Mercredi 17 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

De Noël à Reyes: qu'est ce qu'il s'est passé en Espagne ?

Par Vincent GARNIER | Publié le 07/01/2018 à 21:09 | Mis à jour le 09/01/2018 à 10:09
actualité espagne

Après les élections catalanes du 21 décembre, l'actualité en Espagne, au cours de ces fêtes de fin d'année, a été grandement marquée par les suites du vote et les mouvements entrepris par les différentes formations politiques. Tandis que la prise en compte du vote des Catalans exprimé depuis l'étranger changeait légèrement la donne en termes de nombre de députés, avec la perte d'un élu de C's en faveur du PP -et la répartition suivante du Parlement : C's: 36 députés, JxCat 34, ERC 32, PSC 17, CatComú-Podem 8, CUP 4, PP 4- le casse-tête des alliances pour obtenir la majorité de 68 députés s'est avéré particulièrement aigu pour le bloc indépendantiste. Outre les négociations nécessaires entre les 3 formations, JxCat, ERC et CUP, la question des 8 députés actuellement en exil en Belgique ou derrière les barreaux complique notoirement le jeu des intéressés. Six d'entre eux devront renoncer à leur investiture en faveur d'autres noms de leurs listes, afin que le bloc conserve la superiorité numérique au Parlement. D'autant que la Cour suprême espagnole a décidé vendredi 5 janvier de maintenir en prison l'ancien vice-président indépendantiste catalan Oriol Junqueras, frustrant les plans de présidence de ce dernier. Quant à Carles Puigdemont, ex-Président de la Generalitat, qui craint une incarcération immédiate en cas de retour dans le pays, sa participation et son éventuelle candidature aux débats d'investiture pourrait être assurées par voie télématique comme semble le proposer sa formation, sans convaincre beaucoup de monde.

 

Lors de leurs respectives allocutions, le roi Felipe VI, le 24 décembre au soir et Mariano Rajoy, le 30 décembre à l'occasion de l'inauguration d'un tronçon autoroutier en Galice, sont tous deux revenus sur la question catalane. A l'occasion de ses voeux de Noël, les quatrièmes depuis son accession au trône en 2014, Felipe VI a averti le nouveau parlement régional qu'il devrait "affronter les problèmes qui affectent tous les Catalans, en respectant la pluralité et en pensant avec responsabilité au bien de tous", rapporte l'AFP. Felipe VI a demandé aux futurs dirigeants catalans que "la société catalane, si diverse et plurielle, retrouve la sérénité, la stabilité et le respect mutuel, de manière à ce que les idées n'éloignent et ne séparent plus les familles et les amis".

 

Le Président du gouvernement a convoqué pour le 17 janvier la session constitutive du Parlement régional de Catalogne, date à laquelle les députés élus devront donc se présenter à leur siège et à partir de laquelle le décompte des 10 jours accordés pour présenter et défendre une candidature à la présidence de la Generalitat, sera initié.
Dans ce contexte, la sortie de prison le 27 décembre de Jordi Pujol Ferrusola, contre le versement d'une caution d'1 demi million d'euros, est passée presque inaperçue. Le fils aîné de l’ancien président de la Généralité de Catalogne est accusé avec une grande partie de sa famille de blanchiment et de fraude fiscale, pour des sommes s'élevant à 30 millions d'euros.

