Samedi 22 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Milan rend hommage à une icône française : Jeanne Moreau

Par Coline Léonate | Publié le 28/09/2017 à 00:45 | Mis à jour le 28/09/2017 à 08:42
Photo : Jeanne Moreau dans le film Ascenseur pour l’échafaud (1957)
Jeanne_Moreau ascensore_per_il_patibolo 750 principale

Jusqu’au 29 octobre, le Cinema Spazio Oberdan fait honneur à l’immense carrière de l’actrice française Jeanne Moreau, à travers une sélection de 11 films majeurs, à voir en version originale (sous-titres en italien).


Disparue cette été, Jeanne Moreau est internationalement connue pour ses rôles d’envergure complexes, travaillés et tourmentés. Tout au long de sa prolifique et longue carrière, elle a incarné un idéal féminin d’une beauté et d’une modernité extraordinaires. De François Truffaut à Luc Besson, en passant par Jean-Luc Godard, Luis Buñuel et Orson Welles, la muse de la Nouvelle Vague a travaillé avec les plus grands réalisateurs, laissant derrière elle une centaine d’œuvres cinématographiques. Le Cinema Spazio Oberdan en a sélectionné 11. Au programme :


La sposa in nero (La mariée était en noir, 1967)

Ce film de François Truffaut raconte l’histoire d’une veuve à peine mariée, à la recherche de la vengeance. Elle décide de tuer les responsables de la mort de son mari, à la sortie de l’église, le jour de leur mariage. (Le 28 septembre à 17h ; le 16 octobre à 19h)

Ascensore per il patibolo (Ascenseur pour l’échafaud, 1957)  

Réalisé par Louis Malle, ce long-métrage est l’un des précurseurs de la Nouvelle vague. Florence Carala et Julien Tavernier sont amants. Ils décident d’assassiner le mari de Florence. Mais après avoir commis le crime, Julien se retrouve bloqué dans l’ascenseur. Pendant ce temps, Florence l’attend dans un café. Un jeune couple vole la voiture de Julien et se fait passer pour « Monsieur et Madame Tavernier ». Une série d’événements dramatiques s’ensuivent. (Le 28 septembre à 21h15 ; le 18 octobre à 16h30)

Falstaff (Campanadas a medianoche, 1966)

Orson Welles considère ce film comme son meilleur. Le prince Hal, fils du roi Henry IV d’Angleterre mène une vie de débauche, influencée par Falstaff le chevalier. Pourtant, il réussit à gagner une guerre et devient Henri V, reniant son ancienne vie et par la même occasion Falstaff. (Le 29 septembre à 16h45 ; le 7 octobre à 18h45)

Fuoco fatuo (Le feu follet, 1963)

Alain Leroy réussit à vaincre l’alcoolisme, mais sombre dans la dépression et veut en finir avec la vie. Avant de se suicider, il rend néanmoins visite à ses amis parisiens pour trouver une raison de vivre. (Le 29 septembre à 19h)

         

Jules et Jim film jeanne Moreau
Jeanne Moreau dans Jules et Jim

 

Jules et Jim (1961)

Jules l’Autrichien et Jim le Français sont deux amis très proches jusqu’au moment où les deux tombent amoureux de la même femme, Catherine. La Première Guerre mondiale et ce conflit amoureux sépare les deux amis. Pour mieux se retrouver ensuite ? (Le 30 septembre à 21h15 ; le 20 octobre à 16h30)

Il processo (Le procès, 1962)

Josef, un jeune banquier solitaire est arrêté sans qu’on lui dise pourquoi. Il a beau chercher, les raisons de son arrestation lui sont totalement étrangères. Petit à petit, il sombre dans l’angoisse. Orson Welles adapte ici le livre éponyme de Franz Kafka. (Le 1er octobre à 21h ; le 5 octobre à 17h)

La notte (La nuit, 1961)

Le film montre, en une journée, l’évolution des rapports sentimentaux entre Giovanni et Lidia Pontano. Le temps d’une visite à un ami mourant à l’hôpital et d’une fête mondaine, le couple entre doucement dans la crise. (Le 3 octobre à 18h45 ; le 25 octobre à 16h30)

Grisbi (Touchez pas au grisbi, 1954)
Riton et Max sont deux amis et gangsters. Avant de prendre leur retraite, ils veulent tenter un ultime coup, 50 millions en lingots d’or. Mais Josy, la petite-amie de Riton, en parle à un concurrent des deux gangsters, Angelo Fraiser. La course aux lingots est lancée. (Le 12 octobre à 17h)

 

Grisbi Jeanne Moreau
Jeanne Moreau dans Touchez pas au grisbi

 

La grande peccatrice (La baie des anges, 1963)
Un employé de banque, Jean, décide de se lancer dans le jeu de hasard. En vacances à Nice, il rencontre Jackie, elle aussi passionnée de jeu, dont il tombe amoureux. Le film oscille entre amour, jalousie et addiction au jeu. (Le 13 octobre à 21h15 ; le 21 octobre à 15h)

Eva (1962)
L’écrivain Tyvan Jones se rend à Venise pour quelques jours. Là-bas, il s’éprend d’une prostituée qu’il vient juste de rencontrer. Pour elle, il rompt avec sa fiancée et dépense sans compter son argent. Il ne se rend pas compte qu’elle le manipule et l’humilie, et accepte tout par amour. (Le 16 octobre à 21h15 ; le 29 octobre à 15h)

Il diario di una cameriera (Le journal d’une femme de chambre, 1963)
Dans les années 1930, Célestine devient femme de chambre pour des notables français. La maîtresse de maison est hautaine, maniaque et puritaine. Le mari est frustré sexuellement. Le patriarche est un étrange fétichiste et le palefrenier est raciste, antisémite et sadique avec les animaux. Célestine doit donc gérer les relations compliquées, parfois tragiques, qu’elle entretient avec son entourage. (Le 20 octobre à 21h15 ; le 23 octobre 16h45 ; le 28 octobre à 21h15)

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Milan ?

DÉCOUVERTE

Ville aperte : découverte d'un merveilleux patrimoine près de Milan

Jusqu’au dimanche 30 septembre se tient la 16ème édition des « Ville aperte in Brianza ». Au programme : la découverte inédite de 150 sites (châteaux, villa et jardins), aux portes de Milan