Lundi 17 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DOZA - Des français conquis par la mode sud-africaine

Par Lepetitjournal Le Cap | Publié le 30/05/2016 à 08:07 | Mis à jour le 31/05/2016 à 07:56

Lancée par deux Français DOZA prend bientôt son envol ! Son objectif : proposer à la vente des produits de designers sud-africains indépendants. Il reste deux jours pour que l'objectif de leur projet de financement participatif soit atteint.

L'aventure DOZA (Designer Of South Africa) est sur le point de se concrétiser. Lancée en septembre 2015 par deux jeunes Français Baptiste et Benjamin cette initiative est partie d'un coup c?ur.
Après avoir passé deux ans en Afrique du Sud, Baptiste est tombé amoureux du savoir-faire en matière de mode. Très vite, il joint à ce projet Benjamin, son cousin. Pour mettre sur pied DOZA, ils décident d'un projet de financement participatif pour démarrer leur activité. Les Français ont alors jusqu'au mercredi 1er juin pour collecter la totalité des fonds. Ils sont bien partis puisqu'ils ont déjà atteint 96% de leur objectif. Toutes les personnes qui les soutiennent reçoivent des contreparties parmi les produits qu'ils proposent.

 

Des produits faits uniquement à la main

Les deux cousins ont jeté leur dévolu sur des articles uniquement fabriqués à la main : « Par exemple on aura de la maroquinerie en cuir, parce que les Sud-Africains ont un vrai savoir-faire. » explique Baptiste. Du côté des produits, on retrouvera des vêtements, des chaussures, de la maroquinerie en tout genre. Les gérants veulent pas se restreindre prêt à porter. Ils ont déjà dans l'idée d'importer du vin ou des petits mobiliers.

Des artisans émergents

Pour la commercialisation de ses produits, DOZA a choisi un modèle économique original. Une campagne précommande est lancée sur une durée de deux semaines pour un produit. Quand le minimum de commande est atteint, la production de l'article est assurée. Plus il y a de participants, plus les prix seront avantageux. « On utilise cette méthode pour ne pas avoir de stock, mais également pour que les artisans ne soient pas surbookés ». Une fois la commande passée, il faudra attendre un petit mois avant de recevoir le produit.
De leurs côtés les artisans voient d'un bon ?il de voir leurs produits s'exporter sur le marché français voir même européen : « Ils sont très emballés par le projet. D'autant plus que nous avons choisi de faire appel à des créateurs émergents qui produisent localement et qui ont un fonctionnement de création responsable et éthique » explique le fondateur de DOZA.

Vous pouvez les soutenir en cliquant ici.

Loïc Blocquet (lepetitjournal.com/lecap) Lundi 30 mai 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Cap

LEPETITJOURNAL.COM

Devenez notre correspondant en Afrique du Sud

Vous aimez écrire ? Vous voulez découvrir l'Afrique du Sud autrement et faire des rencontres inoubliables ? Nous recherchons un(e) correspondant(e) pour développer notre contenu localement !

Que faire au Cap ?

Johannesburg Appercu

Windhoek, une Los Angeles en Afrique Australe (2/2)

Il y a de nombreux points communs entre la capitale de la Namibie et la mégapole californienne. Toutes deux nichées au milieu de collines érodées à la végétation rase et peu verdoyante.

Sur le même sujet