Lundi 21 janvier 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Affaire Dettinger : le point de vue du boxeur Abdel Benaicha

Par Rachel Scharly | Publié le 10/01/2019 à 17:48 | Mis à jour le 10/01/2019 à 17:48
Photo : Abdel Benaicha, champion de France 2016 et ancien membre de l’équipe de France de boxe
Christophe Dettinger Abdel Benaicha

Abdel Benaicha est un boxeur français professionnel, originaire d’Asnières-sur-Seine. Champion de France 2016, dans la catégorie « poids-coq » et ancien membre de l’équipe de France, il est de passage à New York dans le cadre de son entraînement, de ses combats et d’une possible installation future. Quelques jours après l’affaire Christophe Dettinger, il nous livre son sentiment de boxeur médaillé, mais aussi de citoyen français.

 

Le week-end dernier, alors que les Gilets jaunes en étaient à leur acte 8, des tensions entre forces de l’ordre et manifestants ont une fois de plus éclaté. Sauf que cette fois-ci, une vidéo montrant un ex-boxeur professionnel s’en prendre à deux CRS à fait le tour des réseaux sociaux. Et il n’a fallu que peu de temps pour identifier Christophe Dettinger. Mais au-delà de la division qui touche une fois de plus l’Hexagone sur ce sujet, on peut s’interroger sur la déontologie d’un champion de boxe qui s’en prend à un autre citoyen, et en l’occurrence, à un membre des forces de l’ordre.

 

Après les monuments de la République saccagés, c’est au tour des fonctionnaires de police de se retrouver en ITT. Abdel Benaicha le confirme « On ne peut pas s’en prendre aux forces de l’ordre, elles représentent l’État, la France » mais si Abdel juge l’attitude de Christophe Dettinger déplorable, en tant que boxeur, il la trouve néanmoins compréhensible, en tant que citoyen, même s’il la condamne.

 

Être sportif de haut niveau et évoluer dans les sports de combat, c’est avoir des règles. Abdel Benaicha le confirme « On évite le conflit, c’est une règle ! ». Et oui, les professionnels des sports de combat sont bien conscients de leur supériorité physique par rapport à un citoyen lambda et des dommages qu’ils peuvent causer. Par ailleurs, la boxe est un sport de combat encadré, qui se pratique par amour du sport avec un professionnalisme certain, et en aucun cas pour en découdre hors du cadre sportif. Alors pourquoi Christophe Dettinger, lui aussi champion de France, en 2007 et 2008 des lourds-légers, et qui de toute évidence observe le même code de boxeur a-t-il dérapé? Il l’explique lui-même dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux lundi, après qu’il se soit rendu de lui-même à la police. La violence des CRS l’a fait sortir de ses gonds. D’aucuns diront que la violence ne se résout pas par la violence. Mais force est de constater que beaucoup de manifestants se sont aussi fait violenter par les CRS. Alors est-ce que c’est donnant-donnant ? Est-ce que notre pays doit finir en ring de boxe ?

 

Abdel Benaicha le soulève « Le problème de la France, c’est qu’on ne fait pas la part des choses. Parmi les forces de l’ordre, il y a des gens violents et parmi les manifestants, il y a des casseurs. Mais ce n’est pas pour autant que tous les CRS sont violents et que tous les manifestants sont des casseurs ». 

 

Pour le gamin d’Asnières, qui s’est mis à la boxe à 14 ans, parce que fasciné par le personnage de Rocky, parce que le champion de Philly le faisait rêver, pour celui qui a un titre de champion de France et qui respecte les valeurs de la République, le geste de Christophe Dettinger est inexcusable. C’est une faute, en tant que sportif de haut niveau, et médaillé de surcroît. Mais Abdel Benaicha rappelle tout de même que Dettinger a une excellente réputation dans le milieu de la boxe, où il est considéré comme respectueux et respectable. Mais pour le citoyen français qu’il est, Abdel Benaicha estime que « le geste est compréhensible » en retour de la violence gratuite dont « quelques CRS » ont fait preuve, en cette 8e journée de mobilisation. 

 

En attendant, l’ex-boxeur Christophe Dettinger, aujourd’hui fonctionnaire territorial dans l’Essonne, est incarcéré dans l’attente de son procès, lequel se tiendra le 13 février. Il risque jusqu’à 5 ans de prison.

 

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Expatriée à New York depuis 2012, Rachel Scharly est la Rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Alfaget dim 13/01/2019 - 15:17

Je partage le point de vue d'Abdel Benaicha sur le comportement que doit avoir un boxeur. Mais malgré ça je ne peux m'empêcher d'admirer l'acte héroïque de Christophe Dettinger qui par son intervention a sauvé la vie d'une femme (femme atteinte d'un cancer) ce faisant rouer de coups au sol.

Répondre