Jeudi 25 février 2021

Le Royaume-Uni dit oui à Facebook News

Par Johanna Wozniak | Publié le 27/01/2021 à 15:28 | Mis à jour le 27/01/2021 à 15:42
Photo : Brett Jordan - Unsplash
Facebook News Royaume-Uni

Après les Etats-Unis, le Royaume-Uni est le second pays a accueillir la section d’informations Facebook News. À travers cette démarche, Facebook souhaite s’éloigner de l’étiquette « fake news » et de la désinformation qui lui colle à la peau, afin de se rapprocher un peu plus des journalistes. Pour Jesper Doub, directeur des partenariats d’information sur Facebook, il s’agit d’ « un investissement pluriannuel qui permettra au vrai journalisme d'être à la portée de nouveaux publics, tout en offrant aux éditeurs davantage d'opportunités publicitaires et d’abonnements ».

The Guardian, Financial Times, The Economist, The Mirror et Daily mail, Glamour, Vogue… Nombreux sont les médias britanniques à avoir accepter l’offre de la firme de Mark Zuckerberg. Désormais, ils seront rémunérés en échange d’un contenu informatif inédit. L’utilisateur pourra suivre les médias qu’il affectionne plus particulièrement pour se créer un réel fil d’informations personnalisé. Par la suite, l’algorithme sera en mesure de lui suggérer des médias susceptibles de l’intéresser.

Serait-ce l’une des solutions face aux difficultés que la presse rencontre actuellement face à la chute de ses revenus publicitaires et de ses ventes physiques, l’ombre imposante des géants du numérique, ou encore la pandémie du coronavirus ? En attendant les réponses à ces questions, le nouvel onglet devrait continuer de se développer : la France et l’Allemagne pourraient être les prochains pays a accueillir Facebook News.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Le plus grand potager vertical du Pérou se trouve à Lima

Réalisé à partir de bouteilles en plastique recyclées, ce potager bio est une initiative du district de Santiago de Surco qui destine les légumes frais récoltés aux repas solidaires du quartier.

Sur le même sujet