Dimanche 23 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SANTÉ – Femmes enceintes, imposez vos choix aux médecins mexicains !

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 14/03/2010 à 23:10 | Mis à jour le 13/11/2012 à 15:53

Alors que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) établit que la proportion d'accouchements par césarienne ne doit pas dépasser les 15 ou 20% du nombre total d'accouchements, à Mexico, plus de 7 bébés sur 10 naissent par césarienne dans les établissements de santé privés. Une pratique qui n'a souvent aucune justification médicale

Femme enceinte. Photo Jade Latargere

Des accouchements par césarienne qui n'ont pas de justification médicale
Il est normal que certains hôpitaux, spécialisés dans l'attention de grossesses à risques, affichent un taux d'accouchement par césarienne supérieur à 20%. Mais l'exception n'est pas la règle. Selon plusieurs médecins interviewés, l'extraordinaire taux de naissances par césarienne que l'on observe à Mexico (voire encadré) ne répond pas à des raisons médicales, mais à des considérations d'ordre pratique et économique. En effet, les césariennes permettent aux médecins traitants de programmer les accouchements à l'heure qu'il leur convient le plus, et de traiter jusqu'à 4 ou 5 patientes par jour, une pratique totalement impossible dans le cas d'un accouchement naturel. De plus, les accouchements par césarienne sont plus rentables financièrement pour les équipes médicales puisque une césarienne dans un hôpital privé de la capitale coûte en moyenne 36 000 pesos, sans compter les honoraires de l'anesthésiste, alors qu'un accouchement naturel coûte moins de 25 000 pesos.

Taux de césariennes pratiquées dans les hôpitaux de la capitale (nombre de césariennes/nombre total d'accouchements)

Année

Hôpitaux de la Ville de Mexico (publics)

Hôpitaux privés

2001

23,5%

64,1%

2002

24,2%

63,7%

2003

24,5%

66,4%

2004

24,1%

71,7%

2005

24,9%

70,8%

2006

26,1%

ND

2007

26,5%

ND

Source: Inegi, Ministère de la Santé/>

Une pratique dangereuse
Le recours excessif à la césarienne dans les hôpitaux de la capitale est une pratique qui non seulement résulte peu éthique d'un point de vue médical, mais aussi et surtout dangereuse pour les patientes et les nouveaux-nés. A l'encontre des idées reçues,  les statistiques médicales indiquent que sur 100 femmes qui accouchent par césarienne, 10 souffrent de complications liées à l'anesthésie (lésion du nerf dorsal), et 16 présentent des problèmes d'infection. Quant aux enfants, les statistiques signalent qu'environ 70% des nouveaux-nés qui ont besoin de soins de thérapie intensive sont nés par césarienne. 

Défendre son choix en tant que futurs parents!
Face à cette situation, il est fondamental que les femmes enceintes fassent le choix d'un bon médecin obstétricien. Si bien accoucher par césarienne peut être le résultat d'une décision assumée pour certaines femmes, il ne faut pas perdre de vue qu'à Mexico, beaucoup de femmes qui souhaitent accoucher de façon naturelle voient leurs désirs frustrés, seulement parce que le médecin est plus préoccupé par son bien-être que celui de la patiente.

"La première fois que je me suis rendue chez mon gynécologue, j'avais à peine 10 semaines de grossesse", se souvient Sofia, "lorsque j'ai raconté au médecin que j'avais déjà subi 2 chirurgies par le passé, immédiatement il m'a dit qu'il serait probablement obligé de me pratiquer une césarienne". "10 semaines de grossesse, c'est un peu tôt pour prendre une décision de ce type, vous ne croyez pas ?"
Jade LATARGERE (www.lepetitjournal.com /Mexico) Lundi 15 mars 2010

Adresses utiles pour les femmes qui souhaitent accoucher en toute liberté:
- Asociación Nacional de Instructoras en Psicoprofilaxis Perinatal A.C. : www.anipp.org.mx
- Centres obstétriques spécialisés en accouchements naturels et aquatiques:  www.pronatal.com.mx; www.partoenagua.com.mx
- Hôpital Médica Sur Lomas: www.santateresa.com.mx

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet