Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ENTREPRENDRE AU FEMININ A LONDRES - Quelques clés pour un succès

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 09/06/2014 à 22:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02

Le 28 mai dernier, le club Women Network de Sciences Po alumni UK a consacré une soirée à l'entreprenariat féminin à Londres. Trois entrepreneuses françaises, Béatrice de Montille (Merci Maman), Aurore Hochard (Taskhub) et Stéphanie Betts (Josephine Home) sont venues témoigner de leurs parcours, des difficultés qu'elles ont rencontrées et comment elles les ont surmontées. Elles ont surtout formulé de précieux conseils pour celles tentées par l'aventure d'entreprendre sur le sol anglais.

(source photo : de gauche à droite ; Beatrice de Montille, Aurore Hochard, Stéphanie Betts, Véronique Forge de Business o feminin)

Le premier conseil est de persévérer ! C’est certainement le point commun qui ressort de ces trois témoignages. Béatrice de Montille se souvient d'une de ses premières expériences dans une grande banque française à Londres où elle n'a strictement rien vendu. Sept années plus tard, son entreprise emploie 10 personnes et elle vient de recevoir le prix Edhec de l'entrepreneur de l'année. Stephanie Betts, elle, qui rêvait depuis toujours d'entreprendre dans le domaine du linge de maison a d'abord renoncé quand elle a découvert le catalogue de The White Cie dans sa boite aux lettres. Josephine Home est aujourd'hui une entreprise florissante et une véritable marque de luxe qui fait partie de Walpole, l'équivalent british du cercle Colbert. Enfin, Aurore, qui a fondé Taskhub dès ses études de droit terminées, a radicalement changé le modèle de son entreprise à peine celle-ci née afin de mieux répondre au besoin du marché et de ses clients potentiels.

Pour les trois intervenantes en tout cas, un adage très clair : ne pas renoncer à la première difficulté ! "Prendre des claques" a été d'ailleurs pour toutes les trois, la meilleure manière de progresser et d'affiner le "business model".

Le rôle du conjoint

Un autre thème évoqué a été le soutien des conjoints. Tout de suite Béatrice a eu l'approbation de son mari à propos de son projet qui, pour lui, collait vraiment à la personnalité de son épouse. Arnaud de Montille d’ailleurs quitté ses fonctions à la City en juin dernier pour intégrer Merci Maman. "Mon mari m'a poussé à prendre des risques"raconte-elle. Aurore, elle, précise que c’est son partenaire de vie qui lui a permis de "transformer mon idée de départ en véritable business". Quand à Stéphanie, elle a pu déléguer à son conjoint toute la gestion administrative et financière de son entreprise pour mieux se consacrer à la création et au développement. En résumé, le soutien moral sinon plus du conjoint fait partie des facteurs non négligeables de réussite de l’aventure entrepreneuriale. 

S’associer ou pas ?

Pour Béatrice de Montille, " il était évident pour moi que je ne pouvais m'associer avec quelqu’un compte tenu de mon besoin de pouvoir prendre des décisions rapidement. Et puis, poursuit-elle, J’ai trop vu autour de moi des projets tourner court en raison d’une mésentente entre les associes. La fondatrice de Josephine Home, elle, a démarré son activité avec un partenaire mais a rapidement dû renoncer: "le business passe avant tout pour l'entrepreneur et ce n'est pas forcément le cas pour l'associée". 

Quant à l'ouverture à des investisseurs extérieurs, les trois intervenantes ont abordé la question différemment. Maitre à bord au début pour Stéphanie qui a lourdement investi à titre personnel avant de s'ouvrir récemment à des investisseurs extérieurs pour financer son développement.Taskhub en revanche a tout de suite choisi la formule de l'incubation ce qui lui a permis d'assurer un démarrage rapide.

Comment se faire connaitre ?

Le site internet est en ligne mais après ? Avoir lancé un produit qui se porte et dont on parle facilement car très affectif a été déterminant pour Beatrice de Montille qui ajoute avoir particulièrement soigné la rapidité de livraison et le service client. Et puis il y a aussi la part de chance : la récente publication dans plusieurs magazines anglais d’une photographie de la duchesse de Cambridge portant un collier Merci Maman a évidemment fait connaitre la marque de manière accélérée.

Les participantes à cette soirée sont reparties (après un cocktail organisé par une nouvelle marque française à Londres Lady Violette), pleines de dynamisme et d’inspirations et finalement quelque peu rassurées sur l’aventure entrepreneuriale. Et comme dit Samuel Beckett "Ever tried. Ever failed. No matter. Try Again. Fail again. Fail better”.

Brigitte di Benedetto (Responsable de la rubrique Entreprenariat et fondatrice de www.citiesbyheart.com), mardi 10 juin 2014

Pour un résumé en images de la soirée du Women Club de Sciences Po alumni Uk dédiée a l’entreprenariat : cliquer ici (  https://www.youtube.com/watch?v=3ALe8-U8_q4&feature=youtu.be )

Liens utiles :

https://taskhub.co.uk/

http://www.mercimamanboutique.com/cart/

http://www.josephinehome.co.uk/

http://www.ladyviolette.co.uk/

http://www.citiesbyheart.com/en/

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.

Sur le même sujet