Vendredi 22 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COMMUNAUTE- Une journée à Nuremberg

Par Lepetitjournal Munich | Publié le 22/11/2015 à 23:00 | Mis à jour le 24/11/2015 à 09:52

Nürnberg: ses remparts, son procès - qui a fêté ses 70 ans en 2015-, ses entreprises de renom: Siemens, Areva, Adidas, Puma, Edding etc., ses Lebkuchen et ses saucisses, son marché de Noel* et? ses Français. Nürnberg est la deuxième ville de Bavière après Munich et compte 500.000 habitants parmi lesquels 3.000 Français. À Erlangen, toute proche, ils sont 400 sur 100.000 habitants. Ainsi les Français de Franconie sont plus nombreux qu'on ne croit. Ils sont aussi très dynamiques!



Première rencontre de ce vendredi 20 novembre : le conseiller consulaire (Les Républicains ) Thomas Grenot. Nous voulions en savoir plus sur la fonction de conseiller consulaire, créée en 2014 en remplacement des conseillers à l'Assemblée des Français de l' étranger. Ils sont actuellement 443 dans le monde. Élus au suffrage universel pour 6 ans, leur mission est locale et consultative. En lien étroit avec la population, ils renseignent et servent de relais auprès du Consulat. Expatriation, impatriation, emploi, impôts, attribution des Bourses (ils siègent aux Commissions) ces questions d'ordre administratif peuvent leur être posées. La limite: ils n'ont pas de pouvoirs propres. Thomas Grenot est heureux d'exercer cette fonction en plus de son métier d'organisateur de Salons pour la Nürnberg Messe.

Thomas Grenot et Philippe Gustin

Nous avons également rencontré Mr Philippe Gustin, de passage à Nuremberg, préfet, ancien ambassadeur et chargé de mission par l'Union des Français de l'Étranger. Haut fonctionnaire et très ouvert, amoureux de Budapest, où il réside avec bonheur, fin connaisseur de l'Allemagne et de l'Europe Centrale, il nous a présenté en avant-première son ouvrage sur les relations franco-allemandes. Il est encore un peu tôt pour en parler mais ce livre sera présenté lors d'une tournée de 30 villes en 2016, dont une étape en mars à Munich- nous y reviendrons.

L' UFF, Union des Français de Franconie, est un peu l'équivalent de Munich Accueil pour Nuremberg. Cette association apolitique organise des visites culturelles, des évènements divers et, ce qui nous a beaucoup touchés, a créé et gère La Petite École Française***. La présidente de l'UFF , Mme Béatrice Momeni, y est par ailleurs enseignante et nous a présenté sa classe avec une grande gentillesse.


Béatrice Momeni, Philippe Gustin et Bernard Loron
Quand Mr Bernard Loron, entrepreneur, créateur et président de l'UFF pendant 30 ans, a créé la Petite École Française en 1978, il ne pouvait s'imaginer le succès qu'elle rencontrerait. A l'origine les enfants étaient dans son salon, au nombre de 5, avec sa femme allemande, enseignante. Aujourd'hui c'est l' école allemande Insel Schütt qui prête ses salles de classe. D'où le surnom, si joli, donné à cette enclave française: l' Île de France.

La Petite École Française accueille actuellement 170 enfants répartis en 13 classes. Sa particularité? Elle fonctionne uniquement le vendredi après-midi de 15h à 17h et s'adresse à des enfants français ou francophones âgés de 2 à 11 ans scolarisés en Allemagne,  les enfants de 0 à 2 ans font partie d'un mini-club. Les familles sont souvent binationales franco-allemandes, mais d'autres combinaisons sont possibles comme une mère russe et un père libanais. Ce qui les réunit est le lien avec la culture française. Familiariser les enfants avec les rituels de la vie quotidienne, les coutumes, l'histoire de la France et des pays francophones leur semble important. Pour ces enfants, scolarisés en Allemagne, prendre la parole en français n'est pas évident. Néanmoins, nous les avons entendus définir la démocratie avec entrain. Nous y avons aussi entendu les enfants de CP-1ère classe allemande- apprendre les chiffres 1,2,3 en allant aux bois? et des petits bouts du mini-club écouter le Père Noel frapper à la porte .

L'ambiance dans les classes est détendue et respecte le rythme des enfants. Les enseignantes , comme Stella, qui a exigé de son employeur de disposer de son vendredi après-midi pour pouvoir y enseigner, sont motivées. La responsable de l'école pendant 18 ans, Mme Catherine Ziebarth, a toujours apprécié cette école qui permettait aux Français, enfants et parents de se rencontrer- à Nurembeg, sans les actuels moyens de communication, les Français se sentaient « un peu au bout du monde ». Mme Chaumette, l'actuelle directrice, y apprécie l'ambiance familiale. D'ailleurs, elle ne parle pas de ses élèves mais de ses enfants.
Maud Chaumette et Catherine Ziebarth
Après cette expérience intéressante, nous avons participé à une dernière rencontre: la fête du Beaujolais nouveau. Dans le contexte de l'après 13 novembre, les invités ont respecté une minute de silence en mémoire aux victimes, ont entonné en choeur La Marseillaise et ont, par la suite, été incités à assumer totalement leur goût pour la fête. Mr Gustin a clos son allocution par un vive la République, vive la France, vive le Beaujolais! Thomas Grenot, organisateur de la soirée avec l'UFF, a souhaité à tous un bon appétit et une large soif. Dont acte.

Agnès Tondre(www.lepetitjournal.com/Munich) lundi 23 novembre 2015.


* Le marché de Noel ouvrira ses portes le 27 novembre jusqu' au 24.12, de 10:00 à 21:00 sauf le 24.12, de 10:00 à 14:00.
**Béatrice Momeni: presidence@u-f-f.de.
*** Maud Chaumette: ecole@u-f-f.de

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Munich

Heidelberg Mannheim Appercu
EXPATRIATION

EXPATRIATION-ALLEMAGNE - Partir en vacances bien assuré

Les vacances d’hiver riment souvent, pour les Français d’Allemagne, avec un séjour à l'étranger ou en France. C'est l'occasion de vérifier vos différentes couvertures assurantielles.

Sur le même sujet