Dimanche 18 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SE FORMER AU CANADA - Les défis du coaching

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 14/12/2014 à 23:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 11:30

Le saviez-vous?
Le coaching est l'une des stratégies de développement des connaissances qui a connu la plus forte croissance depuis les 15 dernières années.
Dans les entreprises, on trouve rarement une démarche structurée avec un plan de développement et des activités d'apprentissage ? formations, recherche de conseils, suivi de la pratique, etc.

 

Pourtant, cet investissement au niveau du développement en vaut la peine : personne n'aime être inefficace dans son travail et dans l'exécution de ses tâches.


Pour implanter cette structure, on fait habituellement appel à un consultant qui agira en tant que coach dans l'entreprise, ce qui vise à favoriser le développement des employés. Cette démarche peut par contre s'avérer très couteuse. C'est pourquoi il peut être très avantageux de former les gestionnaires à devenir des coachs.


Le gestionnaire devra donc porter deux chapeaux: celui de coach et celui de superviseur.

Le gestionnaire coach
Dans ses fonctions de coach, le gestionnaire accompagnera ses employés de façon personnalisée. Il les aidera à développer leurs compétences et à devenir plus performant. Selon Louis Baron, professeur à l'ESG UQAM,  l'employé ainsi encadré sera plus enclin, si besoin il y a, à fournir un effort supplémentaire puisque son gestionnaire est aussi impliqué. En remarquant l'investissement de son patron à son égard, il participera davantage au renforcement de la qualité du climat organisationnel.


Le gestionnaire superviseur
La fonction de superviseur est aussi nécessaire, sans quoi il serait impossible d'évaluer le rendement des employés. C'est là que le défi s'impose : le gestionnaire doit bien distinguer ses deux rôles, et voir comment aider l'employer à développer ses habiletés, sans toutefois perdre de vue l'évaluation de la performance.


En résumé, un coach parle de compétences alors qu'un superviseur parle de résultats.


Vous voulez en apprendre davantage?
Le Centre de perfectionnement de l'École des sciences de la gestion de l'UQAM propose une formation pour les gestionnaires de tous niveaux qui désirent mieux comprendre les fondements du coaching de supervision et maximiser le développement du potentiel de leurs employés.


Inscrivez-vous!

 

La Rédaction (Lepetitjournal.com/Montréal) Lundi 15 décembre 2014

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Marion Lovell, l’abnégation au profit du Téléthon

Touchée par des drames personnels liés à une maladie génétique rare, Marion Lovell-Virte est coordinatrice du Téléthon des Français de l’étranger. Elle rêve de mobiliser en force et en nombre...

Sur le même sujet