Dimanche 23 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EVASION 8 – Eco tourisme : communities first !

Par Carol LEROUX | Publié le 26/11/2017 à 21:00 | Mis à jour le 26/11/2017 à 22:19
Eco-tourisme-800

Bientôt 5 ans que les Philippines nous ont adoptés, autant d'années passées à observer son potentiel, son développement, sa croissance, ses investisseurs fougueux, les constructions et les projets démesurés sur certaines de ses îles…

 

Bientôt 5 ans à imaginer un développement différent, plus axé sur les communautés, l'authenticité, les richesses naturelles et la préservation de ce beau pays qu'est les Philippines.

 

L'éco tourisme

 

une forme de voyage responsable

 

Si le terme "écotourisme" fait son apparition dans les années 1970, sa définition est plus récente. Dans la mouvance du développement durable, l’écotourisme est défini en 1992 par la Société internationale d’écotourisme comme "une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales." (article magazine GEO, Juin 2009).

 

Et aujourd'hui, de plus en plus de touristes responsables voyagent "éco" à la découverte des pays lointains.

 

Les Philippines se mettent à l'éco tourisme

 

En juin 2017, je suis invitée à une conférence organisée par une société de conseil sur le thème " Vers la création de sites d'écotourisme qui perdureront de nombreuses générations". Municipalités, gouvernements provinciaux et acteurs privés viennent y piocher des plans d'action de tourisme durable voués à préserver les ressources naturelles et y intégrer les populations locales.

 

Durant ces 2 jours, j'ai la chance de rencontrer Katherine Maguad, de l'ONG "Commnunities First" avec qui nous échangeons nos idées, projets et volonté de créer un partenariat de développement de tourisme équitable auprès des visiteurs français.

 

2 mois plus tard…

 

… nous nous rendons sur l'île de Negros accueillis par Communities First.

moto

 

Negros est l'une de ces îles des Visayas où les ressources naturelles sont inimaginables : champs de canne à sucre, rizières, volcans, montagnes, lacs et rivières, mangrove, cascades, plage de sucre. Encore préservée du tourisme de masse. Pour combien de temps ?

 

Séduits, conquis, amoureux…

 

De Bacolod à Dumaguete, nous sillonnons ces petites routes au gré des grands espaces naturels à perte de vue, nous arrêtons observer les faucheurs de canne à sucre, les paysans dans leurs rizières, les buffles et autres spécimens locaux.

 

champs

 

Notre objectif : Sipalay et ses programmes d'éco tourisme soutenus par le gouvernement local.

 

Promouvoir ces programmes auprès de visiteurs francophones et, ainsi, soutenir les populations locales : nous sommes séduits par l'idée.

 

Nous découvrons la région, côté mer et côté terre. Nous nous émerveillons. Nous allons à la rencontre d'une communauté de 14 familles basées sur la dernière crique mise en péril par les investisseurs locaux ou étrangers. Nous rencontrons ici un peuple chaleureux, qui se bat depuis des années pour sauver leurs terres et d'une délocalisation d'office.

 

Des rêves et des projets

 

Nous nous prenons alors, ensemble, à rêver d'un autre futur.

 

lacNous y sommes accueillis à bras grand ouverts, nous échangeons sur leur quotidien, sur leurs craintes, sur leurs rêves. Ils ont peur que leur plage soit rachetée. Kath leur promet de trouver une solution. Nous nous prenons alors, ensemble, à rêver d'un autre futur. Celui où cette crique serait préservée par cette communauté, où nous y construirions un éco lodge, apprendrions la permaculture, bâtirions une école, accueillerions des touristes en quête d'un voyage différent. Chacun aurait alors un emploi et regarderait vers l'avenir avec envie.

 

L'un des patriarches imagine de proposer des programmes de plantation de mangrove, afin de développer, encore, ses ressources. Rose Marie, la porte parole du village sourit à l'idée de voir cette plage et ses habitants profiter d'un développement où l'on privilégierait les populations locales, leur survie et leur bien être. Tels que sont les programmes de "Communities First".

 

Nous sommes conquis par l'idée et clôturons cette belle journée par le rêve d'amener nos visiteurs dans des endroits aussi authentiques, partager des moments avec les populations locales et offrir aux touristes un autre visage des Philippines.

 

groupe

 

Traditionnelle photo de groupe avant de repartir, les yeux et le coeur emplis de rêves.

 

Depuis notre visite…

 

… Katherine travaille d'ores et déjà sur un séjour orienté éco tourisme pour un groupe de visiteurs français à venir en Mars prochain. L'occasion de faire découvrir les Philippines autrement et de promouvoir ce qui deviendra le futur de ces communautés.

 

Le site Internet de Communities First est en cours de création. Pour en savoir plus sur ces programmes contactez Katherine à kmaguad@communitiesfirst.ph.

 

 

Equation

Equation Dive & Travel Different

 

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

rjulie95 jeu 30/11/2017 - 10:44

Bravo continuez comme ça !

Répondre
Commentaire avatar

Nelly LE BARON mer 29/11/2017 - 17:55

Je n'ai qu'un mot à dire BRAVO

Répondre

Communauté

CERTIFICATS DE VIE - Vers la fin des tracasseries administratives ?

Dans son rapport remis au Premier ministre pour faciliter la mobilité internationale, Anne Genetet, démontre à quel point cette procédure administrative est « arriérée et anxiogène ».

Que faire à Manille ?

Singapour Appercu
ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT – Boracay, ile paradisiaque, fermée au tourisme

Aux Philippines, la magnifique ile de  Boracay de seulement 11 km2, située à 300 km au sud de Manilles, fait rêver avec ses plages de sables fins, ses palmiers et son eau translucide … Un peu trop mêm

Vivre à Manille

Apprendre la langue du pays d’accueil : au boulot les expats !

Faut-il apprendre la langue de son pays d’accueil ? La question, qui semble rhétorique, cache en réalité de nombreuses subtilités. Des habitués de l’expatriation nous racontent leurs difficultés...