Samedi 25 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SECURITE - Comment réagir en cas d’attaque terroriste ? Les bons réflexes qui sauvent

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 19/07/2017 à 06:36 | Mis à jour le 19/07/2017 à 17:58

Les attentats qui ont frappé l'Europe dernièrement transforment la population civile en victimes sans défense et véhiculent la peur. A l'heure des commémorations, un an après l'attentat sur la Croisette de Nice, Lepetitjournal.com a enquêté pour vous transmettre les conseils et gestes qui peuvent changer le cours des choses et permettre en partie de reprendre en main son destin. Plus de vigilance, les bons réflexes et les gestes qui sauvent, voilà comment adapter ses habitudes afin de mieux se protéger.

 

Enseigner la vigilance aux responsables de lieux publics : Prévenir et intervenir 

En juin, quelques jours après l'attentat de Borough Market, le National Counter Terrorism Security Office (NaCTSO) a justement édité un guide des bonnes pratiques de sécurité, destiné aux responsables de grands magasins et des pubs, et aux agents de sécurité des endroits publics, théâtres, stades, écoles, hôpitaux etc. « Vous jouez un rôle majeur dans la prévention et la protection contre les attaques terroristes » leur déclare Lucy D'Orsi, vice-commissaire adjointe de cette unité de police anti-terroriste, qui ?uvre dans le cadre de la stratégie gouvernementale Protect & Prepare . « Crowded Places guidance for the UK » livre des points-clés de sécurité et aide à établir un programme de protection : entrainement des employés, systèmes d'alarme, plans d'évacuation et de mise à l'abri? Interactif, ce guide met en contact avec des experts en sécurité du Royaume-Uni. Il est téléchargeable ICI

Au niveau individuel, s'échapper, se cacher et alerter la police et les secours

La Metropolitan Police a également communiqué la procédure d'urgence à suivre en cas d'attaque terroriste. Elle s'articule en trois temps : s'échapper, se cacher et alerter. Un basique qui mérite d'être rappelé car il peut sauver des vies. Quittez donc en priorité la zone dangereuse sans vous mettre à découvert, en rampant ou à quatre pattes, et restez-en éloigné. Si s'enfuir est trop dangereux, dissimulez-vous ! Les terroristes n'entameront pas de partie de cache-cache, donc éteignez lumières et appareils sonores (téléphone sur silence) qui pourraient trahir votre présence et barricadez-vous. Enfin, une fois bien à l'abri, alertez les secours au 911 ou appelez la hotline anti-terroriste 0800 789 321, et communiquez-leur les informations utiles (risques, nombre de blessés). Plus vite la police est informée, plus tôt elle sera sur place. N'oubliez pas aussi que les forces de l'ordre ne savent pas qui est la victime ou le terroriste ; alors mieux vaut leur laisser champs de vision et d'action libres, et ne pas s'approcher d'eux ou alors les mains en l'air, pour éviter les confusions fâcheuses. Essayez plutôt de vous occuper des blessés. 

Citizen Aid, une app pour sauver des vies : le citoyen, premier maillon de la chaîne des secours !

Pour être toujours prêts, chargez dès à présent sur votre téléphone l'application CitizenAID, créée à la suite des attentats du métro londonien en 2005, par des médecins et des militaires expérimentés : « Les premières cinq minutes sont vitales et il faudrait pouvoir traiter des patients très peu de temps après la blessure » déclare le brigadier Tim Hodgetts, médecin militaire et professeur urgentiste. « Or, ce n'est malheureusement pas la priorité de la police lorsqu'elle arrive sur les lieux d'un attentat. Nous avons créé cette application pour que chacun puisse intervenir et faire les bons gestes dans des situations critiques, plutôt que de rester là, impuissant » explique Tim. Ceguide illustré montre par exemple comment placer les gens inconscients en position de réanimation, et surtout comment stopper une hémorragie (la principale cause de décès dans ces situations) en improvisant un garrot avec une écharpe, une ceinture, une cravate ou même une chaussette ! 

