Mercredi 19 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

4 journalistes marocains convoqués par la justice française

Par Olivier Delagarde | Publié le 05/09/2018 à 19:14 | Mis à jour le 05/09/2018 à 19:20
Photo : Crédit DR
Couac diplomatique ? 4 journalistes marocains convoqués par la justice française

Quatre journalistes marocains sont convoqués par la justice française suite à une plainte déposée pour « injure » à l’encontre d’un ancien capitaine de l’armée de l’air marocaine, une affaire qui pose la question de la souveraineté du Maroc et de sa justice.

 

Ainsi, le Directeur de publication de « Challenge.ma », Adil Lahlou Kamal, le Directeur de publication du site d’information « Quid.ma », Naim Kamal, le chroniqueur Jamal Berraoui et la journaliste freelance, Narjis Rerhaye ont été convoqués le 08 octobre prochain pour comparaitre devant le Tribunal de grande instance de Paris.

 

M. Adil Lahlou a affirmé que cette affaire relève de la compétence de la justice marocaine car il s’agit d’un « différend entre des ressortissants marocains, l’un résidant en France, l’ex-capitaine Mustapha Adib, et les autres au Maroc ».

 

La vice-présidente chargée de l’instruction au tribunal de grande instance de Paris, signataire de la convocation, « n’a pas tenu compte de la convention judiciaire qui existe entre le Maroc et la France », a-t-il déclaré.

 

M. Lahlou souligne que cette affaire doit être jugée au Maroc car le procès est du ressort des tribunaux marocains, mettant l’accent sur la nécessité de l’application de la convention judiciaire signée entre le Maroc et la France.

 

Le Directeur de publication du portail d’information « Quid.ma », Naïm Kamal, et la journaliste freelance, Narjis Rerhaye, également convoqués par la justice française, ont fait part, dans un communiqué, de leur « profond étonnement » quant à cette convocation suite à une « plainte infondée » pour « diffamation ».

 

Ils ont également exprimé leur « profond » étonnement de voir la justice d’un pays tiers prétendre, au nom de l’accessibilité de leur site en France, les juger pour « un fait fallacieux qui plus est ne la concerne aucunement » et de procéder à leur convocation « sans aucune forme de considération pour les attributs de souveraineté du Maroc.

 

Pour rappel, les quatre journalistes y compris Naïm Kamal et Narjiss Rerhaye sont convoqués dans le cadre de l’affaire concernant l’ancien capitaine de l’armée de l’air marocaine Mustapha Adib. Les deux premiers avaient en effet publié, en 2014, « un article à charge contre ce militant ayant dénoncé la corruption au sein de l’armée marocaine à la fin des années 90, et qui avait tenté, en juin 2014, de s’introduire dans la chambre d’hôpital du général Abdelaziz Bennani à Paris, à qui il avait déposé une lettre l’accusant de corruption et d’être responsable de la mort de soldats ».

 

Selon le site d’information arabophone « Hespress », le ministère marocain de la Justice a convoqué, lundi 3 septembre, le magistrat français de liaison de l’ambassade de France au Maroc, suite à l'affaire Adib.

 

Une source du ministère, citée par le site d'information, affirme que « Rabat a exprimé sa surprise face à la convocation de citoyens marocains par la justice française, notant qu'elle constitue une violation de l'accord de coopération judiciaire entre le Maroc et la France ».

 

La fonction de magistrat de liaison consiste à faciliter la coopération judiciaire en matière pénale et civile. La France dispose aujourd'hui de 15 postes de magistrats de liaison en Algérie, Allemagne, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Italie, Maroc, Pays-Bas, Qatar, Roumanie, Royaume-Uni, Sénégal, Serbie, Tunisie et de 3 postes de conseillers juridiques en ambassade (Russie, Chine, Turquie).

