Lundi 24 septembre 2018
République Dominicaine
République Dominicaine
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ALLIANCE FRANCAISE - Les projets de Christine Torelli, la nouvelle directrice

Par Lepetitjournal République Dominicaine | Publié le 09/12/2015 à 23:00 | Mis à jour le 10/12/2015 à 02:59



Christine Torelli a repris la direction de l'Alliance française de Saint-Domingue en septembre, à la suite d'Antonia Sandez Negrini. Une institution qu'elle connaît bien. Elle y est entrée  il y a 14 ans, en tant que professeur de français langue étrangère à Bogota. Puis, après avoir acquis des compétences en gestion culturelle au conservatoire de l'image de Nancy pendant cinq ans, elle revient en 2009 à ses premières amours et prend la direction de l'Alliance française de Cuenca, dans le sud de l'Equateur. Pendant quatre ans, cette trentenaire dynamique se fait remarquer ce qui lui vaut d'être décorée de l'ordre national du mérite. Après un retour en France de deux ans où elle a travaillé comme directrice adjointe du pôle culture et communication de Villers-lès-Nancy en Lorraine, elle arrive cette année dans la capitale dominicaine accompagnée de son mari et de ses deux enfants. Trois mois après sa prise de fonction, elle nous présente l'Alliance et ses projets pour 2016.

Lepetitjournal.com/rep-dom : Pouvez-vous nous rappeler les missions et le statut de l'Alliance française ?
Christine Torelli : La mission principale des Alliances est de diffuser la langue et la culture françaises et francophones, tout en valorisant la diversité culturelle. Nous soutenons régulièrement des expositions d'artistes dominicains comme lors de cette rentrée avec Jean Torely ou encore l'exposition actuelle qui se termine ce samedi « Si me miras ». Notre action place la langue française comme le véhicule par lequel s'expriment les identités et se transmettent les idées et les savoirs, c'est pourquoi l'Alliance française a toujours organisé des débats d'idée et continuera à le faire. Concernant son statut, l'Alliance française de Saint-Domingue est une association dominicaine à but non lucratif régie par un conseil d'administration loca (ci-contre)l. Le président depuis 3 ans est Santiago Collado Chastel, un médecin cancérologue franco-dominicain, amoureux de la culture française. Nous fonctionnons sur nos ressources propres c'est à dire en très grande partie par la vente des cours qui sont réalisés au sein de l'Alliance mais aussi à l'extérieur dans des établissements scolaires, des universités et des entreprises. Nous bénéficions, par ailleurs, de subventions de l'Ambassade de France et l' État français met à disposition de l'Alliance deux agents du Ministère, en l'occurrence notre chargée culturelle, Élise, et moi-même. Nous travaillons également avec plusieurs partenaires privés, notamment Air Caraïbes qui soutient très activement notre programmation culturelle.

Quelles sont les spécificités de l'Alliance française de Saint-Domingue par rapport aux Alliances que vous avez connues précédemment ?
C'est une Alliance importante avec une très bonne école de langue qui accueille entre 2400 et 2600 élèves différents par an. Nous sommes les seuls dans le pays à proposer les passations des DELF et DALF (Diplôme d' Études en Langue Française et Diplôme Approfondi de Langue Française) et nous avons un excellent taux de réussite à ces examens. Une qualité d'enseignement que nous devons notamment à la trentaine de professeurs qui collaborent avec nous et qui sont formés continuellement aux nouvelles méthodes d'apprentissage. Par ailleurs, l‘Alliance est dotée d'une belle infrastructure : nous avons un centre de ressources de langue française qui contient plus de 17000 documents (des livres, des films, de la musique), une galerie d'art, le studio de RFI et le bureau de Campus France, un service géré par l'Ambassade et qui aide les étudiants  et les jeunes professionnels à poursuivre des études en France. Le pôle francophone est enrichi de services annexes tels que la librairie française ou encore la cafétéria gérée par René et Nicole à qui nous louons les espaces.  C'est un lieu de convivialité dans lequel les gens se retrouvent autour d'un point d'intérêt commun, la langue française.

Vous avez repris la direction de l'Alliance pour 4 ans (2 ans renouvelables une fois). Quel cap avez-vous fixé ?
Le projet définitif pour 2016-2018 est en cours de finalisation avec les groupes de travail formés par les collaborateurs de l'Alliance. Mais je peux déjà vous dire que notre projet culturel reflètera une image de la France contemporaine et moderne. Dans ce contexte, nous allons pérenniser nos partenariats avec d'autres institutions culturelles, comme le festival EDANCO par exemple. L'Alliance française est aussi productrice d'événements comme pour la Fête de la musique et elle le sera encore plus. Nous prévoyons une programmation avec davantage de projets internationaux. Enfin, en tant que déléguée générale de la Fondation AF en République dominicaine, je travaille aussi sur le renforcement de la collaboration entre les quatre établissements du pays, car nous avons aussi des Alliances à Santiago (qui compte 1200 étudiants), Mao et Montecristi.

Et sur le plan pédagogique ?
Notre public est composé en majorité d'adolescents et de jeunes adultes, un public de plus en plus présent sur les plateformes numériques. Aussi, sur le plan pédagogique, notre objectif est de développer davantage les outils innovants qui rendent l'offre plus attractive. Depuis 1 an et demi, les Alliances de Saint-Domingue et de Santiago équipent, ainsi, les salles de classe de tableaux interactifs.
Nous dispensons aussi des cours de français 100% en ligne en partenariat avec l'Institut français de Madrid auxquels une quarantaine d'étudiants dominicains sont inscrits. Une de nos ambitions est de développer un format de cours mixtes en offrant la possibilité aux élèves de faire coexister du présentiel et des cours en ligne. Cela répond à la demande du public qui a besoin de souplesse dans les horaires tout en voulant quand même garder un contact réel avec un professeur. Ce projet implique la création d'une salle multimédia. Nous avons également prévu de développer d'ici fin 2016 de nouveaux contenus éducatifs, notamment grâce au projet Culturethèque, qui est une plateforme donnant accès, via un abonnement, à des milliers de documents en français sur tablettes.

Pouvez-vous nous parler des événements à venir en 2016 ?
Notre plus gros événement culturel, chaque année, est la fête de la Musique, avec environ 8000 spectateurs. Pour l'édition 2016 qui aura lieu le vendredi 17 et le samedi 18 juin, je suis ravie de pouvoir annoncer que nous aurons la participation du groupe français de pop électro General Elektriks. Leur leader, Hervé Salters, est un franco-américain qui vit à Berlin. Il est le symbole d'une France qui s'exporte. Ils seront à  Saint-Domingue avant de s'envoler pour New York où ils joueront pour la fête de la musique le 21 juin. Autre nouveauté au mois de mars, nous allons amener un très beau projet de la province vers la capitale, le festival de cinéma IFFIC, initié par l'Alliance de Santiago. Il aura lieu également cette année à Haïti. C'est un festival international de cinéma indépendant, avec une belle part faite aux films français et francophones sortis très récemment. Le festival sera diffusé dans le réseau des salles Palacio del cine, du 8 au 15 mars. Enfin à plus court terme, nous lançons en janvier notre premier agenda culturel bimestriel. Quelques dates d'ores et déjà à retenir. Chaque mardi à 19h à compter du 19 janvier, cinéma en plein air dans les jardins de l'Alliance : les deux premiers films que nous présenterons rendront hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo. Le 20 janvier, vernissage d'une nouvelle exposition où nous aurons le plaisir d'accueillir l'artiste dominicaine Rosalba Hernandez. Et pour la Saint-Valentin, un très bel apéro-concert aux couleurs brésiliennes pour une soirée en amoureux ou à partager entre amis…

Le site de l'Alliance française : www.afsd.net

Propos Recueillis par Gaëlle Le Gall Nicolas (www.lepetitjournal.com/republique-dominicaine),  jeudi 10 décembre 2015.

Pour recevoir nos informations du lundi au vendredi, cliquez ici et abonnez-vous à la newsletter, c'est gratuit.



0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en République Dominicaine

Buenos Aires Appercu
SOCIÉTÉ

L’épineuse problématique de l’IVG en Amérique latine

En Amérique latine, la légalisation de l'avortement demeure une position marginale. L’avortement clandestin, souvent le seul choix, est responsable d’au moins 10% des décès maternels.

Sur le même sujet