Vendredi 21 septembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CARITATIF - Deux nouveaux projets inaugurés par Graines de Joie à Rio

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 04/12/2016 à 23:05 | Mis à jour le 05/12/2016 à 00:32

Active à Rio depuis 2004, l'ONG marseillaise inaugurait le mois dernier deux nouveaux projets en partenariat avec son homologue Sal da Terra : l'aménagement de la cour-terrasse de la crèche de Chameguinho (Complexo do Lins de Vasconcelos) et l'agrandissement de la crèche Sagrada Familia (Campo Grande).

Graines de Joie continue de semer du bonheur pour les enfants des quartiers défavorisés de Rio. A la fin du mois dernier, cette ONG marseillaise, qui agit également en France, en Roumanie et au Burkina Faso pour l'accès à l'éducation et l'enfance en détresse, est venue inaugurer ses deux projets annuels, le premier au Complexo do Lins de Vasconcelos et le second à Campo Grande.

C'est en 2004 que Graines de Joie a débuté ses activités à Rio, au sein de la communauté de Pavão-Pavãozinho (Copacabana) par l'intermédiaire des Travailleuses missionnaires de l'eau vive, rencontrées au Burkina Faso. "Ce sont des aides ponctuelles pour différents types d'événements", précise au Petitjournal.com Laurent Fabri, président de l'ONG. Puis le contact a été pris à partir de 2008 avec une autre association carioca, Sal da Terra, qui gère deux crèches dans deux communautés du Complexo do Lins de Vasconcelos (Arvore Seca et Vila Cabuçu), dans la zone nord de Rio.

L'action de Graines de joie a d'abord été financière, afin d'aider ces crèches, délaissées par la mairie de Rio, à maintenir leur activité. "Puis nous avons mis en place un programme de parrainage de la centaines d'enfants des deux crèches", explique
Laurent Fabri. "Chaque parrain/marraine, trouvé en France, s'engage à verser 20 euros par mois, reversés à Sal da Terra, et il y a un échange de colis trois fois par an", détaille-t-il. Entre dix et quinze parrains se sont également déplacés à Rio pour rencontrer leur "filleul".  

Des constructions soutenues par Air France et Saint-Gobain
Les projets de construction ont débuté l'an dernier avec l'aménagement du réfectoire de la crèche Ternurinha de Vila Cabuçu,
soutenu par la Fondation Air France ? Graines de Joie a été fondée en 1998 par des salariés de la compagnie aérienne. Cette année, c'est l'autre crèche, Chameguinho, à Arvore Seca, qui était concernée pour l'aménagement de sa cour-terrasse, avec le soutien de la Fondation Saint-Gobain Initiatives, qui a financé matériaux et main d'oeuvre.

Le second projet de l'année était à Campo Grande, avec l'agrandissement de la crèche Sagrada Familia ? un étage en plus a été construit. "Pour ce projet, nous sommes aidés par la Fondation Air France, l'école Jeanne d'Arc de Marseille et Chicchi di Gioia, la petite s?ur italienne de Graines de Joie", indique Laurent Fabri. C'est toujours dans ce quartier de la zone ouest de Rio que se déroulera le projet de l'an prochain : "Le prêtre qui est notre contact là-bas s'occupe de trois crèches et il voudrait également construire un centre de réinsertion de jeunes, il y a du boulot !"

Un parrain olympique
Outre les soutiens de différentes fondations, Graines de Joie peut compter sur un parrain de choix en la personne du nageur français et médaillé olympique Frédérick Bousquet, qui a rendu visite à la crèche Chameguinho après ses
épreuves lors des jeux Olympiques du mois d'août dernier. "Il a été très touché de rencontrer les enfants et de voir notre
travail sur place"
, raconte Laurent Fabri.

Si le climat dans les communautés empêche parfois les membres de l'ONG de s'y rendre, l'accueil reste des plus chaleureux de la part des habitants. "On est plutôt bienvenu parce qu'on aide les enfants, on a finalement beaucoup moins peur des trafiquants parce qu'ils sont au courant de ce qu'il se passe que de la police", relève Laurent Fabri. L'autre difficulté, liée à la crise que traverse le Brésil, est de faire accepter au personnel des crèches l'utilisation de fonds pour améliorer les établissements alors que leurs conditions salariales sont compliquées. Malgré cela, les parrainages et les projets se poursuivent, Graines de Joie espérant toujours plus de bonnes récoltes à l'avenir.

Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) lundi 5 décembre 2016

- Voir le site de Graines de Joie

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet