Lundi 19 août 2019
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nina Polo Marcellier, Business Facilitator

Par Lepetitjournal Nouvelle-Calédonie | Publié le 05/03/2018 à 06:11 | Mis à jour le 27/04/2018 à 10:08
Nina Polo Marcellier Nouvelle-Calédonie Chargée relations publiques

De la Colombie à la Nouvelle-Calédonie en passant par les États-Unis, Nina Polo Marcellier a un véritable parcours de chef d’entreprise expatriée. Polyglotte, elle manie aisément le français, l’anglais et l’espagnol et se dirige vers le métier qui la passionne : le soutien au développement économique des entreprises.

 

Lepetitjournal.com Nouvelle-Calédonie : Pouvez-vous décrire votre parcours ?
Nina Polo Marcellier :
Ah, j’ai eu la chance d’avoir un parcours assez diversifié… En effet, je suis née en Colombie, puis à l’âge de 9 ans nous sommes partis en famille pour nous installer au Honduras en Amérique Centrale, j’ai vécu dans le Caraïbe hondurien, fait des séjours aux Etats-Unis. J’ai également appris le français pendant mes études et suis partie m’installer en France trois ans, puis  après un deuxième séjour en Amérique centrale je suis arrivée en Nouvelle-Calédonie il y a déjà dix ans…
Mon parcours s’est tout simplement façonné par les opportunités et les expériences des endroits magnifiques où j’ai vécu.
Après des études universitaires en biologie  et conservation, j’ai travaillé d’abord dans des programmes de conservation des tortues marines et de récifs coralliens dans les Caraïbes… Puis j’ai travaillé et reçu des formations dans le domaine du tourisme. A l’époque, les termes écotourisme, tourisme d’aventures et du patrimoine étaient en plein essor et pris très au sérieux par les jeunes entrepreneurs idéalistes que nous étions…
Je vis, je travaille et je rêve en 3 langues : espagnol, anglais et français. J’ai donc eu beaucoup d’opportunités professionnelles dans la formation et l’enseignement des langues un peu partout où j’allais.
C’est en arrivant en Nouvelle-Calédonie que commence à se consolider mon expérience dans l’univers qui me passionne le plus, celui de l’entreprenariat, du business, des échanges et de négociations. Aujourd’hui je participe activement dans des activités impliquant négociations, prospection, relations publiques et plus récemment l’organisation d’évènements avec plusieurs pays du Pacifique.
Un grand appétit de connaissances me pousse à rester connectée avec le monde et à apprendre tout ce que je peux sur les nouveaux « business models », leur architecture, les « start-up », le marketing digital et le design… Ce sont les moteurs d’innovation du monde d’aujourd’hui…

LPJNC : Quels sont les formules que vous proposez ?
NPM :
Chez Language Consultancy, nous proposons un service de consultation et facilitation d’affaires. Nous sommes est des Business Facilitators.
Selon le profil du client, ses produits et ses services, nous faisons de l’audit, du conseil en stratégie, des relations publiques et de l’accompagnement des projets afin de créer une offre dans un marché cible.

LPJNC : Qui fait appel à vos services ?
NPM :
Toute entreprise qui a l’objectif d’explorer un marché pour y étendre son activité en créant une offre. Aujourd’hui, nos clients ont des profils assez divers. On ne croit pas à une spécialisation dans un seul domaine, du moins pas pour l’instant.
Pas seulement, les grandes entreprises peuvent rêver de traverser les frontières. Avec la bonne architecture, une stratégie qui vise à l’optimisation de ressources puis en s’associant aux bons réseaux locaux, une entreprise peut trouver une place dans le marché voisin.

LPJNC : Vous avez animé le 13ème Business Forum Australie / Nouvelle-Calédonie. Quels sont vos domaines d’intervention dans ce type d’évènement ?
NPM :
Pour ce type  d’événements, c’est le networker et le  négociateur qui est en moi qui s’activent… Alors, je peux relayer des informations, connecter les organisateurs à d’autres personnes afin d’élargir leur réseau local. Je fais beaucoup de recherche également et puis prospecte et fait le suivi de personnes et d’entreprises qui pourraient été associés en tant que sponsors, partenaires, speakers…
Puis  je travaille en étroite collaboration avec l’équipe d’organisateurs dans la coordination de l’événement.

LPJNC : Quels autres services offrez-vous ?
NM :
J’ai monté une école de langues en Nouvelle-Calédonie qui propose des programmes innovants en anglais pour les adultes, nous proposons également de la formation en anglais professionnel pour les entreprises et, notre école est partenaire d’ETS global et peut donc également organiser et proposer l’examen TOEIC –Test of English for International Communication

LPJNC : Si vous n’aviez qu’un seul conseil à donner à une entreprise souhaitant s’installer en Nouvelle-Calédonie ?
NM :
"Activer son propre réseau", participer à des évènements où la Nouvelle-Calédonie (ou le pays ciblé) soit représentée, comme les forums, comme le Pacific Business Forum en Nouvelle-Calédonie. Ce sont en effet d'excellents moyens de rencontrer les entrepreneurs locaux et régionaux.
Profitez de nos services pour acquérir l’expérience du pays et rencontrez les gens et les  prestataires de services qui permettront de façonner l’offre ou de trouver des partenaires: marketing, PR, consultants.
Prenez un guide !

 

0 Commentaire (s)Réagir

Entreprises d'ici

EMPLOI

Evénement : salon des métiers, de l’emploi et des compétences

Le forum de l’emploi et de la formation change de nom : il s’agit à présent du salon des métiers, de l’emploi et des compétences. Organisé par Les nouvelles calédoniennes, le salon se tiendra le ...

Question santé

Valence Appercu
SANTÉ

Vacances au soleil : les seniors aussi doivent faire attention !

On s’imagine, souvent à tort, que les recommandations liées aux périodes de fortes chaleurs ou de canicule ne concernent que les enfants ou les personnes grabataires dans les maisons de retraite.

Expat Mag

Notre-Dame: point d'étape sur un chantier titanesque

Lundi redémarre le gigantesque et complexe chantier lancé après l'incendie qui a ravagé la toiture de Notre-Dame de Paris, interrompu le 25 juillet dernier en raison des risques de contamination...