Mercredi 21 novembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CARNAVAL DE RIO - Une Française au cœur du défilé de l'école de samba Beija-Flor

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 26/02/2017 à 23:06 | Mis à jour le 27/02/2017 à 02:42

Virginie Roux est une danseuse française qui a réussi le pari d'être repérée pour défiler dimanche soir au Sambodrome avec l'école de samba Beija-Flor. Lepetitjournal.com l'a rencontrée.

Au c?ur de la nuit dernière, Virginie Roux a défilé au Sambodrome de Rio avec l'école de samba Beija-Flor. Tout a commencé en 2015, lorsque la Française a reçu son diplôme d'Etat de professeure de danse à l'école Rosella Hightower à Cannes, sortant major de sa promotion.

Elle n'avait pas envie de rester en Europe car elle souhaitait apprendre une nouvelle culture, découvrir de nouveaux styles de musique et de danse. "J'ai choisi le Brésil car c'était mon rêve depuis longtemps. J'avais envie d'apprendre la samba, la capoeira, le funk carioca et de nouveaux rythmes, ainsi que des instruments. En ce moment, j'apprends à jouer du pandero et du berimbau. Le but c'est de mélanger ma culture française et la culture latino-américaine pour me différencier", raconte-t-elle.

Changement de billet retour
Deux jours après son arrivée au Brésil, il y a quelques mois, elle a auditionné pour participer à la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques en tant que danseuse. Elle a réussi l'audition et a donc fait partie des danseurs du Maracanã. L'histoire aurait dû s'arrêter là. "Seulement, après les jeux Paralympiques, j'ai eu une proposition pour défiler au carnaval de Rio 2017, alors j'ai dû changer mon billet d'avion retour", ajoute-t-elle.

C'est dans un bar de samba que Virginie Roux rencontre un des directeurs de défilé de Beija-Flor. Il la repère et lui propose de défiler pour son école. "Le thème de l'école cette année m'a beaucoup touché", précise-t-elle. Il s'agit de l'histoire d'Iracema, une autochtone du Brésil, qui rencontre un Portugais, ils tombent amoureux, mais il s'agit d'un amour impossible car la jeune fille n'a pas le droit de fréquenter un homme qui n'est pas de sa tribu. "Il s'agit d'une très belle histoire d'amour. L'histoire m'a plu, ainsi que la musique. De plus, quand j'ai assisté au carnaval l'année dernière, j'avais adoré Beija-Flor", renchérit Virginie Roux.

Deux entraînements par semaine à Nilopolis
Deux fois par semaine, elle part alors s'entraîner de 20h à 3h du matin à Nilopolis, à près de 50 km de Copacabana. "C'est compliqué de s'y rendre, il faut prendre plusieurs moyens de transports : métro, bus etc., mais malgré ces inconvénients j'y vais quand même car je suis très heureuse de participer au Carnaval", souligne Virginie Roux.

Elle n'a ainsi pas passé de casting pour rentrer à l'école et a appris à danser la samba toute seule, en regardant les gens danser dans la rue à Lapa ou dans des bars. "Je n'ai jamais pris de cours de samba", précise-t-elle. "Néanmoins, on m'a demandé de chorégraphier certains groupes car les directeurs savent que je suis danseuse professionnelle et chorégraphe. J'ai donc imaginé des pas et des mouvements indigènes."

Les préparatifs du défilé gardés secrètement
En ce qui concerne les préparatifs pour le carnaval, chaque danseur a donné ses mesures pour les costumes. Toutes les semaines, à Nilopolis, ils apprennent de nouvelles chorégraphies et répètent tout le temps. "On n'a pas le droit de voir les chars ni de prendre de photos, tout est gardé très secrètement", confie-t-elle.

"Quand j'ai fait les répétitions techniques au Sambodrome, bien qu'il n'y avait pas les costumes et les chars, j'ai déjà pleuré parce que c'était déjà beaucoup d'émotion. Cela a toujours été mon rêve d'aller au Brésil. Quand j'étais toute petite je regardais des reportages sur le carnaval de Rio et voir toutes ces couleurs, ça me faisait rêver. Participer aujourd'hui à tous ces événements : les jeux Olympiques et Paralympiques, le carnaval? je n'aurais jamais pu imaginer pouvoir faire tout ça avant. Je suis très impatiente d'être à dimanche." 

Mareeva SIBERT (www.lepetitjournal.com - Brésil) lundi 27 février 2017

- Lire notre article sur l'école de samba Beija-Flor

- Lire notre reportage dans les coulisses des préparatifs du carnaval 2017 de l'école de samba Beija-Flor

- Voir le programme du carnaval de Rio 2017

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet