Dimanche 23 septembre 2018
Montreal
Montreal
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RENCONTRE AVEC VINCENT PARTEL - L'Ex Pvtiste raconte l'histoire du Québec

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 09/12/2014 à 23:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03

 

"La France, tu l'aimes ou tu la quittes" martelait à l'époque Sarkozy. A la mort de son père, Vincent Partel a pris ces mots au pied de la lettre et a tenté le Canada et le programme vacances-travail (PVT) pour créer son aventure. Après avoir donc été tatoueur, co-créateur de la revue Black Mamba, directeur artistique et j'en passe, il émigre au Québec en 2006. Car Vincent est français, oui. Amusant pour quelqu'un qui raconte maintenant l'Histoire du Québec?

 

Légendes d'un peuple
Le 28 Octobre dernier sortait ce livre aux éditions du Septentrion.
 
Il contient six histoires réunies en une bande dessinée par deux auteurs. Gilles Laporte (scénariste et historien) et Vincent Partel (dessinateur) vont vous conter les personnages hauts en couleur de l'histoire du Québec...
 
Vous pensiez connaître cette Histoire? Ou pensiez-vous qu'elle ne devait se transmettre que d'érudit en érudit dans de gros volumes complexes? Vous trouvez d'ailleurs que c'est une des raisons pour laquelle vous ne vous y penchez pas trop?
 
C'est oublier l'inventivité des artistes et nos penchants presque instinctifs à trouver d'autres voies pour véhiculer nos légendes... Si l'Histoire est un conte de faits, en voici six à l'origine de l'Histoire et de la fondation d'un peuple.
Séduire les gens avec de courtes biographies faciles d'accès
 
Ce n'est rien de moins que l'ambition de tout un collectif qui œuvre aujourd'hui pour la promotion d'une histoire commune. En rencontrant le dessinateur Vincent Partel, j'ai aussitôt mis le pied dans quelque chose de plus vaste, qui dépasse de loin les petites ambitions individuelles. J'ai tout de même voulu en savoir plus sur l'homme, avant de m'intéresser à l'œuvre et à ses expressions plurielles...
 
Une passion née de l'enfance, des comics et des mangas
 
Vincent dessine très tôt et particulièrement en classe. "Je gribouillais sur mes cahiers jusqu'à ce qu'on me dise que je n'avais pas le niveau pour effectuer des études supérieures" commence t-il à me raconter. L'école lui ferme ses portes car elle n'aime pas ceux qui n'écoutent pas les professeurs. N'ayant pas les moyens d'entrer en école de dessin, il opte pour une formation professionnelle de "peintre en lettre - graphiste illustrateur - décorateur et sérigraphie".
Puis il se forme au métier de tatoueur qu'il pratiquera cinq ans avant de bifurquer vers l'illustration commerciale et la bande dessinée car, dit-il, "je voulais raconter et partager des histoires".
 
Après avoir donc été tatoueur, co-créateur de la revue Black Mamba, directeur artistique et j'en passe, il émigre au Québec en 2006. Car Vincent est français, oui. Amusant pour quelqu'un qui raconte maintenant l'Histoire du Québec?
 
"La France, tu l'aimes ou tu la quittes" martelait à l'époque Sarkozy. Vincent lui, a toujours grandi entouré d'arabes et de gitans, qu'il considérait comme de la famille. Ce que voulait en faire le président ne lui plaisait pas. A la mort de son père, il a pris ces mots au pied de la lettre et a tenté le Canada et le programme vacances-travail (PVT) pour créer son aventure...
 
Pour en savoir plus sur le parcours de Vincent et ses travaux précédents, visitez son blog

Début d'une collaboration avec Gilles Laporte et Alexandre Belliard
 
Quand Vincent Partel rencontre Gilles Laporte, c'est en sa qualité d'historien, avant de savoir que ce dernier est aussi bédéiste. Il cherchait des renseignements historiques pour un roman graphique dont il venait de commencer l'écriture. Il avait besoin d'en apprendre sur la femme qu'on appelait La Corriveau, et qui vécut à l'époque de la bataille des plaines d'Abraham. Vincent aime parler de politique, d'économie et de philosophie. Mais sans l'Histoire, impossible de vraiment comprendre ces sciences. Il trouve en Gilles Laporte le collaborateur idéal.
 
"Gilles c'est un peu le Mr Keating de l'histoire du Québec."
 
Et c'est ce capitaine qui viendra tendre la main à Vincent quand celui-ci sera rentré en France, car la maision d'édition pour laquelle il travaillait alors n'a pas pu lui faire signer le contrat attendu. Gilles lui propose de travailler sur le projet "Légendes d'un peuple". Vincent revient au Québec enjoué par l'idée.
 
Gilles présente Alexandre à Vincent.
Gilles Laporte et Alexandre Belliard avaient collaboré ensemble sur deux livres. A cette époque Alexandre est l'auteur de deux albums sortis sous le nom "légendes d'un peuple." Alexandre chante les personnages clés de l'histoire du Québec, il les met en chanson et raconte leur épopée une guitare à la main. Les livres mettent en contexte les paroles des chansons. A l'écoute de ces titres (il y a aujourd'hui trois tomes et deux autres en préparation), on reconnaît une pâte "Renaud" qui plait aussitôt à Vincent.


 
"Je voyais déjà en Gilles une sorte de père spirituel, voilà qu'il me présente mon alter ego... en mieux!"
 
Pour résumer, m'explique Vincent, il faut d'abord savoir que "légende d'un peuple", au singulier, c'est le titre du livre du premier grand conteur et poète québécois, Louis-Honoré Fréchette, qui avait entrepris de rassembler dans un ouvrage, en 1887, la tradition orale de la Belle-Province. "Nous, c'est plus qu'un clin d'œil, c'est la reprise du flambeau d'une aventure prodigieuse, l'œuvre d'une suite..." Ou la suite d'une œuvre. Il y avait les livres de Gilles et Alexandre, les disques de ce  dernier, puis maintenant, il y a une bande dessinée. Tous les supports sont bons pour amener l'histoire aux oreilles de ceux qui entendent.

Et pourquoi Alexandre Belliard s'est-il lancé dans pareil projet, en tant qu'instigateur de ce mouvement à la base d'un collectif?
 
"Parce qu'on ne m'a jamais enseigné cette histoire-là, et je trouve cela absolument inacceptable." lance t'il lors de l'émission de radio Canada du 30 oct 2014

Cette BD c'est l'histoire de la conquête du nouveau monde...

Lepetitjournal vous en parle dans la second partie de cet article jeudi 11 décembre

 

Thierry Guenez pour (Lepetitjournal.com/Montréal) Mercredi 10 décembre 2014

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet