Jeudi 1 octobre 2020
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur

ETUDE HSBC – “Value of education“ les résultats pour la France et la Malaisie

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 21/04/2014 à 22:00 | Mis à jour le 22/04/2014 à 03:11

Réalisée entre décembre 2013 et janvier 2014, 4592 parents, ayant au moins un enfant de moins de 23 ans, ont été interrogés dans 15 pays du monde(*). HSBC a souhaité mettre en lumière au travers de cette enquête ?les points de vue des parents, sur ce qui fait qu'une bonne éducation peut varier d'un endroit du monde à l'autre?. Parfois l'autonomie et l'indépendance priment, là où d'autres sont plus accès sur l'apprentissage des matières académiques, ou l'importance du bonheur dans la scolarité. Mais d'une façon générale, ?les parents voient une bonne éducation comme une porte d'entrée dans une meilleure vie?. L'occasion de découvrir les chiffres en détail pour la Malaisie et la France.

 

Un investissement sûr

L'étude souligne qu'un peu plus de la moitié des parents interrogés (58%) considèrent que payer pour l'éducation de leurs enfants est le meilleur tremplin du succès post études. Cette donnée peu valable dans l'enseignement maternelle et primaire devient surtout marquée lorsqu'il s'agit des études supérieures. 

Dans cette idée, les États-Unis (51%) arrivent en tête en étant considérés comme le pays offrant la meilleure qualité d'éducation dans le monde, suivi du Royaume-Uni (38%), de l'Allemagne (27%), de l'Australie (25%) et du Japon (25%).

C'est essentiellement au stade du niveau universitaire que 74% des parents à travers le monde considèrent qu'il peut-être important d'envoyer leurs enfants étudier à l'étranger. En Malaisie, cette donnée est très élevée avec 88%, là où l'on retrouve 21% des parents français.

Le rôle de l'éducation

Suivant l'âge de leurs enfants et le niveau d'études correspondant, mais aussi suivant le pays dans lequel ils vivent, les parents révèlent des attentes différentes. Cela étant, une valeur commune reste : ?une bonne éducation devrait aider leurs enfants à devenir autonomes et à construire une carrière intéressante?.

Les priorités à l'échelle mondiale ? Auto-discipline et bonheur arrivent en tête à l'école primaire, ainsi que les connaissances des matières académiques. Mais bonheur reste une donnée relative, en Malaisie, seulement 20% des parents estiment cela important, là où en France ils sont 40%. En revanche, l'auto-discipline est une notion très importante pour 64% d'entre eux, contre 30 % pour les Français. L'enseignement secondaire amène, quant à lui, d'autres attentes : compétences dans les matières de base, alphabétisation, pensée analytique. En France, la maîtrise des langues étrangères semble rafler la mise à 45%.

Une perception différente des études universitaires

Les études universitaires permettront de mieux se vendre dans son futur environnement professionnel. En Malaisie, 54% des parents acquiescent cette idée contre seulement 24% des parents français.

33 % des parents français considérant que l'université devrait offrir une formation technique et professionnelle, et 31% qu'elle doit enseigner les langues étrangères. 

Un haut niveau d'attente

Bien qu'ayant une perception différente de ce qu'une bonne éducation devrait apporter à un enfant et à quels stades, les parents s'accordent sur une chose, à 89% ils souhaitent que leurs enfants aillent à l'université, et 62% qu'ils poursuivent au-delà du niveau universitaire. 79% des parents souhaitant que leurs enfants accèdent à un niveau d'études plus élevé que le leur.

Dans de nombreux pays, il existe un fort désir de formation de troisième cycle, c'est le cas de 91% des parents en Malaisie. 

La planification des études

Partout dans le monde, un peu plus de la moitié des parents (entre 52% e 55%) tendent à planifier au moins trois ans à l'avance chaque phase de la scolarité à l'exception de l'école maternelle. En Malaisie, cela concerne 63% des parents contrairement aux parents français qui sont seulement 33%.

Il apparaît que la moitié des parents auraient souhaité épargner et planifier plus tôt l'éducation de leur enfant, particulièrement en Malaisie, où ils sont 84% à avoir répondu de façon positive à cette question contrairement à 14% des parents en France.

Scolarité et études facteurs de stress ?

Les parents prennent l'éducation de leur enfant à coeur et dans certains pays d'Asie cela peut représenter une vraie source de stress. Ainsi 47% des parents malaisiens peuvent être angoissés par la prise de décision concernant l'éducation de leur enfant, alors que les Français (17%) apparaissent être les parents les moins stressés au monde.

Qui paye ?

En revanche, un point commun pour les deux pays, où seulement 5% des parents attendent que leurs enfants contribuent au financement de leurs études.

Alexandra Le Vaillant (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) mardi 22 avril 2014

 

(*)Liste des pays interrogés : Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Hong Kong, Inde, Indonésie, Malaisie, Mexique, Singapour, Taiwan, Turquie, Royaume-Uni, Etats-Unis.

 

Photo et source HSBC - The Value of Education - Springboard for success

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter!

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s)Réagir