Mercredi 18 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La bûche de Noël, une tradition séculaire

Par Rachel Scharly | Publié le 23/12/2018 à 15:54 | Mis à jour le 24/12/2018 à 05:46
Photo : Bûches de Noël réalisées par Pistache NYC. Photo : Pistache NYC
La bûche de Noël

Parmi les  mets que l’on a l’habitude de voir sur une table de Noël, la bûche fait partie des incontournables. Marrons, fruits rouges ou chocolat, d’où vient cette tradition de la fameuse et délicieuse bûche de Noël ?

Il faut remonter au Moyen-âge pour trouver les origines de la bûche de Noël. C’est en effet vers le 12ème siècle que les Français ont commencé à mettre la bûche à l’honneur, parmi le cérémonial relatif à la nativité. Mais à l’époque, c’est d’une vraie bûche dont il était question. La tradition voulait que l’homme de la famille aille ramasser la plus grosse bûche possible dans la fôret. Ensuite s’en suivaient des coûtumes selon les régions. En Provence par exemple, le plus ancien et le plus jeune de la famille allumaient la bûche ensemble. Mais quelle que soit la région, la croyance autour de la bûche était de protéger la maison, la famille, les troupeaux et les récoltes. Ainsi la bûche devait brûler du 24 décembre jusqu’au dernier jour de l’année, d’où l’intérêt de ramasser la plus grosse bûche possible.

7 jours durant, elle était arrosée d’huile d’olive, de sel, de miel ou de lait, toujours selon les régions, afin de la faire brûler au mieux. La tradition était, dès le 1er janvier, de garder précieusement les morceaux de bois non consumés, afin de rallumer la bûche du Noël suivant. Par ailleurs, les cendres étaient dispersées aux quatre coins de la maison, mais aussi de l’étable, afin de protéger ces lieux contre la foudre et autres intempéries.

Mais l’âtre, qui était central dans l’habitation d’antan, avec toutes les croyances qui allaient autours, a avec le temps disparu, cédant sa place aux poëles, notamment dans les appartements. Et la tradition de brûler la bûche avec...

La création du dessert que l’on connaît aujourd’hui, et dont on se délecte, est assez confuse. Pour certains, elle serait née à Lyon en 1860, tandis que pour d’autres, elle serait née des mains d’un apprenti pâtissier, en 1834, à Saint Germain-des-Près. Une autre piste donne la parternité de la bûche de Noël au glacier du prince Charles III de Monaco, en 1898.

Mais quoi qu’il en soit, la bûche de Noël, en sa qualité de dessert festif, a pris sa place sur les tables de réveillon à partir de la Libération. Depuis quelques décennies, les plus grands pâtissiers jouent de créations toujours plus originales et fantaisistes, rendant les tables de Noël, toujours plus festives, colorées mais aussi design.

Le Petit Journal New York, vous souhaite de très belles et très sucrées fêtes de fin d’année, avec le savoir-faire français de l’atelier Pistache NYC. Pour le plaisir des yeux et des papilles...

 

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Scharly est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l