Mardi 28 septembre 2021

Au rendez-vous des poètes. Picasso et les livres

Au rendez-vous des poètes. Picasso et les livres

Picasso devant sa bibliothèque

Au rendez-vous des poètes, c'est-à-dire à la rencontre des poètes, était la phrase qui accueillait ceux qui entraient dans l'atelier du Bateau-Lavoir. Picasso l'a écrite à la porte de ce lieu magique, comme l'a décrit Apollinaire, où s'est forgée la toile qui allait marquer le destin de la modernité : Les Demoiselles d'Avignon.

 

Dès sa jeunesse, Picasso s'entoure de poètes et illustre des textes dans des magazines. Le fruit de ces contacts est constitué de plus de 150 livres illustrés qui lui ont donné une base culturelle et créative utile pour transférer à sa peinture la connaissance et la sensibilité partagées entre les vers, les strophes et les chapitres. La littérature a donc joué un rôle crucial dans le développement de l'histoire de l'art.

 

L'exposition commence par ses premières approches de jeunesse de la littérature. En plus d'être entouré d'écrivains comme Sabartés et Reventós à Barcelone, à Madrid, avant même d'avoir 20 ans, il partage des pages avec de grandes figures de la Génération de 98 comme Baroja, Azorín et Unamuno, et quelques années plus tard, il vit à Paris avec Max Jacob, André Salmon et Apollinaire, qui l'accompagneront sur le chemin de l'avant-garde. C'est précisément pour ce dernier que Picasso a réalisé les premiers dessins de son premier grand projet d'illustration : Le Bestiaire ou La Cour d'Orphée, qui apparaît esquissé sur de nombreuses pages du cahier numéro 7 des Demoiselles d'Avignon et figure dans la première section de l'exposition.

 

Non loin d'eux, Rilke admire le bleu Picasso et Gertrude Stein ouvre la porte à la possibilité de vivre de son art et d'atteindre une réelle indépendance.

 

La deuxième partie est consacrée à la littérature engagée, avec un Picasso qui fait la satire de l'histoire de Franco dans Sueño y mentira de Franco (Rêve et mensonge de Franco) qui raconte l'horreur de l'occupation nazie de la France avec La corrida de Luto. Cette section comprend également des portraits pour des héros et héroïnes de la Résistance tels que Madeleine Riffaud, Nikos Beloyannis et Max Barel, et d'autres publications en compagnie de la personne qui l'a le plus encouragé à s'impliquer dans la réalité sociopolitique de l'époque : son grand ami Paul Eluard.

 

La troisième salle contient des œuvres illustrées de Cocteau, Reverdy, Goll et Césaire, qui montrent l'intérêt de Picasso pour la schématisation et la recherche de la simplicité et d'une humanité. Viennent ensuite des amis catalans tels que Ors, Sabartés et Reventós, pour lesquels il réalise de belles lithographies et gravures sur des thèmes quotidiens, mythiques.

 

Des auteurs tels qu'Alberti et Cela étaient également présents. Le premier a écrit de nombreux poèmes sur Picasso et a fait partie, avec son gendre Roberto Otero, de la dernière assemblée du peintre. L'écrivain galicien, quant à lui, a publié les Dessins et écrits du peintre en suivant ses propres instructions, et de ce livre on peut voir un exemplaire spécialement dédié à Eugenio Arias et enrichi de dessins au feutre.

 

Enfin, la salle qui clôt l'exposition se concentre sur la facette de l'artiste en tant qu'écrivain, avec plusieurs de ses œuvres publiées en format livre et, sur les murs, celles qui ont également été illustrées par l'artiste lui-même : Poemas y litografías et El entierro del conde de Orgaz (Poèmes et lithographies et L'enterrement du comte d'Orgaz).

Infos pratiques  

Dates

Du
au

Adresse

Museo Casa Natal Picasso, Plaza De La Merced 15
29012 Malaga Málaga
Espagne

Contact