 

(Source APA NEWS – Agence de Presse Africaine)

 

 

 

olivier delagarde lepetitjournal.com casablanca rabat

Olivier Delagarde

Journaliste - Rédacteur en chef des sites lepetitjournal.com Casablanca et Rabat
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

kris jeu 06/09/2018 - 17:37

A la lecture de cette affaire, il apparaît à un simple citoyen du monde qu’il doit s’inquiéter de son avenir car elle démontre une tout autre dimension. On se demande en effet pourquoi, étant donné toutes les Législations internationales qui nous sont pondues pour diriger globalement le monde de la même manière partout, pourquoi dans le cas présent les Instances de Justice d’un pays n’ont pas confiance en la décision de Justice d’un autre ? Un Juge est un Juge, une Justice est une Justice non ? Supposée juste et Universelle on nous le rabâche mille fois non ? Ainsi si ici, la Justice de l’un n’est pas considérée comme juste Justice de l’autre nous ne sommes pas sortis de l’auberge mondialiste, vous ne croyez pas ? Une petite Justice d’un côté de la Méditerranée n’a donc pas confiance en sa petite consœur de l’autre et pendant ce temps là des hurluberlus juristes légistes mondiaux humainement incolores et intelligemment inodores d’une crasse méconnaissance internationale de la nature humaine née de différences justement, voudraient eux, nous faire admettre une manière commune de vivre. Contrairement á cette affaire eux ne veulent plus que nous nous comportions différemment…dans nos pays différents etc… avec nos idées différentes etc….donc nous forcer à comprendre tous pareillement et pour finir évidemment de …penser uniquement comme on nous le dira pour en venir darwinesquement à ne plus penser du tout. Vive, eux élites mondialistes et vive les amibes, nous ! Aujourd’hui telle va cette dictature de penser et faire unique qui envahit tous les domaines de nos vies courantes et uniformément dans nos pays différents. On peut ainsi voir que dans cette affaire la question est sur le papier seulement á la disposition des politiques, juristes et consorts beaux parleurs, la réalité elle, s’en vient au galop des Peuples qui continuent chacun leur vie en les laissant palabrer. Les élites d'un coté et les Peuples de l'autre! Ceci pour en venir à ce que, contrairement aux grands discours sur l’universalité des choses humaines, les faits démontrent toujours que tout simplement un pays, une nation, un peuple etc… a ses propres sensibilités, ses goûts, ses mœurs, ses traditions etc ….donc tout simplement sa «manière» de vivre à lui et tant mieux. Oui mais les élites vont plus loin...plus grave est par exemple, que des dingues de haut niveau sur le papier, prétendent que pour éviter le racisme il n’est rien de mieux que de supprimer du vocabulaire le mot «race» ? Hop on n’en parle plus, le problème est réglé ! Ben oui si votre belle-mère vous emmerde, votre femme vous dira qu’elle est née du St Esprit. Hop votre belle-mère est toujours lá pour vous emmerder mais interdit d'en parler! Ainsi les yeux, les peaux, les mœurs etc….et bien évidemment les races différentes, tous ces fantastiques dons de la nature…. à la poubelle de l’esprit svp car cela gêne les élites qui ne veulent s’occuper que d’eux-mêmes et ne veulent pas se mouiller car c’est l’inverse qu’il faut faire valoir, valoriser les races telles qu’elles sont pour que ses hommes prennent enfin place dans le monde. Peut-être qu’ainsi pourrions trouver une meilleure solution aux problèmes du monde justement. Vouloir légiférer mondialement identiquement sur toutes ces questions est une grotesque absurdité car qui peut prétendre tenir la science infuse du vraie, du bien pour tous unilatéralement par la même solution partout ? Ne pas voir les faits cache les problèmes de fonds et ils ressurgissent alors sous-jacents comme le nez de chacun au milieu de sa figure qu’elle soit noire, blanche, jaune ou simplement blanche brunie ou noire blanchie tel est bel humain de toujours, mélange ou pas. Ce positivisme mondialiste insensé actuel est une dictature dangereuse pour l’humanité. Bientôt nous ne serons plus même humains mais autre chose qui ne pourra être que régression ! « L’homme est fils de ses habitudes et de son milieu, et non fils de sa nature et de son mélange d’humeurs » Ibn Khaldoum 1332-1406. Cette affaire comme le reste va donc se dissoudre dans les broutilles de papier et l'essentiel sera toujours là .

Répondre

Actualités

DÉVELOPPEMENT

Une 9ème édition des Trophées de l’Africanité remarquée

C’est dans le cadre de la 15ème édition de l’Université des Jeunes initiée par le CDRT, que MBK Média Africa a choisi d’organiser cette année, les 9èmes Trophées de l’Africanité