Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les habitudes françaises à oublier en Italie

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 16/08/2018 à 00:05 | Mis à jour le 16/08/2018 à 00:05
différences france italie

France-Italie, évidemment, chacun a ses petites manies. Toutes les attitudes françaises à mettre au placard pour mieux vivre dans la Péninsule et ne pas heurter nos amis Italiens.
 

 

1- On revoit ses codes de politesse

Si vous tendez la joue à un individu que vous rencontrez pour la première fois, même s’il s’agit d’un ami d’ami, celui-ci vous tendra la main. Ne le prenez pas mal, c’est une forme de politesse. En revanche, une fois quelques mots échangés, vous pourrez « faire la bise » pour vous saluer. Mais dans le domaine privé uniquement.
Attention, on tend la bonne joue ! Si les Français tendent la joue droite en premier, les Italiens, eux, partent vers la droite et tendent la joue gauche. Pour info : le risque de s’emmêler les pinceaux demeure assez élevé.

 

2 - On ne joue pas à touche-touche dans la queue au Bancomat

Vous avez sûrement remarqué que lorsque vous retirez de l’argent au distributeur de billets, le premier de la file, toujours très respectueux, maintient une distance de sécurité d’au moins deux mètres. Sûrement afin de signifier qu’il n’entend pas vous voler. Faites la même chose ! A défaut, vous risqueriez de susciter la méfiance de votre voisin de devant ou en tous cas d’attiser sa paranoïa.

 

3- On ne sort plus muni uniquement de sa carte bancaire en poche

Un mot d’ordre : vos poches ne doivent pas rester vides. En Italie, c’est quasi culturel : on se balade avec du cash plein le portefeuille. Et pour cause, si les magasins et boutiques sont de plus en plus équipées du dispositif permettant de payer par carte, le montant minimum fixé reste souvent de 20 euros. Alors oubliez le paiement de votre café/brioche au bar, par carte. A noter : plus on se déplace dans le Sud, plus la probabilité de pouvoir payer par carte bleue se voit limitée.

Pour info, en 2015, un italien n’a procédé qu’à 30 opérations de paiement par carte, contre 250 pour un suédois et 86 en moyenne en Europe, selon les statistiques de la BCE (Statistical Data Warehouse). Et 90 % des transactions se sont faites en liquide en 2013, d’après l’Abi (association bancaire italienne), contre une moyenne européenne de 70 %.

 

4 - Stop au parmesan dans les pâtes aux fruits de mer

On ne met pas de fromage systématiquement dans les pâtes, sous prétexte que ce sont des pâtes. Parmesan et poisson font très rarement bon ménage… Seules les plats de pâtes simples, aux légumes ou à la viande, gardent le privilège du parmigiano. Autrement, s’abstenir (surtout au restaurant !). Généralement, il suffit de très peu de temps passé en Italie pour comprendre que l’habitude de l’emploi du parmesan à outrance relève du domaine de l’absurde.

 

5 – On ne traîne pas pour prendre un café à 8 h

On ne monopolise pas le zinc entre 8 h et 9 h. Plus de cinq minutes au bar le matin pour boire son café, grignoter sa brioche ou cornetto et échanger deux mots avec le barista, c’est le maximum autorisé. Avant de commencer la journée, la café s’avale bien en deux gorgées, debout, accoudé au bar et basta.
A défaut, il reste la terrasse, à un autre moment de la journée.

 

6 – Fini le cappuccino après une certaine heure

Comme déjà annoncé, en matière de gastronomie, les italiens sont assez intransigeants, particulièrement lorsqu’il s’agit d’une spécialité nationale. Aussi, eux-mêmes établissent les règles, tacites, du bien-manger. En ce qui concerne le cappuccino donc : on évite après 10 heures, avec une tolérance jusqu’à 11 heures le week-end. Et on le bannit purement et simplement après les repas. L’explication des puristes : la mousse de lait alourdit et ne facilite pas la digestion.
A défaut, vous pouvez toujours vous rabattre sur un caffè macchiato (une sorte de mini-cappuccino).

 

7 - On oublie les diminutifs franco-français

Au restaurant, le serveur italien, contrairement au serveur français, ne vous comprendra pas si vous lui demandez de la San Pe. C’est simple, de la San Pellegrino reste de la San Pellegrino, de la mozzarella, de la mozzarella (et non de la mozza). De la même façon, préférez l'aperitivo à l'apero !

(Rediffusion 27 décembre 2017)

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Grandga jeu 16/08/2018 - 08:09

Ah les diminutifs ! Ainsi dans les restos gastros ils ne servent pas de bolo, de carbo, de pesto (ah non il est bon celui là), peut être juste des tomates mozza avec de la San Pe, c'est vraiment la cata ! Mais l'apero c'est sympa...

Répondre
Commentaire avatar

Marcello lun 30/07/2018 - 11:00

Remarques très pertinentes. J’ajouterai un point supplémentaire : 8 - on ne « tripote » à mains nues, fruits et legumes dans les supermarchés et même dans les petites épiceries. Soit vous trouverez au rayon concerné des gants jetables à usage unique vous permettant de vous servir , soit l’epicier se fera un plaisir de vous servir.

Répondre
Commentaire avatar

zaza91190 mar 28/08/2018 - 19:37

Et après, on retrouve ces gants par terre, dehors sur les parkings des supermarchés ! Bravo le respect de l'environnement ! perso, je refuse de me servir de ces gants !

Répondre
Commentaire avatar

caro mer 28/03/2018 - 11:03

Enfin je comprends pourquoi je m'emmelais dans les bises, dx ou sx! Le nombre aussi est un petit casse-tete...

Répondre
Commentaire avatar

Emma ven 26/01/2018 - 08:24

De très bonnes remarques sur les petites différences culturelles entre Italiens et Français , bien explicitées ! Le respect des codes culturels est essentiel pour se faire des amis dans un nouveau pays . Les différences font la richesse d' un échange . Qu' on se le dise !

Répondre
Voir plus de réactions

Que faire à Milan ?

DÉCOUVERTE

Ville aperte : découverte d'un merveilleux patrimoine près de Milan

Jusqu’au dimanche 30 septembre se tient la 16ème édition des « Ville aperte in Brianza ». Au programme : la découverte inédite de 150 sites (châteaux, villa et jardins), aux portes de Milan

Sur le même sujet