 

La fin d'année a parallèlement été l'occasion de plusieurs bilans relatifs aux 365 jours écoulés. Concernant la création d'emploi notamment, qui concerne 611.146 nouveaux affiliés à la Sécurité sociale sur toute l'année, et ramène le nombre de chômeurs à 3.412.781 personnes. Une amélioration historique, la meilleure en 12 ans, nuancée par la précarité des contrats d'embauche : sur les 20 millions de contrats d'embauche réalisés en 2017, 91% d'entre eux étaient à caractère temporaire. Le nombre de travailleurs étrangers affiliés à la Sécurité sociale a augmenté de 7,3%, à un rythme deux fois plus rapide que la moyenne nationale, pour atteindre un total de 1,8 millions de personnes.
Autre record pour l'économie espagnole : le nombre de touristes étrangers enregistrés dans le pays depuis janvier 2017 jusqu'à fin novembre. A défaut des chiffres de décembre qui restent à consolider, le secteur bat déjà tous les records, avec 77.8 millions de visiteurs enregistrés, soit 2,5 millions de plus que sur toute l'année 2016. Près de 82 millions de touristes devraient être comptabilisés sur 2017, si les tendances se confirment. En novembre, la Catalogne est la seule région espagnole qui voit son nombre de visiteurs décroître par rapport à 2016. le PIB espagnol quant à lui, a connu une croissance de 0,8% sur les trois derniers mois de l’année, permettant de clore 2017 avec une variation interannuelle de 3,1% (3,3% en 2016 et 3,4% en 2015). Les analystes économiques ne manquent pas de souligner le peu d'impact lié à la situation catalane, sur ce taux de croissance.

 

Le 5 janvier, tandis que le Roi émérite Juan Carlos I fêtait ses 80 ans, les enfants espagnols assistaient dans tout le pays aux défilés des Rois mages, les célèbres Cabalgatas. Polémiques à Madrid, où la modernité et le laïcisme entendent l'emporter sur la tradition, elles furent LGBT à Vallecas, au sud de la capitale, et ont revêtu un caractère pro-indépendantiste à Barcelone. Parallèlement, une vague de froid s'est abatu sur une grande partie du pays le jour de l'Epiphanie, avec de conséquentes chutes de neige, bloquant notamment pour toute une nuit des centaines de véhicule sur l'AP6, en Castille et Léon et perturbant le trafic sur de nombreux axes routiers. 

 

Le football n'a pas manqué au cours de cette période hivernale, de faire parler de lui, comme il se doit dans le pays. Notamment le 22 décembre, avec un tonitruant clásico qui a vu le FC Barcelone s'imposer sur le score de 3 à 0 au Bernabeu. Drôle de veille d'anniversaire, pour un certain Zinédine Zidane qui fêtait, début janvier, sa troisième année comme entraîneur du Real Madrid. Le Français aura célébré ses 3 ans sur les bancs du club merengue avec une victoire et un match remporté à Soria 3-0 face au Numancia (D2), en Huitième de finale de la Coupe du Roi. Dans la ligue Santander, au terme de la 18e journée, le FC Barcelone est solide leader, devant l'Atlético de Madrid, le CF Valencia et le Real Madrid, qui pointe en 4e position. Après cinq trophées en 2017, Zinédine Zidane voit une année 2018 compliquée se présenter devant lui, qui passera notamment par un Huitième de finale en Champion's league contre le PSG, dans la capitale espagnole le 14 février et à Paris le 6 mars. Dans le championnat national, le transfert du Brésilien Philippe Coutinho officialisé samedi 6 janvier par le FC Barcelone, ne devrait pas arranger les affaires des Madrilènes. Si les résultats du joueur s'annoncent à la hauteur du montant de son transfert (120 millions d'euros plus 40 millions d'euros de bonus, le 3e joueur le plus cher de l'histoire), la ligue risque d'être à sens unique sur cette fin de saison.

 

Le mystère relatif à la Madrilène Diana Quer a enfin refait la Une des journaux en ce début d'année, avec quelque 18 mois après sa disparition, la macabre résolution de cette dernière, l'arrestation et les aveux de l'assassin, "El Chicle" (le chewing gum) et la découverte du corps de la victime, en Galice. Un feuilleton qui a tenu la presse en haleine au cours de l'année 2016 et qui touche donc à se fin, tandis que le coupable s'aprêtait à commettre un nouvel homicide sur une autre jeune fille qui a réussi à s'échapper.

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet