Vendredi 17 août 2018
République Dominicaine
République Dominicaine
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CORRUPTION - Mirlande Manigat du RDNP admet avoir reçu de l’argent de Felix Bautista

Par Lepetitjournal République Dominicaine | Publié le 04/08/2016 à 13:21 | Mis à jour le 05/10/2017 à 15:28

L'ancienne candidate malheureuse aux élections de 2010, Mirlande Manigat, secrétaire générale du « Rassemblement des démocrates nationaux progressistes » (RDNP), reconnait avoir reçu de l'argent d'une compagnie dominicaine, dans le cadre de sa campagne électorale de 2010 à 2011.

Dans une lettre datée du 1er août en réponse au président du Sénat, Ronald Larêche, dans le cadre de l'enquête législative sur les fonds PetroCaribe, Manigat confirme avoir effectivement bénéficié de la contribution de ses partisans et du support de plusieurs sociétés commerciales et entreprises nationales et étrangères.

Un montant de cinq cent cinquante mille dollars américains (550.000) aurait été versé par Hadom au RDNP.

Le parti avait fait paraître, dans son souci de transparence, écrit-elle, une note confirmant ainsi avoir reçu des contributions de compagnies étrangères légalement établies en Haïti dont Hadom.

Ces dons ont servi au financement des banderoles, affiches publicitaires, spots, tournées en provinces, et paiement des mandataires, indique-t-elle, soulignant que ceci n'a aucun rapport avec la gestion du fonds Petro Caribe.

Ciblé également dans l'enquête législative, l'ancien président Michel Martelly a qualifié d'insinuations les accusations selon lesquelles il aurait reçu une quelconque somme des entreprises dominicaines Hadom, Rofi et affiliées, dans le cadre de l'enquête législative sur la gestion des fonds Petro Caribe.

En réponse à une correspondance de Larêche, en date du 28 juillet 2016, Martelly a protesté « énergiquement » contre les insinuations, selon lesquelles il aurait pu avoir reçu une quelconque somme de personnes physiques et morales, dans ce dossier.

Dans cette lettre, dont le signataire n'est pas explicite, le secrétariat du 56e président de la République rejette ces allégations qui sont, dit-il, attentatoires à la personnalité et la réputation de l'ancien chef d'Etat.

Le président de la commission sénatoriale éthique et anticorruption, le sénateur Youri Latortue, ancien conseiller de Martelly, entend faire la lumière sur les 300 millions de dollars américains de contrats, octroyés à ces firmes, et les pots de vins accordés à diverses personnalités.

Jeudi 4 aout 2016

www.alterpresse.com

lepetitjournal.com/republique-dominicaine

0 CommentairesRéagir

Vivre en République Dominicaine

Buenos Aires Appercu
SOCIÉTÉ

L’épineuse problématique de l’IVG en Amérique latine

En Amérique latine, la légalisation de l'avortement demeure une position marginale. L’avortement clandestin, souvent le seul choix, est responsable d’au moins 10% des décès maternels.