Mardi 16 octobre 2018
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Vers une émancipation financière ?

Par Lepetitjournal Nouvelle-Calédonie | Publié le 13/05/2018 à 00:05 | Mis à jour le 13/05/2018 à 00:05
Photo : impression youtube
Séverine Blaise Nouvelle-Calédonie enjeux économiques

Séverine Blaise, Maître de Conférences en Économie, Chercheure au Laboratoire de Recherches Juridique et Economique (LARJE), revient sur l’ouvrage collectif La Nouvelle-Calédonie face à son destin. Quel bilan à la veille de la consultation sur la pleine souveraineté ?, et donne son analyse sur l’impact que pourrait avoir l’émancipation financière de la Nouvelle-Calédonie vis-à-vis de la France.

 

Existe-t-il des travaux économiques en cours ou publiés qui évaluent l'impact de l'apport financier de la France dans l'économie néo-calédonienne ? Cette dernière est-elle viable sans cet apport financier ?
Nous avons réalisé un ouvrage collectif, paru en 2016, qui constitue un bilan économique et social des différents accords politiques La Nouvelle-Calédonie face à son destin. Quel bilan à la veille de la consultation sur la pleine souveraineté ?
Dans cet ouvrage, nous présentons un cadrage macroéconomique (chapitre 2) qui analyse notamment l'évolution du poids des transferts publics dans l'économie calédonienne. En cas d'indépendance, il est fort probable que ces transferts diminuent significativement mais continuent en partie à se maintenir sous forme d'aide au développement ou d'autres formes de coopération dans certains domaines.

La Nouvelle-Calédonie peut-elle survivre sous un régime économique autarcique ?
Je n'ai pas connaissance de projet politique local visant l'"autarcie économique". En Nouvelle-Calédonie, c'est plutôt l'émancipation vis-à-vis de la France et l'autonomie qui est visée.
En cas d'indépendance, il conviendrait de mettre en œuvre une réforme fiscale importante pour compenser la baisse des transferts métropolitains et des réformes structurelles majeures qui ne manqueraient pas de rencontrer des résistances fortes étant donné la nature oligopolistique des marchés locaux et la proximité des milieux politique et économique. Par ailleurs, l'enjeu pour les responsables politiques locaux, résiderait aussi dans leur capacité de négociation et de gestion des interdépendances en nouant des partenariats diversifiés et des coopérations, tant au niveau régional qu'international.


Existe-t-il des travaux économiques en cours ou publiés qui estiment la situation économique néo-calédonienne du jour d'après si le OUI l'emporte  en 2018, 2019 ou 2022 ? Quelles sont les analyses ? Si inexistantes, quelle est votre sentiment sur le devenir économique de la Nouvelle-Calédonie dans une configuration de pleine souveraineté ?
Je n'ai pas connaissance de tels travaux. En effet, les données macroéconomiques disponibles localement ne permettent pas de réaliser de telles simulations.  Nous avons pu constater, dans le cadre de la réalisation de notre ouvrage, la faiblesse de l'appareil statistique local et des difficultés d'accès à certaines données importantes.
Le sentiment général, au regard notamment des derniers résultats des élections provinciales (même si le corps électoral n'est pas tout à fait le même), est plutôt que le NON va l'emporter. D'autant que le doute plane sur la participation de nombreux jeunes kanak indépendantistes.


Les  craintes d'un naufrage économique à court, moyen ou long terme, sont-elles justifiées par des indices économiques fiables ?
Non pas vraiment à mon sens, d'autant plus qu'après une période de ralentissement ces dernières années (en raison de la chutte du cours du nickel), l'économie locale donne actuellement de légers signes de reprise. La Nouvelle-Calédonie reste néanmoins une petite économique insulaire assez fortement dépendante et vulnérable, face notamment à l'évolution du cours du nickel et aux stratégies des grandes entreprises transnationales, mais aussi face aux changement globaux (comme l'ensemble des PEI de la région).

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

GASTRONOMIE

Le retour de l’enfant prodige

Comme chaque année, Alphonse Koce, l’enfant de Maré devenu célèbre en oeuvrant aux fourneaux du « One and Only The Palm », restaurant français triplement étoilé de Dubaï, est de retour au pays.