré à la formation de plus de 80 professionnels de santé de la famille, issus de 12 équipes responsables pour la prise en charge de toute la population de Mangaratiba (Rio de Janeiro) et a permis la réalisation d'un diagnostic de la situation de la santé dans la ville. En outre, le projet a mobilisé les communautés de Vila Benedita, Muriqui et Praia Pequena autour de la santé. Ainsi, des débats et discussions ont été organisés avec les habitants sur les problèmes quotidiens de santé qu'ils rencontrent et des propositions de solution ont été faites ainsi qu'une planification d'actions de promotion de la santé dans ces quartiers, où vivent plus de 400 familles.

Lors des 10 ans de SFB, vous évoquiez une dégradation du système de santé brésilien. Comment voyez-vous la situation aujourd'hui dans les quartiers où vous intervenez, notamment avec la crise économique ?
Regina Zuim : Ce qu'il se passe à Rio est un reflet de ce qu'il se passe à l'échelle du pays. Il est important de se rappeler le contexte dans lequel nous parlions à l'époque. Le système unique de santé (SUS) a eu une existence bien courte. Sa mise en ?uvre a commencé en 1990 et la transition de l'ancien modèle au nouveau se déroulait progressivement. Dès sa mise en ?uvre, le droit à la santé est devenu universel et un devoir de l'Etat. En d'autres termes, nous sommes passés d'un modèle de couverture restreinte, qui était destiné uniquement à certaines catégories de la population à un modèle qui a comme principe l'accès universel et gratuit pour tous. Cependant, le système a dû faire face, depuis sa naissance, à un financement insuffisant pour répondre à ses principes et lignes directrices. En dépit de tous les obstacles, le SUS s'est tout de même imposé comme la plus importante politique d'Etat du pays, promoteur d'intégration et de justice sociale. Un bilan publié par le ministère de la Santé à l'occasion des 20 ans du SUS a démontré les gains remportés dans divers domaines et à différents niveaux de complexité, à la fois dans les soins de santé que dans la production de médicaments et de fournitures. Les gens peuvent accéder au système pour obtenir un examen médical, une vaccination, des médicaments essentiels, ainsi que pour des traitements très complexes comme une greffe. Malheureusement, les bons résultats obtenus n'ont pas empêché des difficultés persistantes d'accès aux soins, de retard dans les différents types de prise en charge et d'hospitalisation, on constate une insuffisance et une détérioration des infrastructures des établissements de santé, une déficience des professionnels de santé travaillant sur les soins primaires, une persistance de la segmentation du système et une mauvaise intégration des services de soins primaires avec d'autres niveaux de soins. Et dans une métropole comme Rio, toutes ces dimensions sont amplifiées. L'autre problème, souvent lié au précédent, est la gestion. Au cours des dernières années, pour faire face aux crises de gestion, nous avons assisté au transfert de la responsabilité de la gestion du système de santé publique à ce que l'on appelle des organismes sociaux (OS). Mais cette externalisation a engendré une détérioration des relations de travail, un turn-over élevé des professionnels de santé et des objectifs de travail qui leur nuisent ainsi qu'à la population. La crise politique et économique actuelle fragilise encore plus notre système de santé, mais heureusement, il y a de nombreuses personnes qui luttent pour que la santé reste un droit universel et cette lumière doit continuer à nous guider.

Propos recueillis par Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 19 mai 2016

*Légende photo : Suca Younes (à gauche) et Regina Zuim (à droite)

- Voir le site de Solidariedade França Brasil

Deux conférences de Roland Villard au bénéfice de SFB

Le chef français interviendra lors de deux événements à La Maison du consulat général de France à Rio (voir notre agenda) :

- Ce jeudi à 19h sur l'"histoire de la gastronomie française"

- Jeudi 25 octobre à 19h sur l'"influence de la culture brésilienne dans la gastronomie française"

Le tarif est de 50 reais pour chaque conférence ou 80 reais pour les deux. Tous les bénéfices seront reversés à SFB.

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet