Jeudi 20 septembre 2018
République Dominicaine
République Dominicaine
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ALLIANCE FRANCAISE – Changement de direction à Saint-Domingue

Par Lepetitjournal République Dominicaine | Publié le 20/07/2015 à 22:10 | Mis à jour le 06/01/2018 à 16:02

Antonia Sandez Negrini, directrice de l'Alliance française de Saint-Domingue durant quatre ans, s'est envolée vers de nouvelles fonctions en France, dans la vallée du Rhône. Elle est remplacée par Christine Torelli, anciennement à la tête de l'Alliance française de Cuenca, en Équateur.

Antonia Sandez Negrini

Lors d'un discours de départ empreint d'émotion, Antonia Sandez Negrini a qualifié ses quatre années passées à la tête de l'Alliance française de Saint-Domingue ?d'expérience professionnelle, humaine et personnelle extraordinaire?.

Elle a également dressé un bilan de son action. Sur le plan pédagogique, elle a notamment évoqué la modernisation des méthodes avec l'introduction des nouvelles technologies et des tableaux numériques, l'apprentissage du français en ligne et la délivrance du Master Français Langue Etrangère à différents professeurs de l'université UAG (Antilles-Guyanne).


Antonia Sandez Negrini a également évoqué les nombreuses activités culturelles organisées ces quatre dernières années, en particulier les événements liés au centenaire de l'alliance en 2014, et la monté en puissance, année après année, de la Fête de la musique organisée dans la zone coloniale.

De nombreuses réalisations obtenues grâce à un travail d'équipe, comme l'a rappelée la directrice partante, ?dont l'objectif unique est et doit continuer d'être le maintien de l'alliance comme centre de référence et d'excellence au niveau national?.

Antonia entourée de l'équipe de l'Alliance.

FB (www.lepetitjournal.com/republique-dominicaine), mardi 21 juillet 2015
Inscrivez-vous à la newsletter : ici

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en République Dominicaine

Buenos Aires Appercu
SOCIÉTÉ

L’épineuse problématique de l’IVG en Amérique latine

En Amérique latine, la légalisation de l'avortement demeure une position marginale. L’avortement clandestin, souvent le seul choix, est responsable d’au moins 10% des décès maternels.

Sur le même sujet