Mardi 12 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Brahim « l’enfant égaré » : 2400 kms à vélo pour rencontrer SM le Roi

Par Olivier Delagarde | Publié le 27/08/2018 à 11:20 | Mis à jour le 27/08/2018 à 11:39
Photo : Crédit DR
Brahim « l’enfant égaré » : 2400 kms à vélo avec pour espoir de rencontrer SM le Roi du Maroc

Brahim Kermaoui est l’un de ces enfants arrachés à ses parents biologiques dans les années 70.

 

Brahim Kermaoui, franco-marocain de 39 ans, a réussi son pari fou de rejoindre la capitale marocaine depuis Paris, pour tenter de médiatiser cette affaire et avoir une audience avec le roi Mohammed VI « pour le sensibiliser à son histoire ».

 

C’est à 14 ans que Brahim apprend qu’il est « orphelin », mais c’est plusieurs années après, par le biais de membres de sa famille adoptive, qu’il apprend la vérité autour de sa filiation: « mes parents adoptifs ont d’abord adopté un enfant qui est mort 15 jours après. Ils se sont ensuite rendus à l’hôpital où ils l’ont ”échangé” avec un autre bébé, moi » explique Brahim. « Je porte le nom de cet enfant, sans même connaître le mien, ma véritable filiation ».

 

Parti le 29 juillet dernier de sa banlieue parisienne puis symboliquement du palais de l’Elysée à Paris, Brahim est arrivé à Rabat ce samedi 25 août avec chevillé au corps, deux objectifs majeurs qui font la raison de ce dangereux voyage : « j’ai parcouru ces 2400 kilomètres dans l’espoir de rencontrer Sa Majesté. Je sais que c’est un homme bon, il faut qu’il sache, car lui seul peut prendre des mesures pour que mon histoire et celle de nombreux enfants ne se reproduisent plus jamais au Maroc », explique-t-il. Et de mesure, il en a bien une dans ses modestes sacoches : la création d’une banque de données génétiques ADN, notamment de tous ceux relevant du même passé. « Cette banque permettrait de croiser les ADN d’enfants (devenus adultes) en quête de leur filiation, avec des parents recherchant leurs propres enfants perdus », développe Brahim.

 

Mais plus personnellement, Brahim a fait le vœu que la médiatisation espérée de son périple, peut-être lui permettra de retrouver les parents naturels auxquels il a été arraché…

 

 Notre très émouvante rencontre en images :

 

 

 

 

 

NDLR : Nous tenons à remercier l’hôtel SOFITEL JARDINS DES ROSES de Rabat qui a eu la gentillesse de nous accueillir dans ses jardins nous et nos caméras, ainsi que Brahim Kermaoui à sa descente de vélo lors de son arrivée.

 

 

 

olivier delagarde lepetitjournal.com casablanca rabat

Olivier Delagarde

Journaliste - Rédacteur en chef des sites lepetitjournal.com Casablanca et Rabat
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Abdou jeu 06/09/2018 - 17:33

Mercer à lepetitjournal pour ce super article qui déborde d'humanité. Et Bravo et bon courage à ce gentil homme, Monsieur Karmaoui pour ce défis qu'il s'est lancé.

Répondre
Commentaire avatar

Abdel MOUMMAD lun 27/08/2018 - 13:23

C’est vraiment un bel article et une interview à l’image de Brahim KERMAOUI. Merci à l’auteur Olivier Delagarde

Répondre

Actualités

Athènes Appercu
SPORT

Morocco Open - Maria Sakkari a remporté son premier titre WTA à Rabat

Maria Sakkari a décroché le premier titre de sa carrière ce samedi 4 mai lors du Morocco Open à Rabat. C’est la première femme grecque à avoir remporté un titre WTA depuis Eleni Daniilidou en 2008.

Que faire à Rabat ?

Les tubes de l’été en France en 2019 

Vous vous sentez has-been car vous ne connaissez plus rien à la musique française ? lepetitjournal.com vous fait une sélection des tubes qui marqueront l’été 2019 en France. 

Vivre à Rabat

Conduire à l’étranger : avez-vous besoin du permis international ?

Expatriation rime avec démarches administratives. Parmi les papiers à emporter dans sa valise, le permis de conduire français est bien souvent indispensable. Mais est-il suffisant ?

Expat Mag

Varsovie Appercu

Le 11 novembre, fête nationale de l'Indépendance en Pologne

La Pologne fête le 11 novembre non pas l’Armistice de la Première Guerre mondiale, comme en France, mais son indépendance retrouvée après 123 ans de domination austro-hongroise, russe et prussienne