Communiquer un état précis des lieux, des risques et des blessés, un fondamental qui sauve aussi

Autre fondamental, communiquer aux équipes de secours ce qui s'est passé. Citizen Aid explique ainsi comment rendre son appel efficace : état des lieux avec bilan des risques (incendie, avec un bâtiment qui risque de s'écrouler par exemple), localisation et nombre des blessés, ainsi que leur situation (âge, type de blessure, soin déjà prodigué et quand, symptômes de la victime - respiration difficile, hémorragie, perte de conscience, brûlures), et enfin le type d'intervention nécessaire. Et quand les secours arrivent, il faut savoir indiquer les urgences et les soins exercés. A ce propos, CitizenAID enseigne la notion de triage, si contraire à notre instinct, qui consiste à privilégier ceux qui peuvent être sauvés et laisser les autres, pour prioriser les soins.

« Faire des concitoyens le premier maillon de la chaîne des secours en leur enseignant les bons réflexes permet de sauver des vies et de rendre encore plus efficace l'intervention des secours. » affirment les sapeurs-pompiers de France. Ces derniers ont également créé une App : « Sauve qui veut ! » un quiz sur les gestes et comportements qui sauvent, notamment en cas d'attentat. « Il s'agit de sensibiliser les gens, rappeler la nécessité de savoir réagir car nous ne pouvons pas être partout, ni tout de suite, et toucher les jeunes par le côté jeu de l'application » explique l'un des pompiers.

Où apprendre les premiers secours ?

En France, ce sont les pompiers qui dispensent les 7 heures de théorie et d'exercices pratiques, nécessaires à l'obtention du certificat de Prévention et Secours Civique de niveau 1 (PCS1), équivalent en Europe au Brevet Prévention Sécurité. Dès l'âge de 10 ans et pour un coût moindre (entre 50? et 60?), apprenez à réagir face au malaise, à l'hémorragie, en passant par le traumatisme et la fracture. Comme dans l'Hexagone, des formations de premiers secours sont bien sûr disponibles au Royaume-Uni. La British Red Cross forme en trois jours avec exercices pratiques, pour obtenir un certificat d'aptitude aux premiers secours, à partir de £205 : Brûlures, réanimation, blessures à la tête ou aux yeux, vous serez capables d'évaluer, soigner, mais aussi de garder une trace de vos actions pour faciliter la tâche des secours à leur arrivée. 

Se défendre face à l'agression au couteau : la chaine youtube de Frank Ropers

Enfin, vous voulez apprendre à vous défendre, notamment contre une attaque à l'arme blanche, comme celle de Borough Market en juin dernier ? Une chaise en bouclier, un pull pour neutraliser la lame du poignard? sur sa chaîne Youtube, Franck Ropers prodigue des cours de self-défense. Sa particularité ? Pragmatique, il favorise la fuite à l'affrontement direct quand c'est possible, et sinon, montre comment réagir à une multitude de situations périlleuses, notamment une attaque au couteau. Alors, ne subissons plus et surtout, surtout, refusons de faire le jeu des terroristes, en cédant à la peur ou la panique, toujours mauvaises conseillères !

Emma Martinelli et Angélica Tarnowska  (www.lepetitjournal.com/londres), le 19 juillet 2017

PRATIQUE 

* Hotline anti-terroriste : 0800 789 321 ; numéro d'urgence : 911 

* Site du gouvernement français, procédure illustrée en cas d'attaque terroriste : http://www.gouvernement.fr/partage/5983-comment-reagir-en-cas-d-attaque-terroriste
* Guide pour la sécurité dans les lieux publics sur https://www.gov.uk/government/news/new-crowded-places-guidance-launched

*LesApp :
- Sauve qui Veut par les sapeurs pompiers de France
- CitizenAID, tel : 0121 794 2456. Attention, âmes sensibles, s'abstenir, les vidéos sont très très réalistes et du coup, peuvent heurter. http://citizenaid.org/ 

* Les cours de premier secours :

- British Red Cross au 0845 527 7743  
Sapeurs-pompiers de France 

 

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

POLITIQUE

Brexit : la date de sortie du 31 octobre une nouvelle fois repoussée ?

Alors que Theresa May annonce sa démission pour le 7 juin prochain, Jean-Claude Juncker a laissé entendre que le Royaume-Uni pourrait s’orienter vers une nouvelle prolongation du Brexit en octobre

Sur le même sujet