Dimanche 20 septembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

MINEURS – Bourreaux et victimes

Par | Publié le 24/11/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 15:58


Le rapport annuel de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) démontre que près de la moitié des viols sur mineurs sont commis par des jeunes de moins de 18 ans. Des chiffres qui inquiètent après le viol et le meurtre d'Agnès Marin, 13 ans, par un de ses camarades


(photo AFP)

S'appuyant sur les chiffres de la gendarmerie et de la police, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) révèle qu'en 2010, 5.388 viols de mineurs ont été signalés. 3.833 personnes ont été "mises en cause" dans ces affaires, dont 1.566 mineurs, soit 40,9% des personnes impliquées.

Mineurs violeurs
L'ONDRP, créé en 2003 par le ministère de l'Intérieur, démontre que les viols sur mineurs sont donc souvent la cause de délinquants de leur âge. "Les mineurs s'attaquent particulièrement à des personnes vulnérables et à des personnes évoluant dans leur environnement proche, explique Christophe Soulez, le directeur de l'Observatoire. Ils s'en prennent généralement à des filles qu'ils connaissent, ou du moins qu'ils ont déjà vues, ne serait-ce qu'une fois". Ces statistiques font écho à la tragédie qui s'est déroulée ce week-end en Haute-Loire, où une adolescente de 13 ans, Agnès Marin, a été violée et assassinée. Le meurtrier présumé est un lycéen de 17 ans, ayant déjà été mis en examen pour viol dans une précédente affaire.

Le gouvernement se veut plus ferme
Suite à la polémique provoquée par cette affaire, François Fillon avait donc demandé dans un communiqué à ce que les inscriptions scolaires pour les élèves sous contrôle judiciaire "dans des cas aussi graves" ne soient plus possibles sans avoir fourni une information "complète" au chef d'établissement, "dans le respect des règles sur le secret des enquêtes", précise le communiqué de Matignon. Michel Mercier, garde des Sceaux, avait également annoncé un durcissement en matière de détention pour les mineurs auteurs de crimes sexuels. "Toute personne qui a commis un crime sexuel particulièrement grave doit être placée en centre éducatif fermé (CEF) lorsqu'il est mineur", a-t-il expliqué. "Pour les crimes les plus graves, le garde des Sceaux demandera aux parquets de requérir le placement en centre éducatif fermé jusqu'au jugement ", a précisé Matignon. D'ici la fin 2017, 20 centres éducatifs fermés supplémentaires devraient être créés.
Damien Bouhours (www.lepetitjournal.com) jeudi 24 novembre 2011

En savoir plus

Article de 20minutes, Quelles sont les caractéristiques de la délinquance des mineurs ?
Article de l'Express, Ce qu'il faut retenir des chiffres de la délinquance


Lire aussi :

MEURTRE D'AGNES - Pouvait-il être évité ?
Le meurtre de la jeune Agnès, qui bouleverse la France depuis quelques jours, a déclenché une avalanche de réactions politiques sur le thème de la prévention de la récidive.  Mobilisation générale au gouvernement, le Premier ministre François Fillon a organisé une réunion ministérielle pour présenter des mesures au prochain Conseil des ministres mercredi ... lire la suite




0 Commentaire (s)Réagir