Samedi 17 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CUISINE FRANCO-MEXICAINE – Un diplôme prestigieux et ouvert à tous délivré par l'Institut Gastronomique ASPIC

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 27/10/2015 à 07:12 | Mis à jour le 28/10/2015 à 05:29

L'Institut Gastronomique ASPIC propose, tous les deux ans depuis 2001, un cursus de trois ans durant lequel 25 jeunes Mexicains apprennent les bases du métier de cuisinier et surtout, la passion, indispensable pour devenir un grand Chef. A cette occasion, les Maitres Cuisiniers de France conviés à l'examen d'apprentissage du Chef Olivier Lombard sont heureux de partager avec les élèves leur savoir-faire et leur expérience et délivrent aux plus doués leur prestigieux Diplôme d'apprentissage de cuisine franco-mexicaine.

DLes chefs donnent leurs derniers conseils à une jeune apprentie (Margot Cariou)

A l'occasion de la 7e édition de l'«examen d'apprentissage Olivier Lombard», Le Petit Journal de Mexico s'est rendu sur place pour en savoir un peu plus sur ce diplôme issu de la collaboration entre l'ASPIC et les Maîtres Cuisiniers de France. Le résultat ? Une rencontre inédite avec Christian Têtedoie, président de l'association «Maîtres Cuisiniers de France» depuis 2011, meilleur ouvrier de France et heureux détenteur d'une étoile au guide Michelin.

La transmission et la démocratisation du savoir

Les Chefs Christian Têtedoie et Pascal Masson. (Margot Cariou)

La promotion de la cuisine française à l'international et la transmission du savoir sont les raisons principales de l'engagement de Christian Têtedoie dans l'association Maîtres Cuisiniers de France : «J'estime avoir été gâté, j'ai toujours réussi dans tout ce que j'ai entrepris, se félicite le Chef. Alors, avec l'âge, je me suis dit qu'il était temps de donner de mon temps aux autres.» C'est également la raison de ce diplôme d'apprentissage de cuisine franco-mexicaine dont le but principal est de «permettre aux jeunes d'acquérir les bases, vitales à la durée de la carrière d'un cuisinier car si on veut pouvoir progresser dans son métier, il faut en premier lieu maitriser ces bases qui permettent d'interpréter les plats de tous les pays du monde».
Enfin, la transmission et la démocratisation du savoir est également à l'origine de la collaboration générale entre l'ASPIC et les Maitres Cuisiniers de France. Outre son niveau d'équipement, sa propreté et la diversité des enseignements proposés, Christian Têtedoie explique en effet son engouement pour l'ASPIC par son engagement dans la démocratisation du savoir-faire culinaire. La participation à l'examen d'apprentissage y est en effet ouverte à tous et offre donc à chacun la chance d'acquérir un diplôme reconnu pour sa qualité dans le monde entier. Y compris aux jeunes dont les familles n'ont pas les moyens de leur payer des formations de cuisine onéreuses.

Un haut niveau d'exigence et de futurs grands Chefs

Un jeune apprenti concentré sur la préparation de sa sauce (Margot Cariou)

Reconnu par l'Etat français, le CAP délivré par les Maitres Cuisiniers de France suppose toutefois que les candidats maitrisent parfaitement «les gestes de cuisine comme découper de la viande, émincer les légumes, savoir gérer les produits et le gaspillage et, enfin, connaitre les techniques de cuisine permettant de ne pas abîmer les produits travaillés pour garder le maximum de vitamines». A l'arrivée, selon Christian Têtedoie, les plus grands Chefs seront ceux qui, outre la maitrise des techniques de cuisine, auront pour qualités «l'humilité pour être capable de se remettre en question tous les jours, le courage car c'est un métier difficile et le goût du partage car cuisiner suppose de vouloir faire plaisir à ses convives ».
Parfaitement au point sur leurs bases, ces futurs cuisiniers sauront interpréter toutes les gastronomies du monde et, au-delà, les moderniser tout en en conservant l'esprit d'origine, mais aussi «aller à la rencontre des producteurs locaux sans qui il est impossible de faire une bonne cuisine» et maintenir les emplois générés par la restauration au niveau local. Enfin, selon Christian Têtedoie, ces nouveaux chefs d'exception auront pour mission principale de promouvoir une «nourriture saine, équilibrée et conviviale» et ainsi de lutter contre la « mal-bouffe » et l'obésité.

ASPIC :Escuela de Gastronomía Estilo Europeo en México D.F.
Calzada de Tlalpan 4983, Tlalpan, La Joya, 14090 Ciudad de México, D.F.
Tel : 01 55 5513 5064
www.aspic.edu.mx/

Margot Cariou (Lepetitjournal.com/mexico) Mardi 27 octobre 2015

www.aspic.edu.mx/

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

EXPATRIATION

VOTRE AVIS - Partagez votre vision et expérience du «choc» culturel !

Quelles comportements et habitudes de votre pays d’accueil vous ont surpris (que ce soit agréablement ou négativement) ? Avez-vous dû modifier les vôtres pour vous insérer professionnellement ?

Sur le même sujet