Mercredi 19 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une usine de traitement pour sauver Rabat d’une catastrophe écologique

Par Olivier Delagarde | Publié le 11/06/2018 à 16:25 | Mis à jour le 11/06/2018 à 16:30
Photo : Crédit Le360
Une usine de traitement des lixiviats, ces liquides toxiques stockés dans la décharge d’Oum Azza à Rabat, devrait voir le jour prochainement. Olivier Delagarde

Une usine de traitement des lixiviats, ces liquides toxiques stockés dans la décharge d’Oum Azza à Rabat, devrait voir le jour prochainement.

 

Une bactérie transformée est en cours d’expérimentation pour sauver Rabat et Témara d’une véritable bombe environnementale, celle des milliers de tonnes de lixiviats stockés dans des bassins géants de plus de 5 mètres de profondeur dans la décharge d’Oum Azza, qui s’étend sur plus de 100 hectares. C’est ce que rapporte notre confrère Al Massae dans son édition de ce mercredi 6 juin.

 

Le quotidien affirme que la préfecture de Rabat a consacré un budget qui s’élève à 3 millions de dirhams pour traiter les lixiviats, en optant pour la technique d’évaporation. Plus de 230.000 m2 de ces liquides résiduels hautement toxiques ont été stockés, provoquant des odeurs pestilentielles dans les quartiers résidentiels de Souissi, près du Golf Royal et d’El Menzah.

 

Selon Saïd Zniber, directeur de Pizzorno Environnement, la société française gestionnaire de la décharge d’Oum Azza, qui reçoit plus de 800.000 tonnes de déchets provenant de 13 communes dont Rabat, Salé et Témara, le problème des lixiviats s’est aggravé ces deux dernières années, la quantité de ces percolats s’étant multipliée dans les bassins de stockage. Cette catastrophe environnementale devrait être définitivement résolue, selon le responsable, après la mise en place d’une usine de traitement de ces liquides chargés de substances toxiques et de métaux lourds, écrit Al Massae. La même source a indiqué que le coût de cette usine s’élève à 52 millions de dirhams, dont 33 millions abondés par les ministères de l’Environnement et de l’Intérieur. La société française devrait apporter le reste, note le quotidien.

 

 Saïd Zniber a aussi souligné que le traitement des lixiviats devrait contribuer à récupérer des milliers de m2 d’eau épurée, laquelle sera exploitée dans l’irrigation. Il a également signalé que la décharge pourrait aussi produire de l’électricité en exploitant le méthane résultant de l’enfouissement des déchets à travers la création de 450 puits capables de produire plus de 380 m2 de biogaz par heure. Ce qui équivaut à la consommation en électricité de la décharge, de l’unité du groupe cimentier Lafarge annexe ainsi que de 5.000 ménages.

 

(Avec Zineb El Ouilani)

 

 

olivier delagarde lepetitjournal.com casablanca rabat

Olivier Delagarde

Journaliste - Rédacteur en chef des sites lepetitjournal.com Casablanca et Rabat
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

DÉVELOPPEMENT

Une 9ème édition des Trophées de l’Africanité remarquée

C’est dans le cadre de la 15ème édition de l’Université des Jeunes initiée par le CDRT, que MBK Média Africa a choisi d’organiser cette année, les 9èmes Trophées de l’Africanité