Dimanche 23 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

TAKALO - "Le feeling est passé tout de suite"

Par Lepetitjournal Le Cap | Publié le 07/03/2016 à 23:59 | Mis à jour le 08/03/2016 à 15:58

L'accordéoniste Malgache, Régis Gizavo et le guitariste Sud-Africain, Louis Mhlanga du duo Takalo ont répondu aux questions du lepetitjournal.com/lecap avant leur concert à l'Alliance du Cap.

 

Lepetitjournal.com/lecap : Pouvez-vous nous raconter votre carrière avant de vous rencontrer ?

Régis Gizavo : Je suis de Madagascar, j'ai commencé la musique là-bas. Puis j'ai participé au concours découverte RFI et j'ai gagné des prix. Pendant la remise des récompenses, j'ai pu rencontrer de nombreux musiciens africains et parisiens. A cette occasion, un musicien m'a dit "viens à Paris, on va monter un groupe". Puis finalement, je suis rentré à Madagascar. Quelque temps après, je suis allé à Paris et j'ai intégré un groupe. Mon premier album est sorti en1986 et aujourd'hui j'en suis à mon quatrième.

Louis Mhlanga : Moi, j'ai joué avec de nombreux musiciens et je me consacrerais à mes propres chansons. Ensuite, j'ai produit mes albums et je le défendais en concert. Mon style est décrit comme du jazz africain, mais je n'aime pas trop cette définition. L'objectif, c'est juste de faire quelque chose que les gens apprécient.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

L.M.: J'ai été invité à l'Alliance française de Johannesburg en 2006. Ils m'ont alors dit qu'un musicien de Madagascar était intéressé pour jouer avec moi. J'ai dit pourquoi pas. Quand on s'est vus pour la première fois, on s'est échangé nos morceaux. Après, nous avons joué ensemble et c'était très excitant parce que je n'avais jamais joué avec un accordéoniste.

R.G.: Il faut aussi dire que Louis est un super guitariste, il a un son qui me plait. Le feeling est passé tout de suite, c'est ce qui est le plus important pour un musicien. On partage beaucoup de choses et surtout on prend énormément de plaisir à jouer tous les deux.

Quand vous écrivez une chanson, qu'est-ce que vous essayez de transmettre ?

R.G.: On chante chacun, nos chansons. Nos inspirations sont différentes. Moi, sans le vouloir je m'inspire de l'ile de Madagascar. Mes paroles partent toujours de la réalité de mon ile, mais je ne le fais pas exprès.

L.M.: Quand, j'écris une chanson c'est pour transmettre mon expérience passée. Toutes mes paroles ont un rapport avec ma vie. J'essaye d'écrire à propos de ma famille, de mes amis et des personnes que je rencontre jour après jour. Je suis inspiré par le partage.

Quels sont vos prochains projets ?

R.G.: Là, on commence à parler tous les jours de Takalo. On vient d'enregistrer quatre titres dans un studio au Cap. Ça peut nous aider pour le futur, c'est important. On peut l'utiliser pour essayer de trouver d'autres dates.

L.M.: Moi, hormis Takalo, je suis en train de concevoir un nouvel album. C'est uniquement des morceaux instrumentaux à la guitare. Il devrait être fini dans un ou deux mois. Sinon, comme le dit Régis, on va essayer d'utiliser nos quatre titres pour poursuivre l'aventure.

A lire aussi : Takalo- Un premier concert réussi


Loïc Blocquet (lepetitjournal.com/lecap) Mardi 8 mars 2016

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cap ?

Johannesburg Appercu
TOURISME

L'Afrique du Sud, paradis pour les observateurs d'oiseaux !

Avec environ 830 espèces d'oiseaux observables dont 80 endémiques ou néo-endémiques (c'est-à-dire qui ne sont observables qu'en Afrique du Sud), l'Afrique du Sud est un paradis pour les "Birders".

Sur le même sujet