TEST: 2269

Dry January et Veganuary : qu’en est-il de vos bonnes résolutions ?

Par Marie Lagache | Publié le 29/01/2021 à 14:50 | Mis à jour le 04/02/2021 à 15:50
Photo : Wil Stewart-Unsplash
Dry January Veganuary

Le mois de janvier touche à sa fin dans deux jours. Synonyme de bonnes résolutions, cette année n’a pas échappé à la règle. Les défis du Dry January et du Veganuary ont réuni beaucoup de Britanniques. Quel bilan pouvons-nous donc tirer de toutes ces bonnes intentions de début d’année ?

Avez-vous tenu vos bonnes résolutions ? Le soir du nouvel an beaucoup d’entre vous ont surement pris des décisions qui rythmeront 2021. Arrêter de fumer, ne pas oublier de téléphoner à ses grands parents, rencontrer l’amour, sortir plus, voyager, lire davantage, ou encore le cliché des clichés : se mettre au sport. Les bonnes résolutions se multiplient avec les années, mais peu aboutissent. En plus, avec la pandémie de coronavirus il devient difficile de prévoir quoi que ce soit, les restrictions changent tellement vite.

Ceux qui s’étaient promis de voyager davantage devront sûrement attendre encore un peu, tout comme les personnes qui ont juré de s’inscrire à la salle de sport. Leur fermeture risque de perdurer, de quoi repousser l’échéance le temps que vos proches ne pensent plus à vous rafraîchir la mémoire. Mais même avec le Covid-19, vous pouvez tenir certaines de vos résolutions. Peut être que parmi vous certains ont décidé de se lancer dans le Dry January ou le Veganuary. Ces deux défis permettent de commencer 2021 de la meilleure manière possible. Pour ceux qui ont loupé ces deux mouvements, une petite présentation s’impose.

 

Le Dry January : un mois sans alcool pour une prise de conscience

Le premier défi, et de loin le plus populaire et connu en ce mois de janvier, se nomme le Dry January. Son objectif est destiné à ne pas vous faire boire une goutte d’alcool pendant 31 jours. Ce mouvement prit racine en 2013 au Royaume-Uni. L'organisation Alcohol Change, qui promeut une évolution de notre mode de consommation, estime que plus de 4 millions de Britanniques ont participé à l’édition 2020.

La vraie magie se produit lorsque le mois de janvier est terminé. Le Dry January aide les gens à boire plus sainement tout au long de l'année. Une recherche menée par l'Université du Sussex a révélé que six mois après, plus de 70% des personnes qui participent à l'initiative avec le soutien d'Alcohol Change UK boivent plus sainement. En plus de cela, ils ont amélioré leur niveau de bien-être, et bien plus encore” explique l’association sur son site internet en répondant à la question “Pourquoi participer au Dry January ?”.

Les témoignages et avantages de ce défi ne se comptent plus, sans s’écarter non plus du premier bénéfice et objectif avoué de cette initiative qui consiste à démontrer aux participants que l’alcool n’est pas nécessaire pour s’amuser, se détendre ou se sociabiliser. Une pression sociale énorme existe et pousse de nombreuses personnes à adopter une routine inconsciente dans leur consommation d’alcool. Pourtant, ne pas boire n’empêche en rien de s’amuser ou de participer à des soirées. Toutefois, avec le Covid-19 et le confinement en vigueur tout le mois de janvier faisant qu’en Angleterre beaucoup ont participé au Dry January sans même s’en rendre compte. Et c’était pas si dur au final ?

 

Le Veganuary : un mois pour changer son mode de vie

Souvent moqué, le véganisme conquiert de plus en plus de monde. Le Veganuary, mouvement né en 2014 au Royaume-Uni, vous propose de tester ce mode de vie et de consommation pendant le mois de janvier, afin de peut-être l’adopter tout le reste de l’année. Ce défi a rassemblé plus d’un million de personnes dans 192 pays depuis sa création, selon le site de l’organisation Veganuary. Pendant 31 jours vous devez manger vegan, c'est-à-dire ne plus consommer aucun produit d’origine animale, ce qui inclut par exemple le lait ou les œufs.

Ce mouvement souhaite aussi promouvoir le développement d’options vegan dans les supermarchés et restaurants. Ce mode de vie permet d’agir en faveur de l’environnement et du bien être animal. De nombreuses célébrités se positionnent comme ambassadrices de cette initiative, comme l’acteur Joaquin Phoenix qui a incarné le Joker l’année dernière sur grand écran. De manière générale, le véganisme, ou ses cousins le végétarisme et végétalisme, font de plus en plus d’adeptes. Et vous, lecteur Lepetitjournal.com Londres, avez-vous tenu vos résolutions ?

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale