Mercredi 26 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MEXIQUE - L'expatriation : une démarche gagnante (Publi-partenariat)

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 13/01/2016 à 07:08 | Mis à jour le 07/01/2016 à 05:36

A l'annonce de mon départ pour le Mexique, 97% de mes collègues se sont interloqués : "Mais, tu es folle, tu vas te faire tuer !". Les idées reçues sont tenaces. Encore aujourd'hui, lorsqu'un manager annonce à son employé qu'il l'envoie en expatriation au Mexique, sa réaction première est un mouvement de recul - la réputation de ce pays, vue de l'Europe, est son insécurité.

Qu'est-ce qui poussent certaines personnes, d'un niveau d'éducation leur permettant de prétendre à des postes intéressants et stables en France, à vouloir s'expatrier au Mexique, pays inconnu et tant redouté par la majorité ? Au-delà de l'attirance qu'ils ont pour son côté "exotique, sa culture, sa civilisation" - dixit une de mes clientes, future expatriée au Mexique, le taux de chômage mexicain est bien inférieur à celui de l'Europe (< 5% à fin 2013). La crise économique mondiale semble avoir quitté le Mexique plus tôt ! Ceux qui l'ont compris tirent aujourd'hui les bénéfices de leur audace : emploi, évolution professionnelle ascensionnelle, acquisitions de compétences - pas évidentes si resté(e)s en France, valorisation professionnelle et donc personnelle, etc.

Cerise sur le gâteau : le Mexique a largement les moyens d'embaucher des étrangers. Mais pourquoi aller chercher la main-d'oeuvre ailleurs quand elle est, à domicile, bien plus rentable ? Tout simplement, parce qu'il s'agit de main-d'oeuvre plus qualifiée. Dans certains domaines, le niveau de qualification local ne suffit plus aux yeux des recruteurs et des entreprises internationales du Mexique. 

Votre profil étranger attire : c´est un fait !

Le Mexique est friand du savoir-faire et, au-delà, de toute l'éducation reçue par les étrangers depuis leur tendre enfance. Ce n'est pas anodin si les Mexicains vont étudier hors de leur pays dès qu'ils en ont la possibilité. Ils recherchent aussi ce niveau d'éducation permise ailleurs.

Les commerciaux étrangers remportent une bonne part du gâteau de l'emploi au Mexique : la qualité de leur formation, couplée à leur autonomie intrinsèque est très prisée. Un Mexicain, jamais sorti de son pays, est très dépendant de son chef. C'est une faiblesse culturelle - et pas un jugement ou une méprise de ma part. Pour cette même raison, d'autres fonctions et secteurs, offrent des postes à responsabilité à des étrangers principalement ! 

Maîtrisez d'autres langues que l'espagnol et votre langue maternelle, ayez le sens de l'organisation et faites preuve d'autonomie dans votre travail, et le Mexique pourrait bien vous dérouler le tapis rouge. 

Alors, prêt(e) à plier bagages ? Pour aller plus loin et savoir si votre profil est recherché par les recruteurs au Mexique, les secteurs d'activités concernés, les fonctions exactes promises à des étrangers, une seule adresse : www.expat2work.com. Votre épanouissement professionnel au Mexique est à portée de clic ! 

Logo ExpatSi vous craignez la vie au Mexique, téléchargez cet E-book : http://www.expat2work.com/?lang=fr&freeebook=1, et lisez l'article suivant : http://www.expat2work.com/ah-tu-pars-au-mexique-mais-tu-nas-pas-peur/

Ensuite, je suis certaine que votre vision de la réalité mexicaine sera différente, plus fiable.

Mélanie Simon-Razé pour Expat2work.com            

Publi-partenariat (lepetitjournal.com/mexico) Mercredi 13 janvier 2016 (republication)

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet