Lundi 30 mars 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Dopage: Démission massive à la fédération thaïlandaise d’haltérophilie

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 31/01/2020 à 00:00 | Mis à jour le 31/01/2020 à 05:22

L'ensemble du conseil d'administration de la fédération thaïlandaise d'haltérophilie a démissionné, moins d'un mois après que des allégations de dopage par des enfants haltérophiles ont émergé dans un documentaire télévisé allemand.

La démission massive a été annoncée par le président de la Thai Amateur Weightlifting Association, Boossaba Yodbangtoey, dans un communiqué daté du 30 janvier vu par Reuters. 

Le documentaire diffusé récemment par la chaîne allemande ARD sur le dopage dans l'haltérophilie "Dopage secret - le seigneur des haltérophiles'' a forcé le longtemps président de la Fédération Internationale d'Haltérophilie (IWF) Tamas Ajan à se retirer temporairement pour 90 jours alors que l'IWF ouvrait une enquête sur des allégations de corruption.

Le Comité International Olympique a fait part de ses préoccupations concernant les allégations de dopage et de corruption. Tamas Ajan a nié tout acte répréhensible.

Le diffuseur allemand a également enregistré secrètement l'haltérophile thaïlandaise Siripuch Gulnoi, qui a admis avoir pris des substances interdites avant de remporter une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

"Le journaliste n'a révélé ni son vrai nom ni sa véritable profession", a écrit Boossaba Yodbangtoey dans sa lettre de démission. "Mme Gulnoi ne savait pas du tout qu’elle été filmée par le journaliste de la télévision."

Le journaliste d'investigation Hajo Seppelt, co-auteur du documentaire de l’ARD, a déclaré que les journalistes avaient en effet opéré sous couverture afin d'obtenir leurs informations.

"Afin de révéler la vérité sur le dopage massif au sein de l'haltérophilie thaïlandaise, nous avons dû nous infiltrer en dissimulant notre identité de journaliste, sinon l'athlète n'aurait jamais admis ce qu'elle a fait face caméra", a expliqué Hajo Seppelt à Reuters.

"Tout apparait dans son intégrité, non édité et avec les voix originales. Les entités antidopage nous ont demandé le matériel."

0 Commentaire (s)Réagir