Lundi 19 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DU MEXIQUE À LA BRETAGNE - Chapitre 13 : La mer

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 15/10/2015 à 21:03 | Mis à jour le 06/01/2018 à 17:28

Début 2014, Carla a quitté son Mexique natal pour suivre son compagnon breton et vivre avec ses deux garçons en France dans un petit village de Bretagne. Passionnée d'écriture, elle tient un blog pour parler de son expérience, de cette nouvelle vie qui commence, de ses états d'âmes, de ses joies, ses peines et d'une nouvelle naissance qui vient agrandir la famille. Aujourd'hui chapitre 13 : La mer

"C'est notre mer, je dis «notre» parce qu'une partie de moi appartient déjà à cet endroit" (Carla Martinez)
La mer

28 septembre 2015

Le Mexique est bordé de toute part de plages magnifiques.
Mais moi? moi, je n'ai vu la mer qu'à 5 ans. Je ne suis pas née sous le soleil de Veracruz ou d'Acapulco. J'ai grandi et vécu entourée par les monts du haut-plateau mexicain. Ma ville, Mexico, et mon village d'Hidalgo sont secs? si secs que quand je pense à mon village, j'imagine de la terre, un maguey et des nopals. C'est beau, mais l'eau est absente du paysage. Bon, il y a juste une mini-rivière qui n'a d'eau qu'en été.

La France aussi a ses montagnes et ses plages. Et cette fois, je vis près de l'océan. 
Au bord de la mer, et dans le seul des 101 départements français qui ne porte pas un nom français, mais un nom cent pour cent breton : le Morbihan, terme qui signifie «petite mer». Ici, au sud de la péninsule bretonne, nous avons un petit golfe, très joli et doux, qui nous donne un climat tempéré, ni trop chaud, ni trop froid, ce qui n'est pas le cas dans d'autres régions du pays.

C'est notre mer, je dis «notre» parce qu'une partie de moi appartient déjà à cet endroit. Emma est née près du golfe, et depuis la chambre de la maternité, nous entendions les mouettes crier.
La première fois que je suis venue en France, je crois que mon Breton m'a piégée.
Il m'a emmenée voir la côte sud de la Bretagne, les îles du golfe du Morbihan, la fascinante Côte Savage qui longe l'océan Atlantique.
Les rivières, les estuaires, les ruisseaux.
Partout dans cette région, où que l'on regarde, il y a de l'eau et du vert.
Quand il m'a demandé de l'épouser, je lui ai dit que si j'acceptais (il me fallait l'aval de mes fils), il devrait m'emmener sur les plages sauvages de la presqu'île de Quiberon chaque fois que je le lui demanderais. 

Quand je regarde l'immensité de l'Océan, si profondément bleu, je sens que mon c?ur voyage, le parcourt, le traverse, et touche les côtes mexicaines.

Quand je regarde la mer, je sens que ma nostalgie s'apaise.
Mes deux fils aînés ont vu la mer pour la première fois sur les côtes du golfe du Morbihan.
Ils aiment le sable, les plages d'eau froide et parcourir la côte par un matin glacial de janvier.
Ils adorent l'eau, celle qui, quand on reste immobile au bord de la mer, nous donne une impression de mouvement.
Ils ont passé des jours à ramasser des fruits de mer avec leurs camarades de classe.
Ils grandissent avec l'odeur de la brise marine tout près de leurs c?urs.

Et alors que l'été nous faisait ses adieux, laissant place à un automne précoce, Emma, à presque six mois, a mis pour la première fois ses petits pieds dans l'eau glacée de la baie de Quiberon.  
Son visage tout étonné et son sourire complice étaient fascinants.

Je découvre de nouvelles sensations avec elle. Il n'y a rien de tel que la maternité experte : c'est la première fois que l'un de mes enfants grandit au bord de la mer.

Versión en español : "Mar" sur le blog de Carla Martinez Migrante con Ojos de Cristal

Cette plage se trouve le seul des 101 départements français qui ne porte pas un nom français, mais un nom cent pour cent breton : le Morbihan, qui signifie «petite mer» (Carla Martinez)


Née en 1979 à Mexico de parents journalistes, Carla Martínez a étudié les sciences de la communication à la UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México).Elle a travaillé plusieurs années comme "ghost writer"  pour des publications académiques et a passé plusieurs années à Buenos Aires. Plus tard, Carla a exercé en tant que professeur d'anglais dans un petit village de l'Etat d'Hidalgo au Mexique.      Écrivaine et rédactrice par vocation, elle travaille actuellement pour une entreprise espagnole de web-marketing mais consacre son temps libre à écrire ses expériences en tant qu'immigrée  en France  dans la belle région de Bretagne.
Fière d'être la maman de deux garçons de dix et sept ans, elle est aujourd'hui mariée avec un Breton et est depuis quelques mois maman d'une petite Française.

Son blog : Migrante con ojos de cristal 

Chapitre 1 :  365 jours plus tard  / Chapitre 2 : Paris  / Chapitre 3 :Histoire de pain  / Chapitre 4 : Grossesse  / Chapitre 5 : L'école 1 / Chapitre 6 : L'école 2. / Chapitre 7 : femme / chapitre 8 : accouchement / chapitre 9 : Quemar los barcos / chapitre 10 : La langue / chapitre 11 : Racines

Carla Martínez. (Photo DR)

Carla Martínez - Traduction Marie Lac (Lepetitjournal.com/mexico) Jeudi 15 octobre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

EXPATRIATION

VOTRE AVIS - Partagez votre vision et expérience du «choc» culturel !

Quelles comportements et habitudes de votre pays d’accueil vous ont surpris (que ce soit agréablement ou négativement) ? Avez-vous dû modifier les vôtres pour vous insérer professionnellement ?

Sur le même sujet