Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

REVUE DE PRESSE - Dans la presse mexicaine et internationale ces derniers jours (Novembre #4)

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 29/11/2014 à 18:55 | Mis à jour le 06/01/2018 à 11:13

Que s'est-il passé ces derniers jours au Mexique ? Réponse avec les titres connus et moins connus de la presse nationale et internationale. Nouvelles disparitions dans le Guerrero révélées par France 24, un discours du Président Peña Nieto attendu et critiqué, un étudiant de la Unam enlevé par la police puis relâché...

 

France 24 : Enquête sur un nouvel enlèvement massif au Mexique

Deux mois après la disparition de 43 étudiants à Iguala, au Mexique, les journalistes Laurence Cuvillier et Matthieu Comin se sont rendus dans le village voisin de Cocula. En juillet dernier, 31 lycéens y ont été enlevés par des hommes armés et sont toujours portés disparus.

 

Les précisions de la journaliste Laurence Cuvillier sur le cas les disparus de Cocula :   

  

RFI :  Face à la pression de la rue, Peña Nieto réforme la police

 

Au moment même où onze corps décapités étaient retrouvés au bord d'une route près d'Iguala, dans l'Etat de Guerrero, jeudi, le président mexicain Enrique Peña Nieto présentait un train de mesures pour améliorer la politique sécuritaire dans le pays. Lire l'article du correspondant de RFI à MexicoPatrick John Buffe

 

Le Monde : Au Mexique, le président s'attaque à la corruption des autorités locales

Par Frédéric Saliba, correspondant du journal Le Monde au Mexique

Lundi 1er décembre, le président présentera au Congrès un projet de réforme pour créer des commandements policiers uniques dans les 32 Etats fédérés, mettant fin aux 1 800 corporations de police municipale, accusées d'être infiltrées par le crime organisé. M. Peña Nieto a annoncé neuf autres réformes constitutionnelles pour améliorer la sécurité, la justice et l'Etat de droit. En tête, une loi permettant au gouvernement fédéral de se substituer au pouvoir municipal en cas de collusion avec les cartels de la drogue.

Voir aussi : Le portfolio sur les disparus du Mexique

ITélé Etudiants disparus : les annonces du président n'impressionnent pas les Mexicains

"Je suis Ayotzinapa !". Lors de son allocution, le président mexicain n'a pas hésité à reprendre le slogan de la mobilisation populaire, qui exige justice depuis deux mois. Si ce n'est pas la phrase la plus emblématique de son discours, celle-ci a touché une corde sensible. Sur les réseaux sociaux, les réactions ne se sont pas faites attendre. Pour certains, le cynisme "de celui qui réprime violemment toute manifestation", est insoutenable.

Les Echos : Mexique: la crise politique jette une ombre sur les réformes économiques

«Le Mexique ne peut pas continuer ainsi ; après Iguala , le Mexique doit changer». Enrique Pena Nieto n'avait pas de mots assez durs, en fin de semaine, pour définir la crise politique que traverse son pays depuis la disparition -et le massacre probable- de 43 étudiants dans l'état de Guerrero, au sud- ouest du pays.
En savoir plus sur

Courrier International : Nettoyage dans les écuries de la police

Dans un discours solennel où il a reconnu que l'Etat avait failli, le président Peña Nieto entend tirer les leçons de l'affaire des 43 étudiants disparus qui a ébranlé le pays. Il annonce une profonde réforme dans la police, avec notamment la dissolution de la police municipale.

RTBF : Disparus au Mexique: le leader de la gauche démissionne de son parti 

Le fondateur et dirigeant historique du principal parti de la gauche au Mexique, Cuauhtémoc Cardenas, a annoncé mardi soir sa démission du Parti de la Révolution démocratique (PRD), à la suite de la disparition de 43 étudiants il y a deux mois.

Lire aussi : Mexique: une corruption à tous les étages qui ébranle le président

Envoyé Spécial France 2 : Vidéo. Le business des trafiquants de mineurs clandestins

Un passeur appartenant à l'une des deux plus grandes organisations criminelles de la Ciudad Juárez, au Mexique, a accepté de répondre de façon anonyme aux questions des journalistes d'Envoyé spécial.

 

Dans la presse mexicaine

La Jornada : Libération de Sandino Bucio après avoir été détenu par la SEIDO 

Liberan a Sandino Bucio tras ser llevado a la Seido; denuncia agresión

Arristegui Noticias : Sandino Bucio : détention ou kidnapping à Copilco ?

Sandino Bucio, ¿detención o secuestro en Copilco?

Aristegui Noticias : Les journaux étrangers critiquent Peña Nieto pour ne pas mentionner la Casa Blanca ni faire des excuses pour Ayotzinapa

Critican diarios extranjeros a Peña Nieto por no mencionar la ?casa blanca? ni ofrecer disculpas por Ayotzinapa

Sin Embargo : "Tous les éditorialistes critiquent le discours de Peña Nieto (sauf un)"

Todos los columnistas critican el decálogo de Peña Nieto (excepto una)  

Los Periodistas : "Mexico doit changer"

Point de vue de Carmen Aristegui dans le Journal Reforma 

El Universal « Le Président que j'aurais aimé voir » par Katia d'Artigues Beauregard

El Presidente que me hubiera gustado ver

Mort de Roberto Gómez Bolaños, appelé ?Chespirito'

Milenio : "L'orphelin le plus aimé d'Amérique latine".  

El Chavo del 8, el huérfano más querido en Latinoamérica

La rédaction (lepetitjournal.com/mexico ) Samedi 29 novembre 2014

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet