Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FRAIS DE SCOLARITE - Ils continueront d’augmenter au Québec

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 16/09/2014 à 04:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03
frais scolarité québec

 

Selon un rapport du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), les frais de scolarité continueront de progresser et le Québec n’est plus la place où l’éducation est la moins chère du pays.

La raison principale est l’insuffisance des fonds publics. L’étude conclut que les provinces freinent les dépenses publiques en matière d’éducation.

La tendance est à faire augmenter les frais par des augmentations planifiées liées à l’inflation ou au coût de la vie.

Dans l’ensemble du Canada, le coût moyen des frais de scolarité sera de 6885 $ cette année et de 7755 $ en 2017/2018.

Terre-Neuve-et-Labrador est la province la plus abordable avec 2871 $ cette année et 2888 $ en 2017/2018. En revanche, l’Ontario est la plus coûteuse avec 8474 $ cet automne et 9483 $ par année en 2017/2018. La Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick suivent de près.

"Sans une vision nationale de l’éducation post-secondaire, les provinces sont libres de fixer les frais de scolarité comme il leur semble. Le Canada a besoin de garantir l’accès à l’éducation par une loi, similaire à celle sur les soins de santé", Jessica McCormick, présidente nationale de la Fédération canadienne des étudiants.

Le Québec n’est pas épargné

Avec l’actuelle politique d’indexation, les prix des études avoisinent les 3124 $ au Québec et devraient atteindre 3438 $ en 2017/2018. Les étudiants qui n’habitent pas le Québec pourront payer jusqu’à 4714$ en 2017/2018 au lieu de 3865$.

Les frais de scolarité sont indexés selon l’évolution du revenu disponible des ménages par habitant. En 2014, ce taux d’indexation a été fixé à 2,6 %.

Le Parti Québécois a réduit considérablement le crédit d’impôt pour les étudiants. Le crédit d’impôt non remboursable pour les frais de scolarité ou d’examen a été revu à 8 % alors qu’il était de 20 %, selon les documents du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études. Les sommes dégagées doivent aider les étudiants à plus faibles revenus.

Une facture plus élevée pour les étudiants

Le financement provincial inadéquat des universités se traduit par une facture plus élevée pour les étudiants. Au Québec, le gouvernement a fixé une limite à l’augmentation de ces frais.

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) souhaite profiter des consultations du ministre responsable de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor pour moderniser l’Aide financière aux études.

"Les difficultés financières poussent les étudiants à allonger leurs études ou encore à chercher des sources de financement alternatives, souvent par l’entremise d’endettement privé. Le grand défi pour les étudiants universitaires est de réussir leurs études, tout en minimisant leur endettement", Jonathan Bouchard, président de la FEUQ.

 

Karen Holcman (Lepetitjournal.com/Montréal) Mardi 16 septembre 2014

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Marion Lovell, l’abnégation au profit du Téléthon

Touchée par des drames personnels liés à une maladie génétique rare, Marion Lovell-Virte est coordinatrice du Téléthon des Français de l’étranger. Elle rêve de mobiliser en force et en nombre...

Sur le même sujet