Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AFRIQUE VISIONNAIRE - La culture change d’image

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 01/03/2012 à 00:00 | Mis à jour le 15/11/2012 à 10:36

 

Après Tripoli, Addis Abeba et Ouagadougou, l'exposition itinérante "Visionary Africa : Art at Work", mise sur pied par la Commission Européenne et BOZAR Bruxelles fait escale au Caire jusqu'au 7 mars

En 2010?2011, 22 nations africaines célébraient le 50e anniversaire de leur indépendance, qui entraîna de profonds changements au c?ur du développement politique, économique, social et culturel. En écho à ce demi?siècle de bouleversements et avec pour projet un dialogue nourri entre l'Europe et l'Afrique au travers de l'expression artistique, Visionary Africa s'est déclinée à Bruxelles en une véritable fête multidisciplinaire (photo: "Visionary Africa: Art at work")

Comme aboutissement à sa logique d'échanges et d'interactions, l'initiative prolonge l'événement dans les capitales africaines, avec l'exposition itinérante "Art at Work" qui s'arrête au Caire jusqu'au 7 mars prochain. Avec pour volonté de mettre en perspective le développement culturel, elle présente d'une part, 50 ans d'art photographique au travers de reproductions de clichés ayant profondément marqué le paysage artistique africain et d'autre part, une sélection d'?uvres d'artistes égyptiens émergents.

Situé à l'entrée du Parc Al?Azhar, le pavillon, qui accueille une cinquantaine d'?uvres, s'ouvre sur une ligne du temps, faisant état des politiques culturelles menées depuis 1954, en parallèle avec des événements artistiques d'envergure : soit une vision à long terme de la relation entre l'art africain, la culture et son développement.

Une paroi offre aussi à voir une carte de l'Afrique divisée en catégories régionales, ainsi que des photographies prises dans les 72 capitales d'Afrique. Celles?ci illustrent la théorie de l'influence de l'environnement naturel sur la production culturelle : l'Afrique ne se limite pas à ses frontières politiques. Six grands types de terrains ? la côte méditerranéenne, le Maghreb, le désert, la savane, la forêt et les montagnes ? engendrent aussi des critères esthétiques particuliers. Le spectateur est invité à voyager et observer les similitudes entre chaque ville, à réaliser des rapprochements.

L'espace se développe ensuite sur une trentaine de reproductions photographiques en noir et blanc réalisées par des artistes issus de toute l'Afrique ? dont l'Egyptien Nabil Boutros ?, entre 1960 et 2010. On peut y voir entre autre un cliché du photographe Sud?africain Bob Gosani, représentant le tout jeune Nelson Mandela s'exerçant à la boxe ! Sélectionnées par Simon Njamy, commissaire d'exposition d'origine camerounaise, ces photos célèbrent pleinement 50 ans de pratique artistique et témoignent, avec intensité, de son épanouissement à travers l'Afrique en devenant un langage d'expression à part en entière. Pour Simon Njamy, l'art photographique "est aussi le meilleur medium qui documente l'émancipation".


Photo: H.B. Oeuvre de Mina Tadros "Elections égyptiennes 2011"


Force et émotion

Le deuxième volet de l'exposition "Freedom at Work", met en lien ces 50 ans d'émancipation photographique avec de jeunes artistes égyptiens émergents : chaque ?uvre, sélectionnée par Moataz Naszr, directeur du Centre de culture et d'art contemporain Darb 1718, illustre une "voix de la société": les silhouettes dessinées de Mina Tadros ("Élections 2011") sont en prise directe avec le réel. Les caractères "grandeur nature", faisant la queue avant le vote, expriment avec force et émotion la diversité : hommes et femmes, jeunes ou vieux, attitudes rêveuses ou affligées, tandis que d'autres font mine d'interpeler le public...

Le design du pavillon d'exposition, imaginé par l'architecte Anglo-ghanéen David Adjayé et directement inspiré des étales de marchés africains, est épuré, à ciel ouvert. Il reflète aussi cette volonté d'ouvertures et d'échanges : l'espace invite à la flânerie. Situé à l'entrée du parc, il est accessible, non pas uniquement aux amateurs d'art comme c'est parfois le cas dans les galeries d'art où les passants hésitent à pousser la porte, mais aussi au public hétéroclite du parc Al-Azhar, familles, couples et étudiants.

Au?delà d'une exposition, l'événement se veut "un laboratoire", selon les mots de Simon Njami, afin de débattre autour de la créativité et du vivre ensemble, de la pratique artistique comme vecteur de la cohésion sociale. Une belle occasion de réfléchir au sens de la culture et de la créativité comme outil de développement et pour un dialogue entre continents.

Hélène Baquet (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) jeudi 1er mars 2012

"Visionary Africa : Art at Work"
Accès libre, parc Al-Azhar, avenue Salah Salem, Le Caire. Jusqu'au 7 mars

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Caire

EXPATRIATION

Insécurité : les pays qui inquiètent les expatriés

Décidés à prendre le large mais inquiets pour votre sécurité ? Fuyez le Brésil, évitez les Etats-Unis ! C’est ce que révèle la dernière édition d’Expat Insider...

Sur le même sujet