Mardi 29 septembre 2020
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur

EMPLOI - Qui sont ces Français et francophones qui cherchent du travail en Malaisie?

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 02/06/2014 à 22:00 | Mis à jour le 03/06/2014 à 03:25

 

La mobilité internationale du travail s'intensifie et les Français et francophones participent de plus en plus à cette tendance. Ils ou elles prospectent de nouvelles destinations, dont la Malaisie qui commence à devenir un pays connu et reconnu au sein d'une Asie traditionnellement marquée par des marchés dynamiques du travail tels que la Chine, Singapour et Hong-Kong ou par un passé francophone tels que le Vietnam et le Laos.

Qui sont ces 500 (estimation All 1 KL Sdn Bhd) Français et francophones (Canadiens, Suisses, Belges, ressortissants de l'Afrique du Nord et de l'Ouest) qui chaque année s'intéressent à démarrer ou conforter une carrière professionnelle en Malaisie?

Les aventuriers

Plutôt jeunes, 25-32 ans, hommes ou femmes, bien souvent célibataires, ils sont attirés par l'émergence économique de la Malaisie et sa qualité de vie. Ils recherchent soit une première expérience en Asie à travers un pays au sein duquel l'adaptation est facile, soit à diversifier un parcours professionnel construit précédemment en ASEAN ou en Chine.

Les conjoints ou conjointes d'expatrié(e)s

De plus en plus d'hommes accompagnent leur épouse expatriée. En 2013, ces 15 % de conjoints suiveurs ont aussi leurs objectifs professionnels et entendent bien poursuivre leur carrière en Malaisie. Très motivés, il trouvent en général un emploi dès les premiers mois de recherche. De leur côté, les épouses, en particulier celles qui ont de jeunes enfants, peuvent rencontrer plus de difficultés d'intégration professionnelle si elles souhaitent concilier vie familiale et vie en entreprise (les entreprises octroient 14 jours de congés payés par an et n'offrent en général pas de poste à temps partiel avec un permis de travail, pour les étrangers).

Les expatriés

Attachés à la Malaisie pour des raisons personnelles ou familiales, de nombreux Français et francophones souhaitent rester dans le pays. Nombreux sont ceux qui, au terme d'une expatriation, sont prêts à quitter leur employeur, et parfois leur statut, afin de faire perdurer leur expérience en sur place à travers un contrat de travail local, proposé soit par une autre entreprise multinationale, soit par une entreprise Malaisienne. Les bénéficiaires du nouveau Resident Pass (délivré par TalentCorp depuis Avril 2011) ou du spouse visa (expatrié ayant un conjoint malaisien) sont parmi les premiers candidats à rechercher un emploi local en cas de rapatriement en France ou de transfert vers un autre pays.

Les VIE/VIA (Volontaire International en Entreprise/Administration) sont à 60-75% d'entre eux favorables à rester en Malaisie. Certains réussissent au terme de leur mission à se faire embaucher par l'entreprise dans laquelle ils ont effectué ce programme dédié aux jeunes de moins de 30 ans, d'autres se mettent en recherche active d'emploi, forts de leur connaissance du pays et de ses marchés. 

Les étudiants ou jeunes diplômés

Une population croissante d'étudiants majoritairement ressortissants d'Afrique francophone, viennent étudier en Malaisie. Diplômés d'une université locale, ils bénéficient d'un visa particulier délivré depuis 2013 par TalentCorp, leur permettant d'intégrer un poste au même niveau de salaire que tout autre jeune diplômé Malaisien.

En parallèle de ce nouveau mouvement, de nombreux étudiants cherchent dans le cadre de leur formation en écoles ou universités françaises, à valider leurs connaisses à travers un stage de cinq à six mois en Malaisie. Beaucoup d'entre eux réussissent leur projet grâce à l'intervention de la Malaysian French Chamber of Commerce (MFCCI) qui a développé depuis avril 2013 un programme spécifique à l'attention de ces étudiants. Les plus chanceux d'entre eux qui se trouvaient en année de césure,  ont parfois pu trouver un emploi à la suite de leur stage. Tous cependant, auront gagné une première expérience en Malaisie qu'ils pourront, s'ils le souhaitent, valoriser en cas de recherche ultérieure dans le pays.

Les lointains prospects

Ils ont entendu des échos ou des témoignages d'amis ou de voisins rapatriés, vu des images ou reportages, lu des blogs ou articles et souhaitent venir s'installer en Malaisie soit pour trouver un emploi qui leur fait défaut dans leur propre pays, soit pour changer de vie. Ils engagent leur recherche par internet, envoyant leur candidature aux entreprises basées localement, à la MFCCI, l'Ambassade et autres institutions proches des francophones. Pourtant, très rares sont ceux qui concrétisent leur projet car les obstacles sont réels : coût du voyage de prospection, disponibilité, impossibilité de démission sans confirmation de poste en Malaisie, non-connaissance du pays voire de la langue anglaise, pas d'expérience à l'étranger, contraintes familiales?

 

Les opportunités d'emploi pour les Français et francophones existent en Malaisie : les facteurs de succès sont bien souvent les mêmes et ce, pour tous les types de profil. Elaborer un bon positionnement professionnel, s'adapter au marché du travail local (emploi du temps, salaire, restriction pour certains postes?), promouvoir sa candidature auprès de tous les acteurs, jouer de son réseau, connaitre les tendances des marchés et les besoins des entreprises, et enfin croire en son projet.

 

Elisabeth Laubel - Directrice Générale

All1KL Sdn Bhd - contact@all1kl.com   

Unit 2A-6-2, 6th Floor - Plaza Sentral - Jalan Stesen Sentral 5 - 50470 Kuala Lumpur - Malaysia

Tel.: +603.2718.9888 ext. 1373 - Fax.: +603.2718.9889

 

Elisabeth Laubel (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) mardi 3 juin 2014

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter!

 

 

 

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

AEFE : une rentrée scolaire maîtrisée

Dans une situation mondiale inédite sur le plan épidémiologique, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger a mis en œuvre un certain nombre de dispositifs pour préparer la rentrée scolaire.

Vivre à Kuala Lumpur

AEFE : une rentrée scolaire maîtrisée

Dans une situation mondiale inédite sur le plan épidémiologique, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger a mis en œuvre un certain nombre de dispositifs pour préparer la rentrée scolaire.

Expat Mag

CINÉ

Les Apparences, la bourgeoisie expatriée vue par Marc Fitoussi

Dans son dernier film, Marc Fitoussi s’attaque à la bourgeoisie expatriée. Karin Viard et Benjamin Biolay y campent un couple de Français vivant à Vienne dont la vie semble parfaite, en apparence

Sur le même sujet