Vendredi 18 septembre 2020
Philippines
Philippines

EXPATRIATION – Le challenge de la "femme d’expat"

Par Lepetitjournal.com aux Philippines | Publié le 03/01/2016 à 20:00 | Mis à jour le 06/01/2016 à 04:28
Femme dexpat

La "femme d'expat" jouit de tous les signes extérieurs de bonheur : c'est bien connu, elle est la plus heureuse du monde ! Elle a une maison, un jardin, une piscine.  Une yaya (nounou, gouvernante), un chauffeur, un jardinier… s'occupent d'elle toute la journée, ce qui la libère des contraintes, et lui donne tout le loisir d'aller faire du shopping, de se rendre au salon de massage, à la manucure, au sport !... Oui mais, voilà, cela ne semble pas suffire au bonheur de cette femme qui paraît bien exigeante !

Les bouleversements psychologiques qui accompagnent une expatriation sont souvent soit peu connus soit déniés.  La "femme d'expat" s'en veut de se sentir démunie, voire déprimée alors qu'elle semble tout avoir pour être heureuse.
En réalité, l'expatriation, qu'elle soit idéalisée ou redoutée, amène un cortège de  doutes, des stress, d'angoisses que l'on n'avait pas forcément anticipés et qui peuvent donc surprendre. De nouveaux questionnements apparaissent, on perd le contrôle de sa vie, de son quotidien, tout devient instable et inconnu. L'expatriation fait sortir la famille de sa zone de confort : chacun doit se refaire une place. Et une fois le mari parti au travail et les enfants à l'école, la "femme d'expat" se retrouve seule face à elle-même.  Elle doit alors recréer son nid et redonner du sens à cette nouvelle vie.

Cette installation demande du temps et de l'énergie. Il faut en général, une année pour trouver un  vrai point d'équilibre. Une courbe nous permet de visualiser les différentes phases émotionnelles par lesquelles on peut passer au cours de l'expatriation.

91% des femmes disent partir en expatriation pour rechercher l'épanouissement personnel ("Panorama de l'expatriation au féminin", Expat communication, avril 2011). Or les débuts de l'expatriation focalise la "femme d'expat" sur des besoins primaires tels que rechercher, trouver et installer sa maison, apprendre à connaître sa ville d'accueil et à s'y déplacer, recréer un réseau social… Ce premier temps peut générer beaucoup de frustration et une perte de confiance. Des choses, qui paraissaient auparavant évidentes, deviennent complexes.

L'expatriation est un cheminement qui permet de se réinventer et de découvrir des faces cachées de sa personnalité. L'expatriation crée donc des opportunités familiales, personnelles, individuelles voire professionnelles, même lorsque cela n'était pas préalablement défini comme un objectif.
Ce n'est certes pas toujours un long fleuve tranquille, on a tendance à être impatient face aux difficultés, à vouloir trouver des solutions vite. Mais le temps est notre allié !

Pour traverser cette expérience le plus sereinement, il est important d'apprendre à connaître et à reconnaître ses émotions, mais également d'apprendre à découvrir ses ressources et à se féliciter des accomplissements réalisés au quotidien. Et si vraiment on a besoin d'aide, il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel.

Adélaïde LEFEVRE (www.lepetitjournal.com/Manille) lundi 4 janvier 2016
adel_lefevre@hotmail.com



 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Tel Aviv Appercu

Israël reconfinée pour trois semaines

Israël se reconfine ce vendredi 18 septembre à 14h, pour une durée de trois semaines. C’est le premier pays à connaître un deuxième confinement depuis le début de la Covid-19.

Sur le même sujet