Mercredi 19 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPATRIATION - Parler l'espagnol n'est pas suffisant (Publi-partenariat)

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 27/01/2016 à 06:26 | Mis à jour le 07/01/2016 à 05:43

Nous commettons tous des erreurs inter-culturelles, inconsciemment. Le principal est de les reconnaître pour les éviter par la suite et cultiver des attitudes professionnelles et personnelles gagnantes, au Mexique. En en ayant conscience, nous pouvons améliorer notre comportement, en tant qu'étranger, pour mieux nous faire accepter des Mexicains.

Dans cet article, je vous partage les trois des erreurs les plus courantes parmi celle que j'observe fréquemment chez les expatriés dans le monde professionnel mexicain.

 1. Être bilingue et se faire comprendre des Mexicains, c'est différent !

Si vous êtes nouvel-arrivant dans une équipe mexicaine, même si vous parlez un espagnol parfait, vos collègues ne vont pas forcément vous comprendre !

Une culture vous sépare. D'ailleurs vous ne la connaissez peut-être encore que très peu. Vos modes de raisonnement respectifs diffèrent donc. Même en choisissant les bons mots, vous construisez votre message avec vos valeurs culturelles, votre mode de pensée, qui ne sont pas ceux des Mexicains.

A mes débuts en entreprise mexicaine, lorsque je demandais à un membre de l'équipe, d'accomplir une tâche, je lui expliquais quoi faire, bien, selon moi, et retournais à mon bureau assurée que le travail serait accompli. Un mois plus tard, à ma grande surprise, il n'en est rien! À en rediscuter avec lui, je me rends compte que je me suis mal exprimée. Les tords me reviennent, j'ai cru mettre les formes, mais je ne me suis pas assurée de la clarté de mes propos, pour lui. Tiens, tiens, n'y aurait-il pas de l'empathie là dessous ?

 2. Être bilingue et comprendre les Mexicains, c'est différent aussi !

Pour les mêmes raisons que ci-dessus, nous devons prendre du recul sur les propos de nos interlocuteurs mexicains pour réellement les comprendre. Si vous ne l'avez pas encore fait, je vous invite à lire l'article que j'ai rédigé sur l'exemple le plus typique du ?oui? mexicain : http://www.expat2work.com/le-oui-mexicain/

Un mexicain qui dit ?oui? à ce que vous venez de lui expliquer ou de demander, ne signifie pas qu'il a compris ou qu'il accepte la tâche attribuée. Nous savons que le ?non? est improbable au Mexique ! Ne vous en tenez pas qu'aux mots que vous entendez, mais assurez vous d'avoir compris leur sens culturellement parlant mexicaine : primordial pour être efficace. 

 3. Agir comme en entreprise française : voie d'intégration professionnelle au Mexique sans issue ! 

S'énerver contre quelqu'un, qui plus est en public, est une situation que les Mexicains ne comprennent pas.

Un jour, de retour de déjeuner, j'entre dans mon openspace. A ce moment, un collègue étranger perd son calme face à un Mexicain. La discussion tourne à la dispute. Le Mexicain ne comprend pas ce qu'il lui arrive. Et tous les membres de l'équipe ayant participé à la scène se sont fermés à ce manager, en soutien à leur collègue, et de peur que vivre la même situation ! La colère ne motive pas les troupes mexicaines à travailler plus vite ou mieux. Les remontrances, vont à l'encontre de la nécessité mexicaine de sauver la face et anéantissent tout effort d'intégration.

Ces erreurs culturelles peuvent avoir de lourdes conséquences sur votre carrière. Garder à l´esprit que le langage passe non seulement par les mots mais aussi par les comportements. Bien pratiqué, il garantit pour beaucoup le succès de votre expatriation. 

Mélanie Simon-Razé, www.Expat2work.com, pour (www.lepetitjournal.com/mexico) Mercredi 27 janvier 2016 (republication)

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet