Mercredi 26 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BARCELONNETTES – Mr. d’Anglade retrace la vie de Joseph Ollivier et de sa famille

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 01/03/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 11:30

Dans le cadre de la réunion mensuelle de RFM qui a eu lieu le 24 février, Jean-Louis d'Anglade a présenté dans l'auditoire du Lycée Franco Mexicain son livre "Un grand patron Barcelonnette: Joseph Ollivier et sa famille", une étude minutieuse de la vie de cet entrepreneur

Jean-Louis d'Anglade et Jacques Paire. (Photo: NG)

L?expérience personnelle de Jean Louis d'Anglade en tant qu'industriel offre une nouvelle perspective à son ?uvre qu'il aura mis vingt ans à terminer. Le livre mérite que l'on s'y attarde, aussi bien pour son intérêt historique que pour la lumière qu'il jette sur les stratégies patronale et familiale de Joseph Ollivier.  Monsieur d'Anglade  narre le parcours de Joseph Ollivier depuis sa ville natale de Saint-Ours jusqu'à son arrivée au Mexique en 1850, où il réussira à construire un grand centre commercial dont il reste encore des témoins vivants. Joseph Ollivier est un exemple du succès obtenu par certains migrants français au Mexique (les Barcelonnettes).

Ce livre nous apprend que Joseph Ollivier, favorisé par une série de circonstances distinctes telles que l'apport de capitaux, qui a marqué l'intervention française au Mexique,  ou encore l'appui significatif du général Porfirio Díaz, a fondé le magasin La Ciudad de Londres avant de se convertir en homme d'affaires influent,  présent aussi bien dans la branche industrielle que financière.

Historique:
Initialement les premiers Barcelonnettes travaillaient comme détaillants ou grossistes dans le textile, jusqu'à ce que Diaz, sollicité par les grands banquiers européens décide de créer la Banque National du Mexique. Joseph Ollivier qui parvient à entrer dans le capital de la BNM, en devient donc l'un des fondateurs.  A cette époque, les Barcelonnettes commencent également à se structurer. Pour augmenter leur marge de profit, ils décident de former un cartel d'achat. Ils peuvent ainsi faire pression sur les fabricants de textile et ils s'accordent également sur les prix de vente. Ils contrôlent ainsi le marché, ce qui leur permet d'accumuler des capitaux significatifs. Grâce à la banque, les Barcelonnettes ont également accès à des fonds qui leur permettent d'investir dans d'autres industries, telles que la papeterie (San Rafael), les compagnies d'irrigation (Hidalgo), la laine (San Idelfonso), etc. Les Barcelonnettes finissent par rapidement contrôler une part significative de l'industrie mexicaine.

Suite à la crise de 1893-1895, qui affecte fortement le Mexique, José Yves Limantour Marquet, va relancer le développement de ces Français grâce en particulier à la reforme du système bancaire qui permet la création de nouvelles banques, concurrentes de la BNM. C'est la création de la BLM, dont le capital, initialement dominé par les Anglais, finira par être, grâce à Limantour, aux mains des Barcelonnettes à hauteur de 80%. L'entrée dans la banque des Barcelonnettes est également facilitée par la transformation de leurs petites boutiques en grands magasins, tel que El Puerto de Liverpool, La Ciudad de Londres, El Palacio de Hierro, El Puerto de Veracruz, etc.

Durant cette période Joseph Ollivier aussi en profite pour se développer dans d'autres domaines, ce qui lui permettra de se retrouver à la tête d'un consortium de vente significatif. L'entreprise de Joseph Ollivier sera ensuite sérieusement affectée par une période de crise: - la grève insurrectionnelle de 1906-1907 à la fabrique de Río Blanco (qui annonce la chute de Diaz en 1911), - la mort de Joseph Ollivier, -le retour forcé en France des cadres barcelonnettes, conséquence de la guerre de 1914-1918. La famille de Joseph Ollivier reviendra au Mexique en 1925 pour reprendre les affaires. Malheureusement une nouvelle crise, la grande dépression, les attend et portera un coup mortel à l'empire de Joseph Ollivier. En 1933 l'entreprise dépose le bilan.

NG (www.lepetitjournal.com/mexico) mardi 1er mars 2011

Pour vous procurer le livre:
Au Mexique: siège de l'association Racines Françaises au Mexique
En France: En contactant son auteur, Mr. Jean-Louis d'Anglade, par email

A lire:
DOÑA AURORA SERRANO DEMAY ? Portrait d'une écrivain à la vie atypique et fascinante
ASSOCIATION - Racines Françaises au Mexique: partage sur l'histoire de l'immigration française
VERACRUZ - Sur la route avec Racines Françaises au Mexique
JICALTEPEC - Sur la route avec Racines Françaises au Mexique 2/4
SAN RAFAEL - Sur la route avec "Racines Françaises au Mexique" 3/4
LES FRANÇAIS AU MEXIQUE 1/4 ? Les origines de la présence française au Mexique

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

VIDEO

Quelles régions du monde recrutent encore des Français ?

Nous avons interrogé des experts de la mobilité internationale et représentants des régions du monde en recherche de main d’œuvre étrangère, lors de la dernière édition du Forum Expat. 

Sur le même sujet