Samedi 19 septembre 2020

IMMIGRATION- Les pays arabes paient l’intransigeance de l’Union européenne

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 19/09/2007 à 02:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:09

Confrontés à un afflux de réfugiés et à l'augmentation de l'immigration de transit, les pays du monde arabe appliquent des politiques protectionnistes pour freiner l'immigration illégale.


"Les politiques appliquées par les pays du monde entier et les pays de l'Union Européenne (UE) pour lutter contre l'immigration illégale sont en fait la cause principale de la hausse croissante du nombre des émigrés illégaux à travers le monde et notamment dans les pays arabes", commence Philippe Fargues, directeur du centre des études sur l'immigration illégale et les réfugiés à l'université américaine du Caire (AUC). A l'occasion de son intervention lors d'un colloque organisé la semaine dernière à l'AUC sur l'immigration illégale, les droits des immigrés et les réfugiés Fargues a mentionné deux causes principales de ce phénomène : la difficulté d'obtenir un visa et la fausse politique de retour appliquée. "Obtenir un visa pour un des pays de l'Union européenne est actuellement un vrai casse- tête. Des milliers font la queue devant les ambassades, en vain ! Vu les règles sévères de l'UE, ils essayent donc d'y accéder à travers les pays arabes. Résultat : ils sont bloqués. ", explique-t-il. Et d'ajouter que le fait de renvoyer les émigrés au dernier pays qu'ils ont quitté et non pas à leur pays d'origine contribue également à augmenter le taux des émigrés illégaux.

L'Egypte accueille un nombre importants de réfugiés soudanais (Photo Simon Mbuthia)

.
La Libye, le Liban, la Jordanie et l'Algérie sont respectivement les quatre plus grands pays récepteurs des sans papiers. Sans oublier le Yémen, principal portail pour les pays du Golfe. La Libye compte 1000 000 émigrants illégaux du Nigeria, du Soudan et de l'Afrique. Le Liban en comptait jusqu'à 2005, 60 000 provenant de la Syrie. Cependant, après la mort du premier ministre, Rafiq Al-Hariri, ce phénomène a diminué. La Jordanie reçoit un bon nombre d'émigrés égyptiens illégaux. L'Algérie, quelque 50 000 Africains visant le territoire européen.  Philippe Fargues a évoqué une autre sorte d'immigration qui touche les pays arabes : celle des réfugiés. "Le nombre des réfugiés enregistrait une baisse jusqu'à l'année dernière. Mais, cette année, ce nombre a dû augmenter vu le grand nombre des réfugiés provenant de l'Iraq. Suite à l'invasion américaine de l'Iraq, des milliers d'Iraqiens ont échappé du pays pour s'installer en Egypte et en Syrie."Le nombre des réfugiés iraqiens s'élève actuellement à 2 millions. La Syrie en compte à elle seule environ 1 million. Ils sont près de 800 000 en Jordanie. Et le reste est dispersé Egypte, au Yémen, en Algérie, en Tunisie et au Liban. Contre l'immigration massive, les pays arabes ont choisi d'adopter des lois protectionnistes pour défendre leur pays : la Syrie a dû par exemple imposer un visa, alors que le citoyens des pays arabes n'en ont pas besoin traditionnellement.
Névine Kamel (www.lepetitjournal.com, Le Caire). 19 septembre 2007.


Deux millions de réfugiés irakiens

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet